Rugby

Madaule à Toulouse : "On aurait préféré qu'il reste, mais la vie continue" réagit le président de l'UBB Laurent Marti

Par Damien Gozioso, France Bleu Gironde jeudi 27 octobre 2016 à 15:24

"Il faut l'accepter" concède le président Laurent Marti après la nouvelle du départ de son capitaine Louis-Benoit Madaule en fin de saison.
"Il faut l'accepter" concède le président Laurent Marti après la nouvelle du départ de son capitaine Louis-Benoit Madaule en fin de saison. © Radio France - © photos Justine Hamon

Le capitaine de l'UBB Louis Benoit-Madaule, en fin de contrat en juin, quittera le club pour s'engager avec le Stade Toulousain. Un départ non souhaité mais accepté par le président Laurent Marti, qui cherche déjà son successeur.

France Bleu Gironde : L'annonce du départ de Louis-Benoit Madaule est un coup dur ?

Laurent Marti : À l'UBB, depuis que nous sommes en Top 14, on peut compter sur les doigts d'une main le nombre de départs non souhaités, ça n'est pas beaucoup. Je pense à Camille Lopez, Julien Le Devedec et donc Louis-Benoît. Cela fait partie de la vie d'un club, comme ça de temps en temps, des garçons pour des raisons même privées sont amenés à bouger, il faut l'accepter. Louis-Benoît c'est un super mec, c'était devenu notre capitaine, avec Jandre Marais qu'il ne faut pas oublier non plus... On aurait préféré qu'il reste, mais la vie continue.

Laurent Marti : "Cela fait partie de la vie d'un club"

Il était une des figures du vestiaire, au club depuis 2011, c'est un peu de l'esprit "famille" de l'UBB qui s'en va ?

(Rires) Ah non ! L'état d'esprit familial du club, notre ligne de conduite, ne s'étiole pas du tout ! Ce n'est pas parce qu'un joueur décide de tenter sa chance ailleurs que pour autant on perd l'état d'esprit, je vous rassure. Cet état d'esprit ne reposait pas que sur Louis-Benoit mais sur l'ensemble des joueurs et je dirais même tous le contexte général du club.

Il y a une expression qu'un de mes entraîneurs a employé un jour, qui me fait sourire et qui est très vraie : "Les troisièmes lignes aile en France vous secouez un arbre et il en tombe plein".
— Laurent Marti, président de l'UBB

Il va falloir le remplacer, vous visez un joueur JIFF (joueur issue des filières de formation) ?

Effectivement nous sommes obligés de remplacer Louis-Benoit par un JIFF, parce qu'il va falloir en tenir compte... Mais il y a une expression qu'un de mes entraîneurs a employé un jour, qui me fait sourire et qui est très vraie : "Les troisièmes lignes aile en France vous secouez un arbre et il en tombe plein". Donc ce n'est pas le poste le plus difficile à remplacer Dieu merci... Ceci dit si on veut parler d'un troisième ligne JIFF confirmé, de suite au niveau de Louis-Benoit, c'est plus difficile à trouver. SI en revanche on parle de ce qu'était Louis-Benoit en arrivant chez nous, c'est à dire un bon joueur de ProD2, avec un potentiel de développement intéressant, il y en a beaucoup.

►►► Lire aussi : Louis-Benoit Madaule justifie son départ de l'UBB en fin de saison : "J'aspire à de nouvelles ambitions".

Donc vous avez déjà quelques profils en tête...

Nous qui travaillons dur sur le recrutement, faites nous confiance, nous avons cinq à six noms en tête... Comme je le disais, ça peut être un joueur confirmé, c'est plus dur à trouver, mais s'il s'agit de trouver un troisième ligne en devenir, ils sont peut-être moins connu du grand public mais il y en a beaucoup en ProD2. Après il faut faire le bon choix puis convaincre la personne de venir.

Laurent Marti : "Nous qui travaillons dur sur le recrutement, nous avons cinq à six noms pour le remplacer"

Concernant Jean-Marcellin Buttin, son départ est aussi confirmé ?

Oui il part à Lyon. La situation est différente de celle de Louis-Benoît, on est dans son cas sur un poste (arrière/ailier, NDLR) où il y a beaucoup de monde, où on a dû faire des choix. On a voulu jouer la transparence avec lui en disant : "il y a quelques priorités, il pourrait y avoir du mouvement dans l'effectif"... Et comme nous ne pouvions pas lui apporter de garanties, on avait besoin d'encore un peu de temps. Jean-Marcellin, ce que je peux très bien comprendre, avait une belle opportunité à Lyon, il a préféré ne pas attendre et la saisir.

Au regard de ses deux dernières prestations en Champions Cup, deux essais et trois passes décisives, c'est rageant ?

Jean-Marcellin est un excellent joueur, il a eu un début de carrière incroyable, c'est vrai que sur la fin à Clermont il a été un peu en difficulté, peut-être avait-il besoin de cette année chez nous pour se relancer... En tout cas c'est vrai qu'il a fait un bon début de saison et que sur les deux dernières matchs il est très bon. Ça s'est joué un peu avant, c'est comme ça. Vous savez dans les choix que font les joueurs il y a des erreurs, dans les choix que font les clubs il y a des erreurs aussi. Mais ces erreurs sont basées sur le fait que vous vous fiez à un instant "T" pour prendre une décision et qu'elle ne reflète pas forcément de quoi demain sera fait, on a pas de boule de cristal.

Du coup vous envisagez de lui trouver un remplaçant ?

On ne cherche pas beaucoup à recruter cette année, on l'a dit, on aimerait se concentrer sur deux à trois joueurs qui amènent un vrai plus. En fonction des opportunités ce sera à tel ou tel poste, si on trouve un "facteur X" qui joue arrière/ailier, il y aura peut-être moins de renouvellement en interne à ce poste. Sinon, nous avons de la qualité à ce poste donc ce n'est pas une priorité.

Partager sur :