Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Cote d'alerte atteinte pour le Stade Français

dimanche 27 décembre 2015 à 17:37 - Mis à jour le dimanche 27 décembre 2015 à 23:49 Par Fanny Lechevestrier, France Bleu Paris

Le Stade Français avait clairement visé le match à Oyonnax pour relancer sa saison. C'est l'inverse qui s'est produit ce dimanche. Battus 25/12, les Parisiens voient les phases finales s'éloigner un peu plus et les doutes s'amonceler avant de recevoir Toulouse, le week-end prochain.

© Radio France

Paris, France

Cela commence à être sérieux pour le Stade Français, battu largement sur le terrain du dernier du Top 14, Oyonnax, 25 à 12, en match d'ouverture de la 11e journée du Top 14. Les Parisiens, champions de France en titre, pointent ce dimanche soir à une triste 12e place.

« Ca commence à faire beaucoup mais faut qu’on y croit, qu’on ne baisse pas les bras »

Courageusement, le trois-quart centre Jonathan Danty est le premier Parisien à se présenter à la presse, très peu de temps après son retour au vestiaire. « La deuxième période a été très dure. On s’est fait un peu bouger sur les rucks » lance-t-il d’emblée avant de tenter une explication en toute sincérité : « peut-être qu’avec le terrain synthétique, on s’est dit qu’on allait pouvoir mettre notre jeu en place et gagner ce match facilement. On était venu ici pour gagner pourtant. Mais le rugby, c’est d’abord un sport de combat, on n'était plus sur l'engagement et comme quoi, malgré le terrain, on s’est fait marcher dessus » reconnaît le jeune Parisien, touché par cette nouvelle défaite, la 7e de la saison, et un déclic tant attendu qui n’arrive pas : «On est très déçu. Va falloir qu'on se réveille. Cela commence à être un peu dur mentalement pour nous. On dit souvent que la saison post-titre est difficile mais là, mentalement, cela commence vraiment à devenir très dur mais on y croit encore » confesse-t-il. 

La réaction de Jonathan Danty à l'issue du match au micro FB 107.1

Pour l’entraîneur Gonzalo Quesada, le tournant du match, c’est cet essai, le seul de la partie, encaissé à la 45e minute de jeu sur un coup du sort : une pénalité de Régis Lespinas qui rebondit sur le poteau et retombe dans les bras du jeune Jimmy Yobo. S’en suit un carton jaune, cinq minutes plus tard, pour Djibril Camara avec une fois de plus Oyonnax et son ailier Silvère Tian qui ont su parfaitement faire sortir de leur match les Parisiens. « C’est à partir de là qu’on s’est perdu » avance l’entraîneur parisien.

Le match vu par Gonzalo Quesada au micro FB 107.1

Comment en est-on arrivé là ?

Comment une équipe championne de France en juin dernier peut se retrouver 12e du Top 14 après 11 journées de championnat ? Comment une équipe peu bouleversée à l’intersaison avec une ossature identique que l’an passé, a pu perdre à ce point son rugby ? Certes, il y a eu le départ de Jeff Dubois en tant qu’entraîneur. Certes, la Coupe du monde et des absences en début de saison, Sergio Parisse, Rabah Slimani et Pascal Papé en tête. Il y a aussi des blessés, à commencer par le très précieux Julien Dupuy. Mais cela n’explique pas tout. Alors, quand on évoque un manque de combativité, d’envie, auprès du capitaine Pascal Papé, la réponse fuse : « on n’a jamais baissé les bras, on n’a jamais lâché. Si prendre un poteau sur la tête et prendre le seul essai du match, si c’est cela du combat, je ne suis pas d’accord avec vous. La seule chose qui me dérange, c’est de perdre des ballons d’attaque dans les 15 mètres sur nos ailes mais dire qu’on a failli dans la notion du combat, je ne suis pas certain ! ».

Pascal Papé réfute tout manque de combativité au micro FB 107.1

A défaut de manque de combativité, terme refusé par les joueurs parisiens, reste cette concentration qui manque à l’équipe depuis le début de saison. Combien d’occasions gâchées, râtées, depuis août dernier, sur un en-avant dans la dernière passe, un ballon oublié sur un ruck, un ballon relâché…Un manque de « maîtrise » admet le deuxième ligne du Stade Français, sans doute dû à « un manque de confiance ». Même la mêlée parisienne, sans doute aidée par l'arbitre de la rencontre Mathieu Raynal, a fini par céder en seconde période. 

Comment s’en sortir ?

Là, les réponses restent pour le moment en suspens. « Il ne faut pas baisser les bras, faut y croire encore » déclare Jonathan Danty avant d’ajouter « même si c’est vrai que j’ai l’impression de dire cela depuis pas mal de semaines ». Gonzalo Quesada pointe du doigt « des joueurs peut-être pas tous à leur niveau, » mais promet de « trouver des solutions là où il faut mais sans tout remettre en cause et surtout insister sur nos forces. Au moins, la bonne nouvelle est qu’on va s’occuper à faire comprendre à l’ensemble du groupe que la situation est très délicate et on sera sûr de ne pas accepter le moindre relâchement, le moindre écart par rapport à une certaine façon de travailler »

Trouver des solutions mais ne pas tout remettre en cause pour Gonzalo Quesada

« Peur ? Non, autrement si j’ai peur, je vais rester à la maison avec mes fils »

Et la question du maintien ? Elle a été posée mais tous, tout en admettant la situation plus que compliquée, se sont échinés à ne pas prononcer le mot fatidique et quand on a demandé à Pascal Papé s’il avait peur, le deuxième ligne parisien a eu la réponse à laquelle on pouvait s’attendre : « si j’ai peur, je vais rester à la maison avec mes fils ! S’il y a combat jusqu’à la dernière journée, il y aura combat jusqu’à la dernière journée, peut-être pour le maintien, peut-être pour la qualif,_ on n’en sait rien. Je crois que le groupe va réagir et je pense sincèrement qu’on a suffisamment de moelle pour se dire les choses comme on l’a déjà fait et pour repartir de l’avant ».

L'équipe a "la moelle" pour repartir selon Pascal Papé

Pour le Stade Français, le combat débute dès dimanche prochain, à Jean-Bouin, avec la réception du Stade Toulousain pour le compte de la 12e journée du Top 14. 

**L'infirmerie se remplit de nouveau

**Suspicion de déchirure pour Geoffrey Doumayrou : côtes touchées pour Meyer Bosman. Cheville pour Waisea. Jonathan Danty touché également ; Raphael Lakafia et Matthieu Ugena ont eux aussi connu des pépins physiques en fin de match.