Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Le rugby va plus vite, plus fort et fait plus mal... même en amateur

mardi 5 septembre 2017 à 19:30 Par Paul Ferrier, France Bleu Occitanie

Pour la première fois le rugby professionnel s'est réuni ce mardi 5 septembre pour évoquer la santé des joueurs professionnels. Un grenelle de la santé des joueurs professionnels.

La polémique sur le KO de Florian Fritz en 2014 avait déjà fait bouger la planète rugby
La polémique sur le KO de Florian Fritz en 2014 avait déjà fait bouger la planète rugby © AFP - REMY GABALDA

Toulouse, France

La première réunion du "grenelle de la santé des joueurs professionnels" s'est tenue ce mardi 5 septembre à l'initiative de la Ligue National de Rugby. Pas de décision lors de cette première rencontre mais une feuille de route dressée. Les thèmes de travail ont été listés. Ils seront développés lors de trois prochaines rencontres : formation et systèmes de jeu ; prévention et sensibilisation des joueurs ; suivi médical et encadrement ; règles et environnement du jeu ; développement des outils à disposition des acteurs terrain (vidéo, statistiques, etc.) ; et enfin protection des joueurs pendant et après leur carrière. Les premières propositions concrètes devraient être faites début 2018.

►►Rugby : premier Grenelle de la santé des joueurs professionnels de Top 14 et Pro D2

Même problème chez les amateurs

Le rugby casse des joueurs déplore Robins Tchale Watchou, président de Provale, le syndicat des joueurs professionnels : "Le rugby pro ça laisse des gens sur le bas côté, ça ne donne pas la possibilité à certains de finir leur carrière avec une bonne intégrité physique". Lors de la dernière phase finale du top 14 il y a eu 19 protocoles commotions. 19 en 5 rencontres. Et en 5 ans, le nombre de blessure dans le rugby professionnel a quasi doublé. 600 blessures en 2012... 1100 la saison dernière.

A Toulouse, le docteur Jean Jacques Galouye préside la commission médicale du comité Midi Pyrénées, l'instance fédérale qui gère les compétitions amateur, jeune et féminine. Le médecin compile les déclarations de commotion cérébrale. Il y en a eu 218 dans le comité la saison dernière, plusieurs chaque week-end. Contre 134 la saison d'avant. Un chiffre qui ne cesse de grossir.

Pour lutter contre ces fameuses commotions, qui peuvent avoir de lourdes conséquences médicales, la fédération tente de mettre en place des protections. La nouveauté cette saison, pour les divisions fédérales et féminines, sera le carton bleu. Si l'arbitre le sort lors d'une rencontre sur une suspicion de KO, le joueur devra sortir du terrain et demander un mot de son médecin pour rechausser les crampons. Le but étant de respecter ainsi le temps de récupération du cerveau après un tel choc.