Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Enfant de l'USAP, Matteo Rodor arrive chez les grands

jeudi 17 janvier 2019 à 17:43 Par Cyrille Manière, France Bleu Roussillon

Ce samedi (16 heures), l'USAP joue son dernier match de Challenge cup à Manchester Sale. Le jeune demi-de-mêlée Matteo Rodor, formé au club, connaîtra sa première feuille de match chez les pros. Entre stress et excitation, il attend ce moment dont il rêve depuis longtemps.

Matteo Rodor, première conférence de presse avant un premier match
Matteo Rodor, première conférence de presse avant un premier match © Radio France - Cyrille Manière

Perpignan, France

Entre stress et excitation visibles, le jeune Matteo Rodor prépare sa grande première en sang et or. Si ce match à Manchester Sale n'est pas le plus décisif dans la saison de l'USAP, loin de là, il restera un match à part pour le jeune catalan. Il n'a même pas 20 ans et cet enfant de l'USAP va revêtir le maillot des grands. À l'AJ Bell stadium, il sera remplaçant de Sadek Deghmache à la mêlée. Rodor, bien évidemment le nom est connu dans les travées d'Aimé-Giral. Le jeune Matteo n'est autre que le fils de Nicolas Rodor, ex footballeur professionnel et aujourd'hui entraîneur des cadets à l'USAP.

Nicolas Rodor qui, après avoir joué à Toulouse et à Perpignan, avait tenté l'aventure foot du côté de la Réunion. C'est là-bas que Matteo est né et a commencé le rugby à l'âge de trois ans, malgré l'environnement football. Sept ans plus tard, de retour à Perpignan, Matteo prend sa licence à l'USAP et sera directement entraîné par son cousin Manu Rodor.

"J'ai franchi toutes les catégories au club et du coup, aujourd'hui, c'est avec un immense plaisir que je vais porter ce maillot, raconte Matteo Rodor. Je suis un vrai enfant de l'USAP, ma famille est catalane à 100%, c'est vraiment un grand plaisir pour ma famille et moi ce match ce week-end." Quelques membres de la famille se sont empressés de prendre des billets pour l'Angleterre cette semaine et assister aux probables débuts de Matteo en sang-et-or.

"Depuis tout petit, j'en rêvais", Matteo Rodor

France Bleu Roussillon : Qu'est-ce que ça fait d'intégrer le groupe de l'équipe première de l'USAP et de préparer ce premier match chez les pros ?

Matteo Rodor : J'espère prendre beaucoup de plaisir. Mais il y a eu pas mal de stress cette semaine à l'idée de faire mon premier match chez les pros et j'espère que le groupe sera là pour m'aider à aborder ce match tranquillement. Le but, c'est de se régaler et d’emmagasiner de l'expérience. Comme à chaque match, il y a de la pression, mais forcément, il y en a un peu plus cette fois. Je vais faire abstraction de tout ça pour profiter au max et prendre un maximum de plaisir.

FBR : Est-ce un premier rêve qui se réalise ?

MR : C'est déjà un premier rêve d'intégrer ce groupe. Depuis tout petit, j'en rêvais. Je regardais les matchs de l'USAP à la télé depuis La Réunion. Pouvoir aujourd'hui être dans un groupe qui prépare un match, c'est forcément une immense fierté et un immense plaisir.

FBR : Il n'y a pas de grande pression de résultat, mais que vous évoque ce match à Sale qui est une des meilleures équipes d'Angleterre ?

MR : C'est bien pour nous d'avoir un gros adversaire comme ça qui compte beaucoup de stars, beaucoup d'internationaux. Ça ne peut être qu'une source de motivation pour nous d'aller rivaliser avec ces mecs. À nous de mettre tous les ingrédients qu'il faut pour les contrarier, pour les déranger dans leur jeu. Ils ont un jeu à l'anglaise, très huilé et très précis. On va devoir les bousculer et mettre notre jeu en place. Je n'ai jamais connu d'ambiance anglaise, mais je m'attends à beaucoup de bruit et une atmosphère étouffante, j'ai hâte de voir ça.

FBR : Il y a quand même quelques jeunes joueurs dans l'équipe de l'USAP, est-ce rassurant pour vous personnellement ?

MR : C'est forcément rassurant. J'aurai des têtes familières avec qui j'ai déjà partagé pas mal de matchs. Ces mecs savent comment je fonctionne, comment m'aider, comment je vais pouvoir les aider. Il y aura plus d'automatismes sur le terrain.

FBR : À la mêlée pour l'instant, mais y-a-t-il une préférence entre les postes de 9 et de 10 ?

MR : J'ai longtemps joué 10 au début, mais depuis quelque temps je suis en 9. J'adore les deux postes. J'espère au cours de ma carrière garder ces deux postes pour pouvoir varier. Je joue plutôt 9 de par ma morphologie. David (Mélé) a fait une grande carrière à ces deux postes, c'est un peu le style de carrière que j'aimerais avoir.

FBR : ce serait quoi alors un match réussi pour vous à Sale ?

MR : On rêve toujours de marquer des essais, de faire marquer. Le premier match, on en rêve toujours depuis longtemps et on a imaginé les scénarios. Je suis réaliste et le but est de faire une bonne rentrée et de mettre du rythme, c'est ce que voudront les coachs certainement. Le but est de faire un match propre et de prendre beaucoup de plaisir.

Matteo Rodor avec les espoirs de l'USAP - Aucun(e)
Matteo Rodor avec les espoirs de l'USAP - Zebulon Nog