Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Mondial de rugby féminin : "Les Bleues sont humbles et affamées", confie l'entraîneur Olivier Lièvremont

mardi 8 août 2017 à 20:06 - Mis à jour le mercredi 9 août 2017 à 10:22 Par Rosalie Lafarge, France Bleu Armorique, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde, France Bleu La Rochelle, France Bleu Pays Basque, France Bleu Périgord, France Bleu Touraine et France Bleu

La Coupe du monde féminine de rugby débute ce mercredi en Irlande. A la veille du premier match des Françaises contre le Japon, l'entraîneur des Bleues, Olivier Lièvremont, s'est confié à France Bleu.

Olivier Lièvremont avec l'équipe de France Féminine de Rugby en stage à Ploufragan
Olivier Lièvremont avec l'équipe de France Féminine de Rugby en stage à Ploufragan © Maxppp - Nicolas Créach

La huitième édition de la Coupe du monde de rugby féminin commence ce mercredi à Dublin en Irlande. Pour leur premier match, les Françaises affrontent le Japon à 20h45 (heure française). "On a hâte parce qu'après toute la préparation, les filles ont envie d'entrer dans le vif du sujet", confie l'entraîneur Olivier Lièvremont.

A la veille du premier match de ce mondial, dans quel état d'esprit êtes-vous ?

Olivier Lièvremont : "Nous sommes hyper motivés. On a vraiment très envie que tout commence. Après les deux mois et demi de préparation intensive, les filles ont besoin de rentrer dans la compétition. A l'entraînement, deux mots reviennent souvent : humbles et affamés. Nous sommes humbles, parce que nous avons beaucoup de respect pour les équipes que nous allons rencontrer. Nous sommes également affamés parce qu'on vient chercher quelque chose de grand".

Nous sommes affamés : on vient chercher quelque chose de grand" - Olivier Lièvremont

Les Françaises peuvent-elles être championnes du monde ?

Elles n'ont qu'une envie : donner le meilleur. Elles sont toutes convaincues qu'elles peuvent être championnes du monde. Et nous (Samuel Cherouk et Olivier Lièvremont) aussi. Elles ont mis tous les ingrédients dans la préparation pour pouvoir devenir championnes. L'état d'esprit est irréprochable. Elles peuvent le faire. Tout ne sera sûrement pas parfait, mais ce n'est pas grave. S'il faut qu'on gagne d'un point, on gagnera d'un point. En plus, il y a une très belle complémentarité entre les plus jeunes et les plus anciennes. Les Bleues sont homogènes : avec des filles très puissantes, d'autres plutôt rapides, d'autres avec des appuis, d'autres encore qui savent lire les situation. C'est un très bon mix.

Tout ne sera sûrement pas parfait, mais ce n'est pas grave" - Olivier Lièvremont

Comment l'équipe aborde-t-elle ce mondial ? N'y a-t-il pas trop de stress ou de pression ?

Franchement non. On fait en sorte de relativiser les choses. Il y a quand même bien pire que d'aller faire une Coupe du monde, il y a des choses plus dures dans la vie ! Bien sûr que cette compétition est extrêmement importante, mais il faut garder les pieds sur terre. L'avantage, c'est que les joueuses ont les pieds sur terre. Ce ne sont pas des petites filles. Certaines sont dans la vie active, d'autres sont étudiantes, elles vivent dans le monde réel. Il faut simplement qu'elles profitent d'être là et qu'elles prennent du plaisir. C'est tout. Et puis nous, les entraîneurs, nous faisons en sorte que la pression ne les gagne pas. On leur demande de rester actrices du match. On leur dit "fais ce que tu sais faire de mieux, n'invente pas des choses". Un mondial, c'est particulier, il faut savoir faire des choses simples dans un environnement chaotique".

Ce ne sont pas des petites filles" - Olivier Lièvremont

À quoi faut-il s'attendre face au Japon ?

"C'est une nation qui bosse énormément. Tout est très carré, très analysé. Le jeu est très propre. Notre but, c'est d'arriver à leur mettre la pression. A nous de nous déplacer encore plus qu'elles, d'arriver à mettre de l'avancée sur ces défenses qui montent fort. Bien sûr on se souvient de la victoire surprise de l'équipe masculine du Japon face à l'Afrique du Sud (ndlr : en 2015, les Japonais font tomber le géant sud-Africain pour l'ouverture de leur poule au mondial). Encore une fois, nous devons rester humbles... mais fiers d'être Français !"

A nous de nous déplacer encore plus qu'elles, d'arriver à mettre de l'avancée sur ces défenses qui montent fort" - Olivier Lièvremont

Comment s'est passée cette dernière journée, cette veille de mondial ?

"On s'est entraîné, c'est le fameux captain's run (entraînement du capitaine). On a revu les scénarios du match, le projet de jeu. On est un peu plus "au calme" si je puis dire. Pendant la préparation, c'était trois entraînements par jour, là on a un peu plus le temps de discuter, de se poser, de réfléchir. Mais je vous assure, elles sont prêtes. On sent qu'il y a du gaz ! Maintenant, il n'y a plus qu'à !"

A LIRE AUSSI : Le Mondial de rugby féminin commence ce mercredi en Irlande