Rugby

Narbonne-USAP : vers une réclamation de Perpignan

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon mardi 7 avril 2015 à 16:39

François Rivière président de l'USAP au micro de Philippe Anglade
François Rivière président de l'USAP au micro de Philippe Anglade © Frédéric Liénard / Radio France

Le président de l'USAP François Rivière n'exclut pas de déposer un recours devant les instances fédérales du rugby après une décision arbitrale très contestable lors de la rencontre Narbonne-USAP de dimanche, perdue par l'USAP 31-21.

François Rivière réfléchit, investigue, regarde la vidéo du match et s'interroge encore, mais le président de l'USAP en est maintenant convaincu, 48 heures après la rencontre Narbonne-USAP de pro D2 dimanche, il y a bien eu une erreur dans l'application du règlement, il envisage donc très sérieusement de porter réclamation.

Pour faire simple : à la 31ème minute de la rencontre, un deuxième ballon est arrivé sur le terrain pour relancer le jeu pour un renvoi aux vingt-deux mètres, un ballon qui n'aurait jamais dû se trouver là et qui vaut un essai pour Narbonne.

Explications : à la réception d'une chandelle, l'arrière narbonnais fait un en-avant (sur ses 22 mètres), Jean-Bernard Pujol tape dans le ballon mais n'arrive pas à temps pour aplatir. Au lieu de revenir à l'en-avant Monsieur Boyer ordonne un renvoi aux vingt-deux mètres. Première consternation dans le camp usapiste.

Pendant ce temps,  Vincent Rattez effectue le renvoi rapidement avec un ballon fourni à la hâte par un dirigeant narbonnais à un rammasseur de balle) , il passe entre deux Catalans qui ne faisaient pas action de jeu. L'Audois freine sa course et la reprend pour finalement aller marquer. Stupeur ! Après avoir consulté son arbitre de touche, l'arbitre valide l'essai Narbonnais.

Après le match, le centre orange et noir concédait lui-même que son essai n'était pas valable.

"Le règlement n'a pas été respecté."

  • François Rivière, président de l'USAP****

François Rivière, le président de l'USAP est quasiment convaincu  : " Un point du règlement n'a pas été respecté, et le règlement doit être le même pour les deux équipes . Il n'est pas possible d'introduire sur le terrain un deuxième ballon , il s'agit d'une faute de règlement."

Narbonne USAP / Rivière

"Les investigations le montrent. Le club se doit de faire une réclamation. Nous ne demandons pas que le match soit rejoué, nous n'en sommes pas là, nous voudrions que l'erreur soit reconnue, cela nous prive au minimum d'un bonus défensif et cela aurait même pu changer le sort du match. C'est aux instances fédérales d'en tirer les conséquences. C'est mon rôle de défendre le club pour que le règlement soit le même pour tous."

"Je ne voudrai pas que cela tourne à la vendetta anti-arbitres, mais il y a une règle et il faut qu'elle soit la même pour toute. Nous avions l'avantage et on ne nous l'a pas laissé jusqu'au bout et en plus on fait entrer un deuxième ballon. Ce jour là, le sort du match en a peut-être pati , s'il n'y avait pas eu cet essai là et sur l'essai refusé à l'USAP sur un en-avant très contestable, cela fait 14 points de différence sur le match !"

"Narbonne avait-elle le droit d'introduire un deuxième ballon ?"**

"Après je ne veux pas remettre en cause les décisions des arbitres qui sont souverains sur le terrain , sans vidéo c'est toujours difficile de juger, mais le vrai sujet est de savoir si l'équipe de Narbonne avait droit d'introduire un deuxième ballon directement alors que le notre était juste sorti en ballon mort, apparemment, ça ne serait pas le cas, mais là c'est un point de règlement ce n'est pas l'interprétation d'une décision d'un arbitre" .

> A lire aussi : Narbonne-USAP, l'ombre d'un doute