Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Les Bleuets font chavirer Aimé-Giral : "Il y avait un 16e homme, c'était magnifique"

mercredi 13 juin 2018 à 1:29 Par Cyrille Manière, France Bleu Gironde et France Bleu Roussillon

L'équipe de France des moins de 20 ans a éliminé la Nouvelle-Zélande en demi-finale de la Coupe du monde (16-7) à Perpignan. Un exploit réalisé dans la grosse ambiance du stade Aimé-Giral. Les joueurs n'y ont pas du tout été insensibles.

Lles Bleuets devant 14.000 personnes ont fait face au haka
Lles Bleuets devant 14.000 personnes ont fait face au haka © Maxppp - Michel Clementz

Perpignan, France

L'ambiance des grands soirs à Aimé-Giral marque n'importe quel joueur alors imaginez des jeunes joueurs de 20 ans. Quelque 13.800 spectateurs ont assisté à l'exploit majuscule des jeunes tricolores face à la Nouvelle-Zélande à Aimé-Giral. Le public catalan avait envie de vibrer et c'est aussi et surtout la prestation des Bleuets qui l'a incité à donner de la voix.

La Marseillaise a été le premier frisson de la soirée. Le haka a été religieusement respecté avant que les premiers "Allez les Bleus" ne retentissent dans les tribunes d'un stade qui aura décidément été très gâté en 2018. Le public a poussé les jeunes joueurs à se lâcher encore plus, il leur a donné encore plus confiance et les a aidé à résister en fin de match, quand les Baby Blacks tentaient de renverser la tendance.

A l'issue de la rencontre, les petits tricolores étaient forcément heureux de cette qualification pour la finale mais associaient indiscutablement le public à leur prestation du soir. La palme de la déclaration qui ravira les fans de l'USAP revient clairement au centre de Lyon Pierre-Louis Barassi.

"Si l'USAP ne termine pas dans les six premiers avec ce public...."

Pierre-Louis Barassi (centre, Lyon) : "L'ambiance était énorme. Franchement, l'an prochain si l'USAP ne finit pas dans les six premiers avec ce public, je ne sais pas qui peut finir dans les six premiers. Ça bouge vraiment, ça nous aide vraiment, il y avait un seizième homme sur ce terrain, c'était magnifique. Ça nous aide à résister, quand on a un coup de mou on les écoute."

Pierre Louis Barassi

Romain N'Tamack (centre, Toulouse) : "On avait tout pour nous ce soir, le public et le temps. On avait tout pour faire une grande performance ce soir et grâce au public on a pu réaliser un match quasiment parfait. Battre les Néo-Zélandais c'était quasiment impossible mais on a vu qu'avec le mental et la solidarité, on a réussi à le faire. L'ambiance est très importante, quand on est jeunes on n'a pas l'habitude de vivre des moments comme ça avec un public qui nous pousse dans les moments difficiles. Ca nous aide, ça nous transcende et ça donne envie de se battre pour le public aussi."

Romain N'Tamack

Clément Laporte (arrière, Agen) : "C'est une énorme émotion. le stade était à guichets fermés. On a entendu les supporters nous pousser tout le long et ça nous a permis de franchir cette épreuve des All-Black." 

Clément Laporte

Antonin Berruyer (troisième ligne, Grenoble) : "Quand on a commencé à prendre l'ascendant en mêlée et que le public poussait fort derrière en chantant la Marseillaise, ce sont des choses qu'on avait l'habitude de vivre quand on était enfant dans les tribunes. Franchement ça nous a vraiment aidés. Le public sera présent à Béziers et on en aura besoin pour faire gagner."

Antonin Berruyer

le public d'Aimé-Giral en bleu blanc rouge - Maxppp
le public d'Aimé-Giral en bleu blanc rouge © Maxppp - Michel Clementz