Rugby

Le XV de France cherche les raisons de croire à l'exploit

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde et France Bleu lundi 12 octobre 2015 à 11:36

Les Français ont six jours pour relever la tête.
Les Français ont six jours pour relever la tête. © Reuters

Les joueurs français doivent digérer leur échec contre l'Irlande (24-9) mais se projettent déjà vers le quart de finale contre les All Blacks. Le message est clair, il faut essayer de positiver.

Les joueurs du XV de France ont évidemment été marqués par la défaite concédée face à l'Irlande ce dimanche soir. Marqués physiquement par un combat intense où les Français ont passé de longues minutes à défendre. Marqués psychologiquement également car là où ils espéraient l'Argentine, ils vont retrouver la Nouvelle-Zélande. Mais, et c'est la loi des phases finales de la Coupe du monde, ils doivent déjà entrer dans la préparation de ce quart de finale (samedi 21h au Millenium de Cardiff). Première étape, positiver, se dire que l'exploit est possible. Et pas seulement parce que la génération 2007 l'a déjà réalisé.

Ne pas passer la semaine à se lamenter

Les joueurs cherchent donc de quoi se convaincre qu'ils n'ont pas touché leurs limites ce dimanche face à l'Irlande. A l'image du demi-de-mêlée Sébastien Tillous-Borde qui confie : "_A mon avis on a été défaillants dans le secteur du jeu au sol et cela ne se reproduira pas la semaine prochaine. _C'est excitant, c'est un quart de finale et vraiment un gros match. On va tout donner. On va juste demander aux Français de nous soutenir, d'être derrière nous. Ceux qui étaient au stade contre l'Irlande nous ont vraiment poussés. Cette fois, c'est un match couperet, soit on continue, soit on s'arrête. C'est un super match à jouer". 

On joue la plus belle nation au monde. Ce n'est que du bonheur. 

Et Sébastien Tillous-Borde d'insister. "Soit on décide de pleurer pendant cinq jours parce qu'on a perdu contre les Irlandais, soit on bascule vers le prochain match. Je pense que c'est la meilleure solution". L'ailier des Bleus Brice Dulin confirme les propos de son partenaire. "On est là pour aller le plus loin possible. N'oublions pas la progression qu'on a eu avant et la bonne dynamique présente avant l'Irlande. On tente de plus en plus de coups mais pour cela il faut tenir le ballon et c'est ce qu'on n'a pas réussi à faire contre les Irlandais. Les Blacks, ce sera un gros match".

Potentiel à révéler ou méthode Coué

Parmi ceux qui veulent prendre une revanche, Mathieu Bastareaud. Le centre de l'équipe de France sait qu'il a raté son match face aux Irlandais. "On va récupérer, on va se remettre à l'entraînement, analyser ce qui n'a  pas fonctionné. On se doit d'y croire. Avec cette défaite, on n'a pas choisi le chemin le plus facile mais ce sera peut-être le plus intéressant. On a un  défi à relever face au champion du monde, à ce qui se fait de mieux. Les Blacks c'est la référence mondiale depuis des années, ils dominent le rugby mondial. Ce sera le gros test de cette Coupe du monde et de ces dernières années".

Le troisième ligne aile Damien Chouly veut prendre du recul par rapport à la prestation livrée face aux Irlandais. "Personne n'est inquiet. On connait les secteurs sur lesquels on a pêché. A nous de corriger cela. Nos arguments face aux Blacks vous les verrez samedi. Il faudra être plus constants, ne pas défendre autant qu'on l'a fait contre l'Irlande, mettre davantage la main sur le ballon et être plus propres dans les rucks. Il nous reste quelques jours pour bien travailler. On a mis de l'intensité, il faut maintenant trouver plus de maîtrise". Les Bleus avaient pourtant déjà tenu un discours très positif avant la "finale" de la poule D face au XV de Trèfle. Des discours qui n'ont pas pu être concrétisés sur la pelouse du Millenium Stadium. Le théâtre sera le même samedi prochain, l'adversaire sera lui encore un ton au-dessus.

Notre dossier spécial coupe du monde de rugby 2015