Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Pro D2 : "Ça va être un gros combat" prévient Yohan Le Bourhis avant Biarritz - Oyonnax

-
Par , France Bleu Pays Basque

Le Biarritz Olympique se déplace ce jeudi (20h45) à Oyonnax en ouverture de la 28e journée de Pro D2. Retrouvailles avec un joueur qui a débuté au BOPB avant de saisir une opportunité dans l'Ain : Yohan Le Bourhis.

Yohan Le Bourhis avec Oyonnax, contre Carcassonne, le vendredi 11 Octobre 2019
Yohan Le Bourhis avec Oyonnax, contre Carcassonne, le vendredi 11 Octobre 2019 © Maxppp - Maxppp

Après deux réceptions, le Biarritz Olympique est en déplacement. Direction l'Ain pour y affronter Oyonnax, en ouverture de la 18e journée de Pro D2 (20h45). Le BOPB cinquième au classement pointe à six points des Oyomen, quatrièmes et se déplace avec l'optique de remporter un deuxième match loin d'Aguiléra. "Un match compliqué" reconnait Yohann le Bourhis, ouvreur d'Oyo, qui a commencé sa carrière au BO (entre 2014 et 2017).

France Bleu Pays Basque : Comment abordez-vous ce match contre le Biarritz Olympique du côté d’Oyonnax ?

Yohan Le Bourhis : On a à cœur de se racheter, notamment après le revers de la semaine dernière à Carcassonne, de ne pas répéter les mêmes erreurs. Le rugby est un sport de combat et d’agressivité, et c’est ça qu’on va devoir mettre en place sur le terrain. On a besoin de point absolument parce que la bataille en haut du tableau est très rude, avec Grenoble, Perpignan, et Colomiers qui montre d’excellentes choses cette année, mais aussi Biarritz. C’est bien beau de dire qu’il y a trois équipes qui peuvent prétendre au top 3 mais il faut aussi assumer derrière sur la pelouse. Nos trois derniers déplacements (qui se sont soldés par des défaites) ont fait mal, même si on aurait pu faire mieux, dans notre contenu. Comme a dit Joe (el Abd, le manager) il nous faut remettre l’église au centre du village. Ça va être rude, ça va être physique et à nous de répondre présent sur le terrain. 

Quel regard portez-vous sur le BOPB ?

Ça va être un match ultra compliqué parce que Biarritz progresse énormément chaque année. Ils ont cette année une équipe qui possède dans ses rangs de bons joueurs, de gros joueurs. Ils montrent de plus en plus de choses. On sent que la mayonnaise commence à prendre bien […] ça évolue énormément. 

Je n’oublie pas que c’est ce club qui m’a lancé

Sauf si je me trompe, je pense qu’à Biarritz, on a fini par accepter qu’on évolue en Pro D2 et que ça allait être plus compliqué pour remonter en Top 14. Ils sont repartis sur de bonnes bases, de bonnes structures, et un très bon recrutement. Parfois ça fait aussi du bien de repartir à zéro et de mieux remonter la pente, c’est ce qu’ils sont en train de faire. C’est une équipe qui ne fait pas de bruit mais qui fait partie des grosses écuries de ce championnat. 

Yohan Le Bourhis sous le maillot biarrot contre Provence Rugby, le 11 septembre 2015 - AFP
Yohan Le Bourhis sous le maillot biarrot contre Provence Rugby, le 11 septembre 2015 © AFP - AFP

Vous êtes arrivé l’été dernier à Oyonnax, comment se passe la saison pour vous ?

Très bien. Il y a un super groupe, un super état d’esprit. Je me régale parce que, pour ma part ça fait du bien de jouer. Tout est mis en place pour qu’on soit dans les meilleures conditions : le centre d’entrainement, les terrains, le public et l’ambiance qui se dégage de ce club. Quand on s’entraîne et qu’on ne joue pas les week-ends c’est toujours difficile à avaler c’est toujours compliqué de garder un certain rythme. Et là le fait de jouer, c’est pour moi le meilleur moyen de progresser, apprendre et acquérir le plus d’expériences, en espérant que ça dure le plus longtemps. Je prends tout ce qu’il y a à prendre, en espérant continuer à progresser.

Vous faites partie d’une génération d’anciens joueurs biarrots qui commencent à crever l’écran (Maxime Lucu, Alban Placines, Kylan Hamdaoui, Alexandre Roumat, etc)…

C’est vrai. Quand David Darricarrère est arrivé à Biarritz, il a permis au club de repartir sur de bonnes bases. Il a lancé des jeunes, quand certains se demander pourquoi, mais c’est un investissement à long terme et il n’a pas eu peur de ça. LMaxime, Alban, Kylan, Alexandre, Théo Dachary, Alex Arrate… je pourrais presque citer toute l’équipe, comme Tim Giresse, avec qui je joue aujourd’hui à Oyonnax. Tout le monde a réussi à progresser, on a tous travaillé à fond. Certains sont en équipe de France, d’autres tapent aux portes de la sélection et il y en a qui sont installés en Top 14. On a eu une super génération. Des mecs qui avaient envie de travailler, d’aller plus loin, avec qui on avait réussi à atteindre les demi-finales de Pro D2. Et ça fait plaisir de voir tous ces joueurs aussi haut aujourd’hui.

*le Biarritz Olympique a refusé de répondre à nos questions avant ce match.

Oyonnax / BO, 18e journée de Pro D2, jeudi 23 janvier à 20h45

▶ A vivre en intégralité dès 20h30 sur France Bleu Pays Basque

Les compos

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu