Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Oyonnax / Stade Français : un match sur synthétique mais tout sauf artificiel

samedi 26 décembre 2015 à 18:50 Par Fanny Lechevestrier, France Bleu Paris

Place au Boxing day à la française avec ce dimanche la 11e journée du Top 14 et un match déjà crucial pour le Stade Français, 11e seulement du championnat, en déplacement à Oyonnax, dernier du classement. Coup d'envoi à 14 heures sur France Bleu 107.1.

Pascal Papé va tenter d'amener ses coéquipiers vers un 2e succès à l'extérieur
Pascal Papé va tenter d'amener ses coéquipiers vers un 2e succès à l'extérieur - stade.fr/Stéphane Hamel

Paris, France

Après deux larges victoires face à Trévise en Coupe d'Europe, le Stade Français doit se replonger dans le Top 14 ce dimanche avec déjà pas mal de pression sur les épaules : les champions en titre, 11e seulement du championnat, se déplacent à Oyonnax, dernier du classement, dans l'obligation de gagner pour refaire un peu de leur retard sur le groupe de tête. Une victoire possible pour les Parisiens à condition de trouver ses repères sur un terrain de jeu inédit : le synthétique.

Vu la situation dans laquelle on est, on a besoin de la victoire

"Il ne faut pas se cacher qu'on a besoin de points et d'une victoire pour espérer encore le Top 6. Quand il y a des points à prendre, il faut savoir le faire", l'ailier Jérémy Sinzelle n'y va pas par quatre chemins : le Stade Français a clairement viser le déplacement à Oyonnax pour tenter d'aller chercher un deuxième succès à l'extérieur cette saison. "Des grandes équipes ont mis 40 points à Oyonnax cette année :Clermont y est allé et a mis 40 points, les Saracens y sont allés et ont mis 40 points. Je ne dis pas qu'on va mettre 40 points à Oyonnax, loin de là, mais on a n'a pas le choix : il faut gagner" ajoute le Parisien, conscient de l'urgence de la situation. 

La détermination de Jérémy Sinzelle au micro de France Bleu 107.1

Entraînement ce mardi à La Cipale pour le Stade Français - Radio France
Entraînement ce mardi à La Cipale pour le Stade Français © Radio France - Fanny Lechevestrier

Même ton d'ailleurs pour l'entraîneur Gonzalo Quesada mais le manager du Stade Français se montre un brin soucieux : ses joueurs vont-ils réussir à hausser leur niveau de jeu après l'opposition européenne contre Trévise? Surtout l'Argentin n'a toujours pas oublié l'échec contre Bordeaux où son équipe s'était montrée incapable d'enchaîner : "On ne se trompe pas, on sait qu'Oyonnax joue son maintien. L'an dernier, on venait à Brive qui jouait le maintien et on était venu avec beaucoup de détermination pour recevoir le Racing en barrage, et au final, la différence de motivation était évidente. Alors, j'espère qu'on n'aura pas la même déconvenue."

Gonzalo Quesada soucieux avant d'aller à Oyonnax au micro de France Bleu 107.1

Le synthétique : et si c'était un avantage pour le Stade Français?

Autre interrogation concernant les Parisiens : vont-ils s'adapter au terrain? Oyonnax est le seul club de Top 14 à s'être doté cet été d'une pelouse synthétique pour faire face aux rudes conditions météorologiques. "C'est sûr que cela change, ce ne sont pas du tout les mêmes sensations" explique ainsi le pilier Rabah Slimani. Alors, pour mettre toutes les chances de son côté, le Stade Français s'est entraîné ce mardi sur le synthétique de la Cipale, "installé par le même fabriquant qu'Oyonnax et à la même période" indique Gonzalo Quesada. "C'était nécessaire" ajoute Jérémy Sinzelle, "les appuis sont différents, les rebonds aussi" mais l'oeil malicieux, Rabah Slimani glisse "en mêlée, on est plus stable" et quand on connaît la domination de la mêlée parisienne dans ce championnat, le synthétique pourrait se transformer en avantage pour Paris.

Joueurs et entraîneur nous donnent leur avis sur le synthétique

Le terrain synthétique de la Cipale d'habitude utilisé par le PUC - Radio France
Le terrain synthétique de la Cipale d'habitude utilisé par le PUC © Radio France - Fanny Lechevestrier

"Soit disant c'est pour protéger les joueurs"

Autre question : les joueurs vont-ils réussir à rentrer dans la partie après une semaine de préparation tronquée par des congés de Noël imposés? Car, particularité du Boxing-day à la française : si les clubs doivent jouer durant les fêtes, ils ont aussi dans le même temps l'obligation de donner trois jours de congés à leurs joueurs pour Noël. Résultat : un seul jour d'entraînement, trois jours de pause, et direction Oyonnax pour le Stade Français. Pas l'idéal pour préparer un match crucial et cela, Gonzalo Quesada l'a toujours sur l'estomac : "on ne va pas au bout de la logique. Si on veut donner du vrai repos aux joueurs, on ne les fait pas jouer. Là, on leur demande de jouer sans s'entraîner et c'est soit disant pour protéger les joueurs!"

La colère froide de Gonzalo Quesada concernant le Boxing day

"Une habitude", préfère en rire Rabah Slimani, qui a passé Noël en famille et avec ses enfants, avant de partir ce samedi pour le Haut Bugey.

Les compos d'équipe :

Stade Français : Heinke van der Merwe-Craig Burden-Rabah Slimani ; Hugh Pyle-Pascal Papé ; Matthieu Ugéna-Raphael Lakafia-Jono Ross ; Will Genia-Morne Steyn ; Jérémy Sinzelle-Jonathan Danty-Geoffrey Doumayrou-Waisea ; Djibril Camara. Remplaçants : Laurent Panis, Sakaria Taulafo, Paul Gabrillagues, Sekou Macalou, Clément Daguin, Meyer Bosman, Josaia Raisuqe et Paul Alo-Emile. 

Oyonnax : Laurent Delboubes-Jody Jenneker-Antoine Guillamon ; Leon Power-Geoffrey Fabbri ; Valentin Usarche-Olivier Missoup-Viliami Maafu ; Fabien Cibray-Regis Lespinas ; Fetuumoana Vainikolo-Vincent Martin-Jimmy Yobo-Silvère Tian ; Florian Denos. Remplaçants : Jérémie Maurouard, Soane Tonga, George Robson, Pedrie Wannenburg, Pierrick Gunther, Julien Blanc, Quentin Etienne et Marc Clerc.