Rugby

Laurent Rodriguez licencié du Biarritz olympique : "Ça a été usant, une année très difficile"

France Bleu Pays Basque vendredi 18 avril 2014 à 14:16

Laurent Rodriguez, manager du Biarritz olympique jusqu'à la fin de la saison seulement.
Laurent Rodriguez, manager du Biarritz olympique jusqu'à la fin de la saison seulement. © Maxppp - Michel Clementz

Le manager sportif et entraîneur des avants du Biarritz olympique n'est pas reconduit. Sur France Bleu Pays Basque, il confie son amertume et livre son regard sur le BOPB et son avenir.

"C'est une page qui se tourne, c'est regrettable dans les conditions où ça s'est déroulé" , explique Laurent Rodriguez à propos de son départ du Biarritz olympique. Le manager sportif et entraîneur des avant précise qu'il "appris  la veille de la grande réunion"  qu'il ne serait "plus à Biarritz l'année prochaine."  Presque soulagé, il lâche que "ça a été usant, ça a été une année très très difficile" .

Amer sur la manière, il ajoute qu'il subir "un licenciement pour raisons économiques, derrière il devrait y avoir un reclassement" . Il n'y croit pas : "Quel reclassement je peux avoir dans un club où j'ai pas le permis de transports en commun, et à part conduire le bus, je ne vois pas ce que je peux faire ?" L'ancien troisième ligne relativise et indique qu'il a "une affaire à faire tourner. Ça [lui] laissera plus de temps pour s'en occuper."

"Un club qui se débarasse de ses espoirs, est-ce que c'est un club qui a de l'avenir ?" — Laurent Rodriguez

Celui qui est encore manager sportif jusqu'à la fin de la saison ne semble pas s'inquiéter du départ des joueurs cadres : "Que les historiques partent, c'est une chose. Mais que les jeunes quittent le club, c'est difficile. Un club qui se débarasse de ses espoirs, est-ce que c'est un club qui a de l'avenir ?"

Enfin, Laurent Rodriguez "souhaite au club qu'il retrouve ses couleurs, parce qu'un club c'est pas une histoire de deux personnes entre elles. Mais ce sont des supporters derrière qui sont fanatiques, c'est un club qui fait vivre des salariés. Je leur souhaite de vite remonter dans l'élite."

 

Laurent Rodriguez : "C'est une page qui se tourne, c'est regrettable dans les conditions où ça s'est déroulé."