Rugby

Le Stade Français a encore le droit de rêver

Par Fanny Lechevestrier, France Bleu Paris Région dimanche 20 avril 2014 à 1:17

David Attoub, pilier du Stade Français
David Attoub, pilier du Stade Français © stade.fr

Et s'ils réussissaient l'impossible? Les rugbymen du Stade Français sont toujours aujourd'hui des prétendants officiels aux phases finales et ce, grâce à une très belle victoire, 37 à 23 contre Bordeaux-Bègles. Les Parisiens occupent la 7e place du championnat, à égalité avec Toulouse, 6e, et à deux points de Castres, 5e. Tout se jouera le 3 mai prochain, face à Toulon, leader du Top 14.

Le droit de rêver, d'y croire encore, voilà ce que le Stade Français s'est offert samedi soir en l'emportant 37 à 23 face à Bordeaux-Bègles. Une victoire bonifiée avec la manière et cinq essais à la clef: un doublé de Waisea Vuidravuwalu et des essais d'Antoine Burban, Djibril Camara et Digby Ioane. Après quatre matches sans victoire, les Parisiens se sont donc enfin remis la tête à l'endroit avec panache et ce supplément d'âme qui fait toute la différence. Ils occupent aujourd'hui la septième place du championnat, à égalité avec Toulouse, sixième, et à deux points de Castres, cinquième. Suffisant pour croire vraiment aux phases finales? 

stade français Slimani

stade français Quesada web 2

Il n'y a rien de mieux pour nous que d'aller jouer à Toulon: c'est un super challenge

Reste que si le Stade Français est toujours en vie, il va falloir aller chercher la qualification contre Toulon, leader du Top 14 et en forme olympique en ce moment, loin de l'équipe que Paris avait battu 23/0 à Jean-Bouin, au match aller. L'exploit paraît donc presque impossible. Pour disputer les phases finales, Paris devra aussi compter sur un faux-pas de Toulouse, qui recevra Grenoble, et de Castres, en déplacement à Bayonne. Possible? Pour Gonzalo Quesada, l'atout du Stade Français est qu'il se déplacera sans pression.

stade français quesada web 1

C'est ici que je me suis construis, que j'ai construit ma famille

En attendant le 3 mai et une issue incertaine donc, plusieurs joueurs ont fait ce samedi leurs adieux au public de Jean-Bouin. Olivier Missoup, Anton Van Zyl et David Attoub ont disputé leur tout dernier match de championnat à Paris et sous les couleurs du club de la capitale. L'émotion était forcément très forte au moment de tourner la page, notamment pour David Attoub, après 7 années passées au Stade Français.

stade françaisla der Attoub

Enrobé Stade Français les adieux

Examens mardi pour Sergio Parisse

Les mauvaises nouvelles de la soirée? Une fois de plus les blessures en pagaille. La première, c'est celle de Sergio Parisse. Le capitaine, de retour pour la première fois depuis le 24 janvier, a tenté mais sa cuisse a lâché dès la 8e minute de jeu. Touché aux ischios, le numéro 8 italien passera un scanner mardi. C'est en revanche déjà fini pour Aled de Malmanche. Le talonneur qui faisait lui aussi son grand retour, s'est sérieusement ouvert la main; il pourrait devoir être opéré. Enfin, blessure à la cheville aussi pour le précieux Gerhard Mostert et aux cotes pour Pierre Rabadan. Et pourtant, malgré tout cela, cette envie de croire à l'impossible. Pour y croire, il suffit de se rappeler l'énergie et l'implication d'Antoine Burban (énorme encore ce samedi), la détermination de Jérôme Fillol, le courage de Gerhard Mostert et la joie d'un groupe parisien qui ne veut pas lâcher. Un groupe capable de se transcender au pied du mur.

Rendez-vous donc le 3 mai, à 14h40, pour vivre Toulon/Stade Français en direct et en intégralité sur France Bleu 107.1.

Partager sur :