Rugby

Le coup de gueule de Philippe Saint-André dans les vestiaires raconté de l'intérieur

Par Yves Maugue et Arnaud Carré, France Bleu Gironde, France Bleu Isère et France Bleu jeudi 24 septembre 2015 à 16:04

Philippe Saint-André a piqué une grosse colère à la pause.
Philippe Saint-André a piqué une grosse colère à la pause. - ©Capture d'écran (Dailymotion WorldRugby)

Certains lui reprochent un manque de charisme, Philippe Saint-André a démontré qu'il avait du caractère à la mi-temps du match contre la Roumanie ce mercredi soir à Londres. Ceux qui étaient dans les vestiaires racontent ce coup de colère.

Pour une fois, tout le monde a vu le même match. Les supporters, les commentateurs mais également le sélectionneur et ses joueurs. Ce jeudi, au lendemain du coup de colère de Philippe Saint-André dans les vestiaires du stade Olympique de Londres, personne ne remet en cause le bien-fondé de l'énervement du sélectionneur du XV de France. 

Les murs des vestiaires ont tremblé

A l'intérieur du vestiaire, le silence s'installe rapidement. Philippe Saint-André prend alors la parole. Personne n'a révélé exactement le contenu de son discours. Mais au vu des images, le ton ne fait pas de doute. Wesley Fofana, le trois quart centre du XV de France, raconte. "On est rentré aux vestiaires et Philippe nous a dit tout ce qu'il avait sur le cœur. Il l'a fait de manière bien appuyée. Ça a remis les choses à l'endroit. Il nous a dit la vérité. Patrice Lagisquet (l'entraîneur des lignes arrières, NDLR) aussi. On avait sans doute besoin de ça".

Wesley Fofana : "Il nous a dit la vérité"

Après une première mi-temps marquée, côté français, par un déficit d'engagement, le deuxième ligne Alexandre Flanquart n'a pas été franchement surpris. "C'est normal cette réaction au vu de notre première mi-temps. On avait besoin de reprendre nos esprits, de remettre les choses dans l'ordre et de ré-attaquer sur de meilleures bases. Ce n'est pas l'idéal mais apparemment ça a fonctionné. Malheureusement on en a eu besoin et ça n'a pas fait de mal".

Alexandre Flanquart : "Ça n'a pas fait de mal"

►►►Revoir les images du coup de gueule et l'analyse du match France-Roumanie

Philippe Saint-André ne savait pas qu'il était filmé

C'est une certitude, le sermon délivré par Philippe Saint-André a eu un effet bénéfique. Même si l'équipe de France a mis plus de vingt minutes avant d'inscrire ses premiers points en deuxième période grâce au deuxième essai de Sofiane Guitoune, le XV de France a su aller chercher le bonus offensif qui lui permet de travailler sereinement jusqu'au prochain match contre le Canada le 1er octobre.

Je n'allais pas leur taper la bise.

Philippe Saint-André s'est d'ailleurs expliqué ce jeudi en conférence de presse avec le sourire. "Je n'allais pas leur taper la bise en leur disant qu'on avait fait une première mi-temps exceptionnelle alors qu'on a dormi pendant une demi-heure. Il n'y avait pas de combat, pas d'efficacité, on n'a pas pu conserver le ballon plus de deux temps de jeu. Parfois, un bon coup de gueulante fait du bien. Je ne savais pas que j'étais filmé. La prochaine fois, je ferai attention. Je ne suis pas un très bon acteur et je ne savais pas qu'il y avait une caméra. Heureusement, il n'y avait pas de son parce que ça aurait pu être encore plus rude".

Philippe Saint-André : "Je n'allais pas leur faire la bise"

Un changement d'image ?

Philippe Saint-André est régulièrement décrié pour son manque de charisme. Ce n'est pas forcément d'ailleurs l'image qu'il avait lorsqu'il dirigeait les clubs de Gloucester puis de Sale en Angleterre ou lorsqu'il entraînait le RC Toulon. Mais le costume de sélectionneur du XV de France n'est pas simple à endosser. Et la communication de Philippe Saint-André ainsi que ses résultats ont renvoyé l'image d'un entraîneur parfois dépassé et qui, surtout, ne se remet pas en cause, présentant toujours de bonnes excuses aux mauvais résultats des Bleus.

Cet épisode va peut-être modifier cette image très lisse. Il rappelle en tous cas une autre scène captée dans les vestiaires du XV de France et devenue culte. C'était en 2002 à la mi-temps d'un match du Tournoi entre la France et l'Italie. Et le sélectionneur s'appelait alors ... Bernard Laporte.

Notre dossier Coupe du monde de rugby 2015