Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mondial 2023 - Vincent Terrail-Novès : "Nous aurons la Coupe du Monde à Toulouse"

-
Par , France Bleu Occitanie

Le Stadium de Toulouse doit accueillir plusieurs matches de la Coupe du Monde 2023, organisée en France. La Métropole, par la voix de son vice-président en charge des sports Vincent Terrail-Novès, dégonfle le suspense. Les négociations financières en cours ne remettent rien en cause.

Vincent Terrail-Novès
Vincent Terrail-Novès © Radio France - Julien Balidas

Après la sortie de Claude Atcher, directeur général du Groupement d'Intérêt Public, organisateur du mondial 2023, dans les colonnes de Midi Olympique lundi, Toulouse Métropole a réagi. Claude Atcher affirmait que les conditions "n'étaient pas réunies pour qu'on signe un accord d'ici novembre." En fait, les deux parties sont dans un jeu de négociations financières. 

Vincent Terrail-Novès : "Une sortie regrettable" 

Vincent Terrail-Novès est sûr de lui : _"Oui, des matches de la Coupe du Monde auront lieu à Toulouse_. J'en suis certains parce que les points sur lesquels ont été basées les déclarations de Claude Atcher ne sont pas des points de non-retour."

En revanche, le vice-président de la Métropole a peu goûté à cette sortie dans Midol : "Ces déclarations dans la presse sont particulièrement regrettables, ou tout du moins maladroites. Nous avons un interlocuteur que j'ai toujours respecté. Il est très étonnant de voir ces déclarations dans la presse. Je les ai trouvées méprisantes pour les habitants d'Occitanie. Nous on essaie d'avancer. On a fait des propositions. On attendait que le GIP revienne vers nous en nous disant s'il les acceptait ou pas. On ne négocie pas par presse interposée." 

Pourquoi ça coince ? 

Les négociations entre les deux parties sont d'ordre financier. La métropole a demandé au GIP de partager les frais d'aménagement du Stadium, estimés à six millions d'euros. Des frais qui comprennent par exemple l'installation du wifi dans l'enceinte toulousaine, l'installation d'écrans géants, etc. 

La métropole a aussi fixé un prix pour la valeur locative du Stadium : la redevance. Le Stadium sera laissé aux organisateurs du mondial qui eux proposeront un affichage à la métropole pour le montant de la somme discutée actuellement. Un spot de pub, le logo Toulouse Metropole sur le terrain par exemple. Mais là  encore, on ne s'entend pas sur les montants. pour le moment. Tout comme pour l'héritage. La somme touchée après l'événement en fonction des retombées économiques de la coupe du monde.

"Nous sommes confiants. Nous aurons la Coupe du Monde. Dès que j'ai eu Claude Atcher après ses déclarations, il a demandé de modifier des choses. J'en ai fait état au président Jean-Luc Moudenc, qui a de suite accepté. Lundi, nous retournerons vers Claude Atcher en modifiant nos propositions, en nous rapprochant de celles qu'il souhaite", ajoute Vincent Terrail-Novès.

1500 places en moins au Stadium 

Malgré tout, certains points ont avancé au Stadium. Concernant la zone d'en but, pas aux normes selon World Rugby. Les 5 mètres réglementaires n'y seront pas mais presque. En revanche, le stade sera amputé de 1.500 places.

Il reste deux mois pour tomber d'accord sur les termes de l'organisation à Toulouse. La Métropole a demandé l'accueil de deux nations importantes du rugby. Et éventuellement un match du XV de France. Et avant le Mondial, la France est espérée également au Stadium en match de préparation ou pendant une tournée. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu