Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Présidence de la Ligue, Top 16... Le président du Castres Olympique Pierre-Yves Revol donne ses impressions

-
Par , France Bleu Occitanie

Pierre-Yves Revol était l'invité de l'émission sport 100% Club ce vendredi soir sur France Bleu Occitanie. Entre la création d'un futur Top 16, la présidence pour la Ligue Nationale de Rugby et la bonne forme de son club, le président du Castres Olympique nous donne ses avis.

Pierre-Yves Revol, président du CO.
Pierre-Yves Revol, président du CO. © Radio France - Julien Balidas

L'actualité rugby est riche en cette fin du mois de janvier. Entre la crise sanitaire et les reports de matchs, la présidence pour la Ligue Nationale de Rugby et le projet d'un Top 16 à terme, les sujets chauds ne manquent pas. Le président du Castres Olympique Pierre-Yves Revol n'en élude aucun et donne ses impressions sur France Bleu Occitanie. 

France Bleu Occitanie : Pierre-Yves Revol, un premier mot sur cette situation sanitaire. Deux rencontres sont reportées ce week-end (dont le déplacement du Stade Toulousain à La Rochelle), est-ce que cela vous inquiète, et plus globalement tous les présidents du Top 14?

Pierre-Yves Revol : Tout le monde est inquiet, pas seulement les présidents de Top 14. Tout le monde essaie de s'adapter, y compris la Ligue. Tant que le championnat continue, il faut retenir le côté positif. Il faut une capacité d'adaptation en ce moment. 

F.B.O : En Top 14 justement, le C.O va mieux en ce moment. Trois victoires de suite avant la défaite à Clermont, on respire mieux? 

P.Y.R : On était dans une situation difficile qui demandait un redressement rapide. On avait plus de temps à perdre, on a réaménagé notre dispostif interne, il y a eu aussi une prise de conscience de l'effectif et nos valeurs collectives nous ont permis de ne pas sombrer, même dans la difficulté. Cela s'est traduit sur le terrain, à nous maintenant de confirmer sur la durée. 

F.B.O : Quand le club était dans une mauvaise passe au mois de décembre, vous avez décidé finalement de ne pas être président à la Ligue Nationale de Rugby avec une élection au mois de mars, est-ce que vous regrettez cette décision maintenant? 

P.Y.R : Pas du tout. Vu la situation de mon club qui était tout de même inattendue, je crois qu'il n'y avait pas d'autre solution. Je ne pouvais pas me présenter à la Ligue avec le contexte de ce moment-là. Il a évolué depuis, celà-dit nous ne sommes pas encore sortis de l'auberge. Je ne vais pas revenir dessus maintenant, il y a d'autres candidats qui se préparent. 

F.B.O : Justement dans ces candidats qui se préparent, on parle de Vincent Merling, le président de la Rochelle, Alaint Tingaud, le vice-président de la Ligue... Vous voyez qui à la tête de la Ligue?

P.Y.R : Vincent Merling semble faire acte de candidature, bien qu'il ne l'ait pas encore officialisé. Il me semble qu'il a tous les attributs pour le poste, il a de l'expérience, avec moi c'est le plus ancien président de club professionnel en France. Je crois qu'il connaît vraiment toutes les facettes du rugby, et c'est par ailleurs un entrepreneur qui a développé son affaire et je pense que sa candidature est très légitime. C'est une personnalité très connue au-delà de la Rochelle, il a tous les attributs. 

F.B.O : Une autre actualité, cette idée de Top 16 qui ressort cette semaine... Vous faites partie des présidents qui seraient pour passer de 14 clubs à 16 dans l'élite du rugby français?

P.Y.R : Ce débat revient souvent, et il est légitime. Mais il ne faut pas qu'il ressorte maintenant. La LNR vient de lancer un appel d'offres pour ces droits télé, et je crois que le rugby a besoin de visibilité dans une période économique qui est très compliquée, c'est même prioritaire. Et le débat sur le format ne doit pas venir paralyser l'appel d'offre en cours. Attendons un peu, ce débat aura lieu avant ou après les élections de la Ligue, il aura lieu en interne donc je me garderai bien de l'alimenter aujourd'hui. On a besoin de sérénité aujourd'hui, il n'y a pas de divergence à exposer sur la place publique, c'est ça le plus important. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess