Rugby

L'hommage de Lucas Bachelier (USAP) à son club formateur du RACC

Par Cyrille Manière, France Bleu Roussillon lundi 16 janvier 2017 à 22:30

Lucas Bachelier dans Lundi, c'est rugby
Lucas Bachelier dans Lundi, c'est rugby - Zebulon Nog

Lucas Bachelier est la révélation de l'USAP cette saison. Invité de "Lundi c'est rugby" sur France Bleu Roussillon, le jeune troisième ligne catalan a fait un beau clin d’œil à son club formateur de Cerdagne et Capcir, le RACC. L'occasion aussi de survoler le parcours de ce jeune prometteur.

Pas toujours évident de jouer au rugby quand il fait froid et encore plus compliqué pour tous ces bénévoles qui font la route pour entraîner les plus jeunes sur le terrain d'Osseja. Lucas Bachelier le sait bien, il l'a vécu. Il y a les entraînements dans le froid, sous la neige des fois, mais aussi les longs trajets en bus pour faire les tournois.

Lucas Bachelier a été formé au rugby de cette manière-là au club du RACC (Rugby Athlétique Cerdagne Capcir). Arrivé à l'adolescence à l'USAP, le jeune originaire de Porta a découvert les rudiments de ce sport grâce à des passionnés qui n'ont que faire des conditions météo pour transmettre leur passion.

"Il y a des gens géniaux au RACC, c'est grâce à eux si j'en suis là"

Invité de Lundi c'est rugby sur France Bleu Roussillon, Lucas Bachelier a rendu hommage à son club formateur : "Ce n'est pas le plus grand club de la région, ce n'est pas le plus connu non plus mais pour moi c'est le plus important. Il y a des gens géniaux qui y sont et y seront toujours. Je pense toujours à eux dès que je joue. C'est grâce à eux si j'en suis là."

"On s'entraînait tous les mercredis et qu'il fasse mauvais ou qu'il neige, ils venaient quand même. Ça ne devait pas être facile à chaque fois, mais ils venaient toujours bénévolement. Ils m'ont appris à plaquer, à courir, le combat et toutes les bases de ce jeu. Je leur dois beaucoup. On n'était pas les meilleurs quand je jouais, je n'ai pas gagné beaucoup de matchs, mais on rigolait bien et ça m'a vraiment apporté les bases de ce sport. J'ai vraiment passé de bons moments là-bas."

Après son départ du RACC, Lucas Bachelier a pu parfaire sa panoplie rugbystique. Son passage au pôle France lui a permis de faire un grand bond en avant : "J'ai eu un super entraîneur qui m'a beaucoup aidé, un Catalan : Gérald Bastide. Il m'a beaucoup apporté dans l'intelligence du jeu, il m'a appris à regarder un peu plus, à écouter les autres plutôt que de plaquer bêtement et de se relever. Ça m'a beaucoup aidé."

Lucas Bachelier : "Si j'en suis là c'est grâce à eux"

Le RACC, Rugby AThlétique Cerdagne Capcir - Aucun(e)
Le RACC, Rugby AThlétique Cerdagne Capcir - RACC

Après avoir été capitaine de l'équipe de France des moins de 20 ans, Lucas Bachelier aurait pu se consacrer totalement à l'USAP, mais malheureusement une blessure au coude lui a fait passer une saison blanche en 2015-2016.

"Je reste à l'USAP pour remonter que ce soit cette saison ou la prochaine."

Depuis le début de cette saison, le jeune troisième ligne brille. Dimanche, il a été désigné homme du match lors de la victoire des Catalans contre Aurillac (41 à 20). Lucas Bachelier est le quatrième joueur le plus utilisé de l'effectif à seulement 21 ans avec 13 titularisations sur 17 possibles et 869 minutes jouées.

Alors bien sûr, la route est encore longue. Son directeur sportif Christian Lanta le précise bien : "On est très satisfaits de Lucas, mais on fera le point sur lui en fin de saison".

Pris sous l'aile de quelques joueurs historiques de l'USAP, Lucas Bachelier a de quoi progresser et évoluer tout en gardant bien les pieds sur terre. Les supporters apprécient bien sûr avant tout ses performances, son style et en plus son franc parler.

Lucas Bacehlier, 869 minutes en sang et or depuis le début de saison - Maxppp
Lucas Bacehlier, 869 minutes en sang et or depuis le début de saison © Maxppp - Michel Clementz

Lucas Bachelier a le juste ton. Il avait annoncé avant le match de ce week-end sans provocation, ni haine ni arrogance : "Si on peut leur marcher dessus, on le fera". Les paroles ont été suivies d'actes... que demande le peuple ? Beh ça ! Le garçon n'a rien d'un "bad boy", juste un guerrier fan de combat et de plus en plus amoureux du jeu.

Son attachement à l'USAP, il l'a démontré il y a peu en signant une prolongation de contrat de trois saisons supplémentaires. Cette décision a pu surprendre dans l'univers rugbystique actuel où le moindre très bon jeune joueur français prend la direction d'un cador du Top 14.

Pourtant, pour Lucas Bachelier, cette décision de rester l'USAP est apparue comme une évidence, il l'a redit dans Lundi, c'est rugby : "C'est le club qui m'a donné ma chance. Je n'allais pas partir en ayant passé un an à l'infirmerie et en ayant joué dix matchs ! Le club m'a montré son envie de me garder, le projet me plaît, j'ai adhéré et j'y crois. Je veux rester ici pour remonter que ce soit cette année ou l'année prochaine. Ce serait bien que ce soit cette année, on bosse pour ça."

Lucas Bachelier aura 22 ans en mars, puis 23, 24 et 25 à l'USAP ! À la fois loin et près d'Aimé Giral, d'autres gamins de Cerdagne et Capcir pourraient très vite trouver un modèle et des motivations supplémentaires pour aller s'entraîner à Osseja, peu importe la météo.