Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Les Bacchus de l'UBB : "Rien de mieux pour la cohésion d'équipe"

Par

La finale des Bacchus de l'UBB avait lieu ce vendredi soir. C'est finalement l'équipe de Rémi Lamerat qui l'a emporté. Plus que la victoire, ce qui importe, c'est surtout "la cohésion d'équipe" estime le joueur de rugby.

La finale des Bacchus de l’UBB  au stade Moga. La finale des Bacchus de l’UBB  au stade Moga.
La finale des Bacchus de l’UBB au stade Moga. © Radio France - Jade Peychieras

Les Bacchus de l’UBB, acte 3. Le principe : mettre les joueurs du club en compétition, par groupe, pas pour jouer au rugby mais dans des épreuves de toutes sortes, des olympiades, pendant plusieurs semaines. Ce vendredi soir, la finale a eu lieu, après quatre semaines de compétition. Au menu : des pièces de théâtre sur le thème de la fabrication du vin, devant un public restreint de 500 spectateurs. Un moyen de souder l’équipe et de faire plaisir aux supporters en ces temps de disette sportive. 

Publicité
Logo France Bleu

Sur scène, des joueurs déguisés en tonneaux à vin, en Daft Punk ou... en Christophe Urios, l’entraîneur de l'UBB, qui ne s'en est pas offusqué pour un sous : "Je les trouve tout le temps très bons. C'est un groupe étonnant, qui a ce mélange entre rigueur et très grande créativité. Ils se foutent de toi avec beaucoup de simplicité, ce n'est jamais méchant", s'amuse-t-il. Ces Bacchus, "ça permet de créer du lien, ça permet de mettre les joueurs en difficulté sur des challenges et ça permet d'identifier des leaders, d'identifier la relation des groupes, et tout ça c'est très important", ajoute-t-il. 

Important aussi pour les supporters, comme Bruno, venu admirer le spectacle : "Pour les supporters, c'est bien pour voir les nouveaux joueurs dans d'autres situations qu'en short et en maillot, de voir que ce sont des mecs qui savent rigoler, qui ne se prennent pas trop au sérieux."

La pièce gagnante : un remix de Qui veut gagner des millions. Et en Jean-Pierre Foucault, le centre Rémi Lamerat. "On a beaucoup rigolé, on en a pas mal chié parce que c'était beaucoup d'énergie, admet-il. Mais du coup, je pense qu'en début de saison notamment, il n'y a rien de mieux pour la cohésion d'équipe. On n'a pas gagné grand-chose, si ce n'est le droit de chambrer tous les autres pendant un an".

Les gagnants ont aussi eu le droit de donner un gage aux perdants, "mais ça, ça va rester secret", sourit Rémi Lamerat.

loading
Publicité
Logo France Bleu