Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Pro D2 - barrage : L'Aviron Bayonnais doit "jouer à fond" face à Nevers

-
Par , France Bleu Pays Basque

L'Aviron Bayonnais reçoit Nevers ce samedi 11 mai (20h45) pour le premier des deux barrages de Pro D2. Les rencontres de saison régulière entre les 2 équipes se sont soldées par une victoire serrée de chaque côté. Celui qui saura se lâcher et encaisser le mieux la pression devrait l'emporter.

Les Bayonnais d'Arthur Duhau (balle en main), Julien Tisseron (à gauche) et Romain Barthélémy devront se lâcher pour éliminer Nevers
Les Bayonnais d'Arthur Duhau (balle en main), Julien Tisseron (à gauche) et Romain Barthélémy devront se lâcher pour éliminer Nevers - Aviron Bayonnais Rugby Pro

Bayonne, France

Le premier barrage de Pro D2 entre le 3e du classement (Bayonne) et le 6e (Nevers), chez le mieux classé, est aussi celui qui est censé être le plus déséquilibré. Mais de la théorie à la pratique, il y a un grand pas que ne franchiront pas les Bayonnais. Ils s'attendent à un match difficile et serré ce samedi 11 mai (20h45) devant leur public du stade Jean-Dauger.

"Avoir zéro regret et se lâcher"

Et pour cause, les confrontations entre les deux équipes se sont soldées par des scores serrés et une victoire de chaque côté - Bayonne l'a emporté à domicile (26-21) puis Nevers en a fait de même (23-17) - dans des matchs âpres et disputés. En perte de vitesse, mais n'ayant rien à perdre pour leur première qualification, les Bourguignons sont donc à prendre au sérieux. Pour le centre bayonnais Peyo Muscarditz la différence se fera "sur la discipline, au niveau de la conquête et sur 1 ou 2 _choix stratégiques_, pas plus."

Et sans doute sur l'envie entre deux équipes qui ont rempli leur objectif de début de saison en se qualifiant. De ce côté, les Bayonnais, qui ont en mémoire leur victoire en finale en 2016, n'ont pas l'intention de s'en laisser comter : "On sait que si on ne gagne pas celui-là on arrête la saison, et on a pas envie d'arrêter. Sur ces matchs là, il faut avoir zéro regret et se lâcher. On jette toutes les forces dans la bataille", prévient Vincent Etcheto, l'entraineur des trois-quarts. "On veut se faire plaisir sur le terrain, renchérit Peyo Muscarditz, et si ça le fait, je ne vois pas pourquoi il n'y aurait pas le résultat au bout."

Le déclic du derby ?

Pas évident quand on a un groupe comprenant de nombreux jeunes qui vont découvrir ces matchs couperets à forte pression. Mais le capitaine Antoine Battut estime que l'équipe a beaucoup appris ces dernières semaines et prend pour preuve le match abouti, sans doute le meilleur de la saison bayonnaise, le week-end passé à Brive : "Ca fait partie des "bon côtés" de la défaite contre Biarritz, ceux qui n'avaient pas l'habitude de prendre la pression pour des gros matchs ce jours-là ont compris. Je pense qu'on su basculer".

L'autre avantage des Bayonnais sera évidemment l'appui de son public, même si le stade Jean-Dauger est loin d'afficher complet à quelques heures de la rencontre. Un avantage, à condition de savoir l'utiliser avertit Antoine Battut : "Quand on a un quart de finale à domicile, la moindre des choses c'est de le gagner. Il ne faut pas que ce soit de la pression négative, il faut que ce soit de la bonne pression. Ils vont nous encourager fort, il faut qu'on se serve de cette force pour la mettre dans la partie."

"Jamais deux sans trois"

Et pour ne pas se mettre trop la pression,  l'Aviron qui mise avant tout sur son collectif, tente d'exorciser par la parole, témoigne Peyo Muscarditz : "on en discute, c'est le _moyen de décompresser_, avec les plus anciens et les plus jeunes qui n'ont pas trop vécu de phase finale. Il nous tarde de voir Jean-Dauger remplit comme lors du derby, et essayer de redresser la barre."

Mais pour Vincent Etcheto, la comparaison avec le choc perdu - la seule défaite de Bayonne à domicile cette saison - face au voisin biarrot. Les phases finales sont des matchs totalement différent, avec au bout la suite ou la fin du parcours. Et dans ces cas là, l'ancien manager de la victoire bayonnaise en finale de Pro D2 en 2016, cherche les bons augures : "j'ai fait 2 phases finales dans ma vie d'entraineur, une fois avec Bordeaux, une fois avec Bayonne et je suis allé au bout les deux fois... donc jamais deux sans trois."

Mais en disant cela, le technicien des lignes arrières croise les jambes, par superstition, "bien sûr qu'on est un peu fétichistes, on se raccroche à des choses". Et d'enchainer en reconnaissant également qu'"en tant que joueur j'ai fait 5 quarts de finale et je n'ai jamais été au-dessus. Il n'y a pas de certitudes." Sauf peut-être sur la recette, celle qu'il veut voir ses hommes appliquer : "à chaque fois qu'on a été au bout, c'est qu"on a joué les choses à fond, _qu'il y avait un esprit de groupe extraordinaire, et qu_'il y avait un peu d'insouciance et de plaisir."

Aviron Bayonnais / Nevers, barrage de Pro D2, samedi 11 mai (20h45). Un match à vivre en intégralité sur France Bleu Pays Basque dès 20h15

Les compositions

L'Aviron a effectué 5 changements par rapport à l'équipe de départ qui a perdu d'une courte tête (20-18) face à Brive, mais qui a perdu 3 éléments sur blessure (Saubusse, Boniface, Oulaï)

  1. Aretz Iguiniz
  2. Torsten Van Jaarsveld
  3. Toma Taufa
  4. Pof Van Lill
  5. Adam Jaulhac
  6. Baptiste Héguy
  7. Antoine Battut (cap)
  8. Filimo Taofifenua
  9. Guillaume Rouet
  10. Manuel Ordas
  11. Arthur Duhau
  12. Romain Barthélémy
  13. Peyo Muscarditz
  14. Latu Latunipulu
  15. Aymeric Luc

Remplaçants : 16. Maxime Delonca, 17. Bandisa Ndlovu, 18. Abdellatif Boutaty, 19. John Beattie, 20. Sean Robinson, 21. Tristan Tedder, 22. Julien Tisseron, 23. Luc Mousset

  1. Jordan Seneca
  2. Hikawera Elliot
  3. Nemo Roelofse
  4. Frank Bradshaw
  5. Thomas Ceyte
  6. Julien Kazubek
  7. Fred Quercy
  8. Hugo Fabrègue
  9. Auvasa Falealii
  10. Frédéric Urruty
  11. Stéphane Bonvalot
  12. Ilikena Bolakoro
  13. Nasoni Naqiri
  14. Josaia Raisuqe
  15. Loic Le Gal

Remplaçants : 16. Jean-Philippe Genevois, 17. Tornike Mataradze, 18. Senio Toleafoa, 19. Théophile Cotte, 20. Jason Fraser, 21. Julien Berger, 22. Rudy Derrieux, 23. David Lolohea