Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Stade Toulousain : "Le syndrome des internationaux" selon Jérôme Cazalbou

-
Par , France Bleu Occitanie

Le Stade Toulousain débute sa première semaine de vacances depuis la reprise du Top 14. 11 semaines de compétition intenses, avec beaucoup de joies comme de déceptions. Premier bilan du début de saison avec Jérôme Cazalbou, le manager du haut niveau au Stade Toulousain.

Le Stade Toulousain version 2019-2020.
Le Stade Toulousain version 2019-2020. © AFP - Fred Scheiber

France Bleu Occitanie : Petit bilan de ces 11 premières semaines de compétition, chargées pour le Stade Toulousain qui n'a pas pu couper, avec la Coupe d'Europe au milieu de ce Top 14... Quel bilan en tirer ? Plutôt positif ?

Jérôme Cazalbou : Oui et non. Il l'aurait été si on avait pu franchir un cap supplémentaire en Coupe d'Europe, on est tombés contre plus forts que nous ce jour-là avec un contexte très particulier et un protocole sanitaire qu'on ne connaissait pas. 

On en avait fait un objectif, on s'était préparé en conséquence avec un bon début de championnat : un match perdu à Clermont (33-30), puis des victoires contre la Rochelle, Toulon... Et puis un petit coup de moins bien avec la période de doublons.

Après les victoires à l'extérieur contre le Racing et Brive, on a grillé nos jokers avec la défaite à la maison contre le LOU puis au Stade Français. Il y a eu des aléas de blessures sur cette période de doublons, il a fallu gérer tout ça. Maintenant, la victoire à Pau (16-22) nous fait beaucoup de bien au moral et redonne de la confiance. 

Comment peut-on expliquer ce gros trou d'air en championnat ? 

Il y a peut-être un peu de tout. On l'avait déjà vu à la dernière Coupe du Monde, on fait malheureusement le constat d'une équipe qui a un peu le syndrome de l'absence des internationaux et qui en souffre, avant de les retrouver et de se rattraper en enchaînant les victoires. 

Il fallait absolument cela en allant jouer à Pau. Il est clair que sur l'équipe qu'on avait préparé pour les doublons, il y a eu au moins sur les matchs du LOU et du Stade Français des blessés importants en plus des sélectionnés. Il ne faut pas oublier qu'on a aussi dû enchaîner les matchs de haute intensité, Clermont, la Rochelle, Toulon, l'Ulster, Exeter... On y a laissé pas mal d'énergie. Et puis il y a aussi le contexte psychologique, avec la gestion du Covid et du huis clos.  

Comment on a fait justement pour gérer le Covid du côté Toulousain? Pas de report de matchs, ça s'est plutôt bien goupillé ?

Je ne vais pas dire que l'on a été meilleurs que les autres, tout le monde a essayé de le gérer du mieux possible. On a voulu responsabiliser très tôt les joueurs, leur dire de faire très attention. On a aussi un peu planifié cette période, avec cette semaine de vacances en ligne de mire, même si elle est très particulière. On a aussi eu, au delà de la rigueur, un facteur chance peut-être un peu plus important que d'autres. 

On prépare la venue d'Agen maintenant, en crise, neuf défaites en neuf matchs. Est-ce qu'on pourrait enregistrer des retours pour ce match là ? 

Pour les blessés, la semaine de vacances est une semaine de rattrapage en terme de soins, de performance. Cheslin Kolbe, Clément Castets ou encore Jerome Kaino sont en train de soigner et on devrait faire un bilan à la fin de la semaine pour voir comment cela évolue. On se donnera après le temps de la réflexion si la rentrée se fera pour Agen ou pour Bayonne, sans oublier la Coupe d'Europe qui arrive début décembre (contre l'Ulster et Exeter). 

Pour les internationaux qui reviennent de sélection, qu'est-ce qui se prépare? Une semaine de vacances, un retour rapide en Top 14 ?

On va y réfléchir avec le staff, tous ensemble sachant qu'on peut aussi décider en accord avec le joueur de reporter ses vacances après le 1er janvier. Après, ce ne serait que repousser le problème puisque va arriver la période des Six Nations durant laquelle on doit aussi donner une semaine de vacances. 

On a déjà commencé à discuter un peu avec eux (les joueurs sélectionnés), et on devrait le valider fin de semaine ou début de semaine prochaine. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess