Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Le Biarritz Olympique dévoile son projet pour le futur Aguiléra

mercredi 6 mars 2019 à 5:37 Par Stéphane Garcia, France Bleu Pays Basque

Devant 600 personnes, Jean-Baptsite Aldigé, le président du directoire du Biarritz Olympique a présente le projet Aguiléra tel que le groupe Pichet l'envisagerait, en cas de feu vert de la municipalité, à qui les terrains appartiennent.

Photo d'archives du stade Aguiléra, en mai 2016
Photo d'archives du stade Aguiléra, en mai 2016 -

Biarritz, France

Un exposé de deux heures et une séance de questions/réponses sur 15 minutes. Ce mardi soir, Jean-Baptiste Aldigé, le président du directoire du BOPB, présentait les plans du groupe Pichet (et l’agence d’architectes Samazuzu) pour la rénovation de la plaine Aguiléra. Une réunion qui intervient alors que la municipalité de Biarritz a lancé il y a deux semaines des commissions d'études pour évaluer la faisabilité du projet (les terrains appartenants à la ville).

Les promoteurs devaient répondre à trois questions. Par ordre d’importance :

  • De quelle manière participer à la rénovation totale de la plaine, dans un projet « sport pour tous » ?
  • Quelle serait alors le revenu d’exploitation hors match pour le BO ?
  • Enfin, quelle est votre désir et à quelle hauteur vous pourriez soutenir le BO ?

Le paquet sur "l'hospitalité" à Aguiléra

Comme nous l'annoncions en début de semaine, il n'y aura pas de révolution pour le stade. La capacité va passer de 12.000 à 15.000 places assises. 5.000 seront réservées tribune Blanco aux partenaires du club, ce qu'on appelle "l'hospitalité" et qui permet au club de rapporter de l'argent. 67 loges seraient notamment construites, sur trois niveaux. Des loges dont les cloisons seraient modulables. 

Le gros changement côté stade concerne l'arrière de la tribune Blanco. Un parking serait accolé à celle-ci avec 750 places (sous-sol, rez-de-chaussée, R+1). L'autre partie du première étage serait occupé par 1.500 m² de bureaux, façon co-working et pépinière d'entreprises. Un espace géré par la branche bureaux de Mama Shelter. Le deuxième étage de la structure serait une halle multimodale. Un lieu de 4.600 m² qui pourrait aussi bien accueillir des concerts, des événements en tout genres et même des tournois de tennis, avec des gradins rétractables de plus 3.000 places. Un lieu géré par GL Events (propriétaire du LOU Rugby, Lyon Olympique Universitaire).

En faire un "lieu de vie"

Côté est et ouest, deux tribunes de 2.300 places seraient positionnées, derrière chaque en-but. Une coursive permettrait de faire le tour du stade, sur tout le premier niveau, avec accès à des buvettes et des commerces. Le Grand Salon en dessous la tribune Kampf (5.000 places) serait alors rasée pour en faire un lieu de vie, comme Chez Renauld (à Saint-Jean-de-Luz). Un endroit où l'on pourrait manger, retrouver un mur d'escalade, faire du skate, et profiter des commerces. Boutiques qui trouveraient place également dessous la tribunes des platanes, avec au première étage la brasserie du BO. 

Objectif : faire du stade Aguiléra un endroit accueillant, où le supporteur comme n'importe quel autre passant, pourrait y passer la journée, profiter des services et donc consommer. De cette manière, le BO espère gagner de l'argent en dehors des jours de match. La somme avancée par Jean-Baptiste Aldigé est entre 1,5 million et 4 millions d'euros. Sans compter que le groupe Pichet, le prometteur, fidélise un partenariat avec le club sur 15 ans pour 600.000 euros/an. Même chose pour GL Events, associé de Pichet, qui serait prêt à injecter 400.000 euros la saison en tant que partenaire du BO. De quoi faire passer le budget du BOPB au minimum à 10,5 millions d'euros*, en Pro D2, sans tenir compte d'une éventuelle hausse de la billetterie.

Le reste de la plaine

Sur le Bendern, un bâtiment neuf de deux étages viendrait épouser la forme de la tribune d'un millier de places. Au rez-de-chaussée, une partie pour l'association, cinq à six vestiaires, des bureaux. Au premier étage, le centre d'entrainement et de formation du Biarritz Olympique.  Enfin, au deuxième étage, une halle, entourée de verre qui servirait de zone technique d'entrainement. Au total, près de 4.000 m² dédiés au développement des jeunes, ce qui en ferait le plus grand centre de formation en Europe.

Pour le reste de la plaine des sports, la villa rose sera entièrement retapée, elle logerait les bureaux du BO. Les 13 courts de tennis seraient rénovés, trois (au minimum) seraient même couverts, juste à côté des terrains de padel. Un pôle sport et santé verrait le jour, avec la possibilité pour les athlètes, d'avoir à porter de main, des médecins, des spécialistes comme des ostéopathes, etc. sur 3.500 m². La totalité de la plaine serait piétonnière

Le projet immobilier

Concernant la partie logement, qui est associée au projet de rénovation de la plaine des sports, peu de choses ont été dites. Huit bâtiments sortiraient de terre d'ici 2026, le long du BAB et derrière le Jaï Alaï. Des R+4 pour la majorité (5 étages pour le plus haut). Au total, 370 logements dont la moitié seraient sociaux. Plus d'un millier de places de parking seraient créées en lien avec l'immobilier.

Au programme également : un hôtel, trois ou quatre étoiles, pour vendre des prestations. Ainsi qu'une partie auberge de jeunesse qui se situera à gauche du Jaï Alaï. Dans cet établissement, seraient réservés 30 T1 (studios), exclusivement dédiés aux stagiaires du centre de formation du BOPB. Une manière de mettre le paquet sur le développement des jeunes, qui tient à cœur à la nouvelle direction.

D'ici deux semaines, la municipalité de Biarritz devrait se réunir en commission générale (sorte du conseil municipal à huis-clos). Les différentes commissions en cours lancées par les services de la mairies devraient rendre des avis sur le projet. Une décision pourrait-être prise à ce moment là par les élus.

*pour une masse salariale qui resterait autour de 3 millions d'euros la saison prochaine.