Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le train de la Coupe du monde à Saint-Étienne pour booster le rugby, comme en 2007

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le train de la Coupe du Monde de rugby 2023 fait une halte à la gare de Saint-Étienne Chateaucreux ces 15 et 16 septembre. Un rendez-vous que le président du comité départemental Patrick Banisette espère porteur pour son sport.

Le train de la Coupe du Monde de rugby, le We love 2023 Tour
Le train de la Coupe du Monde de rugby, le We love 2023 Tour © Maxppp - Sadak Souici / Le Pictorium

Patrick Banisette, comment votre Comité Départemental est-il intégré à ce train de la Coupe du Monde ?

Le train c'est une exposition et nous intervenons sur le parvis avec des animations à destination du grand public, avec une structure gonflable, un mini-terrain de rugby, pour pratiquer en toute sécurité. Nos éducateurs vont animer, à la fois pour nos écoles de rugby et pour le public qui va passer.

La Coupe du monde est dans trois ans. Ce n'est pas un peu tôt pour commencer cette promotion ?

On a tous été surpris par le timing, à tel point que cette édition du train aura une petite sœur dans deux ans. Cela parait tôt et cela permet aussi à la Fédération de faire sa promotion.

D'autant qu'il y a les élections à la Fédération dans quelques jours... Est-ce que vous y voyez clair sur la manière dont votre comité va être impliqué sur les années à venir ?

Pour être franc, à ce jour on n'y voit pas très clair. On a a prévu de travailler avec le comité d'organisation mais nous avons peu d'informations à ce jour. J'ai vécu la Coupe du Monde 2007, on était depuis le 2004, dans le bain. 3 ans avant on travaillait avec les scolaires alors que pour l'instant on est un peu dans le brouillard. 

Vous faites référence à cette édition de 2007 qui reste un grand souvenir populairement à Saint-Etienne. Il y avait eu des répercussions positives pour vote comité.

Très positives en terme de licenciés, en terme d'image. Le rugby avait marqué des points alors que la Loire n'est pas une terre de ballon ovale. On avait progressé à l'issue de la Coupe du monde. La courbe est ensuite descendue doucement.

La Covid-19 a une incidence négative sur les inscriptions en école de rugby ?

C'est la grande surprise. J'avais prévenu mes clubs d'être vigilant et de prévoir un échec. C'est tout l'inverse qui se passe. Nous avons un afflux de licences, les parents ne semblent pas inquiétés par la pratique du rugby. On enregistre de nouveaux pratiquants qui rejoignent nos rangs. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess