Rugby

Le XV de France doit gagner et convaincre contre la Roumanie

Par Yves Maugue, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde, France Bleu Isère, France Bleu La Rochelle, France Bleu Pays Basque, France Bleu Périgord, France Bleu Toulouse et France Bleu mercredi 23 septembre 2015 à 4:00

Noa Nakaitaci sera le seul, avec Picamoles à débuter pour la 2ème fois.
Noa Nakaitaci sera le seul, avec Picamoles à débuter pour la 2ème fois. © Max PPP

Les Français disputent ce mercredi soir face à la Roumanie (21h, Stade Olympique de Londres) leur deuxième match de la Coupe du monde de rugby. Largement favoris et présentant une équipe très remaniée, les Bleus devront en profiter pour monter en puissance.

La victoire surprise des Japonais sur l'Afrique du Sud samedi après-midi a indirectement remis un peu de piment sr les affiches a priori les plus déséquilibrées de cette Coupe du monde. "Il n'y a plus de petites équipes"... voilà la rengaine depuis quatre jours maintenant prononcée par tous les joueurs et entraîneurs des grandes puissances de la planète ovale. 

Les petits feraient-ils désormais peur aux gros ?

La prudence est donc de mise dans le camp français à l'heure d'affronter la Roumanie ce mercredi soir (21h) au Stade Olympique de Londres. Et le plus vigilant s'appelle peut-être Philippe Saint-André. L'actuel sélectionneur se souvient qu'il figurait dans l'équipe de France à un inhabituel poste de centre en 1990, lorsque les Bleus s'étaient faits surprendre à Auch par... la Roumanie (12-6). Il préfère donc insister sur l'essentiel avant cette rencontre.

Il faut faire attention dans notre préparation, d’abord être présent sur le SMIC du rugby c'est-à-dire l’intensité, le combat, la discipline, la maîtrise en conquête. Après il faut essayer de mettre le plus de vitesse possible. On a des joueurs de talent et on est capable de faire de belles choses. — Philippe Saint-André, sélectionneur du XV de France

Face à la 17ème nation du rugby mondial, les Français ne devraient pas trop trembler. C'est en tous cas à espérer car le XV de France a besoin d'engranger de la confiance et pas seulement se contenter des points de la victoire.

Cap sur l'Irlande

Avec la Roumanie ce mercredi et le Canada la semaine prochaine (1er octobre), le XV de France entre dans la préparation du choc de la dernière rencontre de la poule D qui verra les Bleus défier les Irlandais. Cela devrait être la finale du groupe, le vainqueur évitant en quart de finale la redoutable Nouvelle-Zélande. Philippe Saint-André a donc besoin de voir son équipe progresser, les combinaisons se mettre en place. Il reste beaucoup de choses à peaufiner après le match contre l'Italie (32-10) et le sélectionneur le sait. "Il faudra essayer d’être plus patients, affirme Philippe Saint-André, plus précis dans la conservation du ballon et être meilleurs dans les nettoyages".

Des Roumains que personne ne connait

C'est peut être exagéré de dire cela. Mais si les Français affrontaient régulièrement les Roumains jusque dans les années 90, les confrontations se sont raréfiées. Dans un calendrier surchargé, le XV de France n'affronte quasiment plus aucune nation de deuxième zone. Et la Roumanie doit donc se contenter d'affrontements avec la Géorgie, l'Espagne ou le Portugal. Et son niveau s'en ressent. D'autant que le réservoir est limité. La fédération roumaine ne compte que 8.000 licenciés, contre 440.000 en France. Pourtant, la Roumanie possède quelques joueurs de bon niveau. Le pack par exemple est largement composé de joueurs qui évoluent dans l'hexagone.Avec Lazar (Castres), Ursache (Oyonnax), Macovei et Turashvili (Colomiers) et Ion (Perpignan).

Les coiffeurs veulent gagner leur place

Avec treize changements par rapport au XV de France qui à débuté contre l'Italie, Philippe Saint-André fait souffler ses cadres. Mais il laisse aussi une chance à certains de bousculer la hiérarchie. Brice Dulin, le joueur du Racing 92, a raté son dernier match en Angleterre le 15 août. L'ancien agenais avait été titularisé à l'aile. Contre la Roumanie, il retrouve son poste d'arrière.

Je me mets à la disposition du groupe. Là on me met au poste d’arrière, c’est le poste où j’ai le plus joué ces dernières années. Mais s’il faut dépanner à l’aile à un moment donné il faut que j’en sois capable aussi. — Brice Dulin, l'arrrière du XV de France

Pour autant, pas question de jouer sa carte individuelle. Brice Dulin veut surtout profiter de cette première en Coupe du monde. "Ça démange tout le monde, on a envie de jouer chaque match et quand on est dans la tribune, on se languit, on ne peut pas se dépenser et tout vider sur le terrain comme le font les autres. Là j’en ai l’opportunité. De là à se dire qu’il y a des places à gagner, non. Le but c’est de faire le plus gros match possible pour le groupe, continuer sur la bonne dynamique. La compétition est longue. On est 31 et c’est ce groupe là qui fera en sorte d’aller le plus loin possible. Le staff fera les choix".

France-Roumanie : la composition des équipes. - Aucun(e)
France-Roumanie : la composition des équipes. - ©Idé

Notre dossier Coupe du monde de rugby 2015

Dossier France Bleu Coupe du monde de rugby 2015 - Radio France
Dossier France Bleu Coupe du monde de rugby 2015 © Radio France - Maxppp