Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

L'USAP compte déjà ses blessés

vendredi 7 août 2015 à 23:53 Par Cyrille Manière, France Bleu Roussillon

L'USAP, battue 23 à 10 par Colomiers, déplore surtout plusieurs blessés. Les Catalans devront se passer de Julien Farnoux et probablement de Romain Terrain pour le début du championnat.

Julien Farnoux, arrière de l'USAP
Julien Farnoux, arrière de l'USAP © ZEBULON NOG

Manuel

Romain Terrain n'était pas sur la pelouse contre Colomiers (blessé lors du match contre Aix) mais son absence sera plus longue que prévu. Touché au mollet (arrachement de l'aponévrose), le talonneur catalan manquera la reprise de PRO D2. Sa participation au premier bloc est incertaine, même si le joueur garde espoir.

Lors du match contre Colomiers, au-delà des difficultés sur le terrain, l'USAP a été frappée par les pépins physiques. Alan Brazo , KO après un plaquage irrégulier est sorti. Les premiers tests obligatoires dans ce cas n'étaient pas bons. A la fin du match, le troisième ligne avait heureusement retrouvé ses esprits mais devra se reposer au moins deux semaines.

Grosse peur pour Dewaldt Duvenage

Autre coup dur, encore plus grave, la sortie de Juien Farnoux. L'arrière sang-et-or s'est probablement cassé le pied, a annoncé l'entraîneur Grégory Patat. Une absence de plusieurs mois est donc à prévoir.

En deuxième mi-temps, l'USAP a perdu Enzo Selponi (cuisse) et Tom Ecochard (épaule) mais les deux joueurs sont sortis par précaution.

A une minute de la fin du match, Aimé-Giral a surtout eu peur pour Dewaldt Duvenage . Après un choc, le demi-de-mêlée est resté au sol. Les soigneurs ont pris un maximum de précautions (minerve et civière). Dans les couloirs des vestiaires, les nouvelles étaient rassurantes. Les examens devront le confirmer mais "visiblement plus de peur que de mal " selon Grégory Patat.

Tous ces diagnostics délivrés à la fin de la rencontre devront bien sûr être confirmés après examens et notamment pour la gravité et les durées d'absence.