Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La DNACG rejette l'offre de rachat du club de rugby de Béziers

-
Par , France Bleu Hérault

Le gendarme financier du rugby n'a pas validé l'offre de reprise des investisseurs émiratis associés à Christophe Dominici. Les actuels actionnaires ayant refusé leu chèque de 6,5 millions d'euros. Il reste trois jours pour trouver 1,7 millions d'euros qui font défaut et éviter la rétrogradation.

Stade de la Méditerranée Béziers rugby football
Stade de la Méditerranée Béziers rugby football © Radio France - Romain Berchet

L'avenir s'assombrit pour le club de rugby de Béziers (Hérault). Alors que l'on croyait que la reprise par des investisseurs émiratis, associés à l'ancien international Christophe Dominici était en bonne voie, la DNACG, le gendarme financier de la Ligue de rugby, n'a pas validé l'offre de reprise.

En fait ce sont les actionnaires actuels de l'ASBH qui ont refusé le chèque de 6,5 millions d'euros des Emiratis estimant qu'il n'était pas garanti (les actionnaires réclamaient un chèque de banque). En conséquence la DNACG  était dans l'incapacité de valider l'offre de rachat.

"Alors que nous avions apporté, dans des délais restreints et contraints, tous les éléments demandés, et que nous pensions légitimement que tous les signaux étaient au vert, nous avons reçu une flèche obligeant la DNACG à ne pas pouvoir donner son accord immédiat et ayant comme première conséquence de ne pas faire le recrutement nécessaire dans les temps pour redonner à Béziers sa véritable place dans le rugby français", indique un communiqué publié par le groupe Sotaco, qui représentait les investisseurs émiratis.

"Nous partons tristes et nous savons que le cœur des Biterrois saigne et pleure. Le nôtre aussi car la magie d’un projet s’est éteinte aujourd’hui."

Le club doit  trouver 1,7 millions d'euros qui font défaut avant jeudi pour valider les comptes sous peine de rétrogradation en Fédérale.

Eric Freitas le président de l'association ASBH très déçu par la décision des actionnaires et inquiet pour l'avenir du club

Choix de la station

À venir dansDanssecondess