Rugby

Nicolas Mas, pilier du XV de France : "des moments comme ça, on n'en vit pas beaucoup"

Par Yves Maugue et Arnaud Carré, France Bleu Gironde et France Bleu lundi 14 septembre 2015 à 19:10

Nicolas Mas va disputer sa 3ème coupe du monde
Nicolas Mas va disputer sa 3ème coupe du monde © Radio France - Arnaud Carré

Nicolas Mas est, à 35 ans, l'un des joueurs d'expérience du XV de France. A l'heure d'aborder sa troisième coupe du monde, le joueur de Montpellier évoque l'entrée du XV de France dans la compétition samedi soir face à l’Italie.

France Bleu : ça y est, vous y êtes ou presque ?_

Nicolas Mas :_ toutes les conditions sont réunies pour une bonne préparation, on a été très bien accueillis. On est dans cette coupe du monde. Depuis le temps qu’on attend. Ca a commencé.

Que faut-il faire ou ne pas faire juste avant une coupe du monde ?

Il n’y pas de recette miracle, pas de mode d’emploi. C’est surtout prendre de la confiance, régler des petits détails sur des lancements de jeu ou des placement. Après, c’est l’intensité et le combat qu’on y mettra qui feront la différence. Si on est précis avec beaucoup d’envie, ce sera plus facile. Après, ça reste un match de coupe du monde, les Italiens vont bien le préparer et contre eux, à chaque fois ce seront de grosses parties.

En tant qu’ancien, avez-vous un rôle à jouer auprès de ceux qui vont découvrir la coupe du monde ?

Peut-être que oui mais je n’aime pas trop parler. Après, s’ils veulent venir il n’y a pas de problème. Il faut surtout profiter à fond parce que des moments comme ça on n’en vit pas beaucoup. Ce sont des moments dont on peut parler pendant toute une vie.

Il ne faut pas se laisser piéger par l'évémenement

Vous retrouvez Jacques Brunel qui vous a emmené au titre de champion de France en 2009…

Il est très bon, la preuve il nous a battus deux fois avec l’Italie. On est quelques uns à avoir connu comme joueurs de belles joies avec lui et avec Perpignan. J’espère que samedi j’irai lui serrer la main après la victoire. C’est quelqu’un que je respecte beaucoup. Il a de grosses qualités, il ne gueule jamais mais sait très bien faire passer les messages.

La France doit-elle redouter l’Italie ?

Oui parce que c’est la coupe du monde, parce qu’il y a de l’enjeu. C’est une compétition où il faut gagner tous les matches pour prétendre à quelque chose. Ça va très vite, il ne faut pas se laisser piéger par l’événement, par ce qu’il y a autour. Il faut qu’on le prenne par le bon bout et ça se passera bien mais contre eux c’est toujours compliqué.

Vous êtes prêts ?

Oui on est prêts, dans le sens où on a quand même fait des bons matches de préparation. Le réel commence maintenant et on tous envie d’aller le plus loin possible.

Notre dossier Coupe du monde de rugby 2015