Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Derby Toulouse-Castres | Pierre-Yves Revol : "Dommage de disséminer les supporters aux quatre coins du stade"

-
Par , France Bleu Occitanie

Samedi, le Stade Toulousain reçoit le Castres Olympique pour le premier derby de la saison à Ernest-Wallon. Avant cette sixième journée de Top 14, le président du CO Pierre-Yves Revol balaye l'actualité du club tarnais et évoque forcément ce match un peu particulier.

Pierre-Yves Revol
Pierre-Yves Revol © Maxppp - PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP

Toulouse, France

Toulouse reste sur quatre défaites contre Castres. La dernière victoire des Rouge et Noir remonte au 5 novembre 2016. Plus qu'un derby, il flotte un air de revanche dans la ville rose. Du côté du CO, on espère bien poursuivre la série. Le président Pierre-Yves Revol évoque ce derby. 

France Bleu Occitanie : M. Revol, ce premier derby de la saison est très attendu par les supporters des deux camps

Pierre-Yves Revol : Il y a toujours dans ces rencontres un parfum un peu particulier. C'est rencontrer le club qui a été pendant très longtemps le club phare de la région, et qui reste un club à très fort potentiel. A côté, le CO a essayé d'exister et a très bien existé ces dernières années. Il y aura plus de passion que pour un match ordinaire.

Castres a été trois fois finaliste en six ans, Toulouse n'a plus levé un Brennus depuis 2012. Qui est le club phare désormais ? 

Les résultats des clubs ont changé ces dernières années. Maintenant, c'est une période dans la vie des clubs et le Stade Toulousain a un palmarès beaucoup plus étoffé. Ce n'est pas en conquérant que l'on va se déplacer mais avec beaucoup d'humilité. C'est un adversaire de grande valeur, qui a des moyens supérieurs aux nôtres. On reste nous-mêmes. Je ne pense pas qu'il y ait de notre part un pêché d'optimisme. 

Est-ce un vrai derby ? 

Il y a toujours eu du côté du Tarn une volonté à travers le rugby de montrer qu'une sous-préfecture de taille modeste pouvait encore exister par rapport aux grandes métropoles. Vu de Toulouse, je ne suis pas sûr que le CO ait toujours été considéré comme un adversaire à la hauteur du Stade. Aujourd'hui, je pense qu'ils nous prennent un peu plus au sérieux. Mais ça reste un match de rugby et un derby sain. L'un veut retrouver son leadership, l'autre démontrer qu'il peut encore concurrencer les meilleurs.

"Dommage que nos supporters ne puissent pas partager ce moment ensemble" 

400 supporters du CO vont faire le déplacement en bus mais seront éparpillés dans le stade... 

Je comprends le mécontentement de nos supporters qui ont été disséminés aux quatre coins du terrain par nos amis du Stade Toulousain. J'imagine qu'ils ont de bonnes raisons. C'est dommage pour l'ambiance, pour ce public qui aime se rassembler. Le but c'est d'être ensemble, de partager ce moment ensemble. C'est dommage qu'ils ne puissent pas le faire. Tout ce qui est autour du sport, ça doit être pérenne. Il faut toujours veiller à conserver la convivialité du sport. On fera avec et j'espère qu'il y aura quand même une belle confrontation entre les deux clubs.

Christophe Urios et le staff du CO ont été récompensés ce lundi à Paris ; meilleur staff de la saison dernière... 

C'est une récompense légitime qui vient couronner un parcours d'excellente facture. Le club mesure tout à fait la contribution du staff. Maintenant, ce staff est en place jusqu'à la fin de la saison, un autre prendra la suite. Le club a déjà su faire face à des évolutions comme celle-ci. En attendant, on est très fier du parcours réalisé par le staff actuel.

L'après-Urios vous inquiète ? 

Je ne suis pas inquiet parce qu'on l'a préparé assez tôt, on a pris des décisions rapidement. Le club a pu s'organiser en conséquence. Comme chaque saison, je ne suis pas non plus béat d'optimisme et je sais que ce club ne pourra s'en sortir que si il reste très réaliste et avec beaucoup d'humilité. On ne changera pas.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu