Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Pro D2 : L'Aviron Bayonnais entre dans une période cruciale

vendredi 8 février 2019 à 1:30 Par Thibault Vincent, France Bleu Pays Basque

Bayonne reprend la Pro D2 ce vendredi 8 février avec la réception de Carcassonne. Aux deux tiers du championnat (20e journée), le nouveau bloc de 4 matchs s'annonce décisif pour le 2e du championnat. Mais la période pourrait aussi s'avérer délicate en coulisses.

Le mois de février, à commencer par la réception de Carcassonne, s'avère déterminant pour les Bayonnais de Van Lill
Le mois de février, à commencer par la réception de Carcassonne, s'avère déterminant pour les Bayonnais de Van Lill - Aviron Bayonnais Rugby Pro

Bayonne, France

L'Aviron Bayonnais réattaque la Pro D2 avec la réception de Carcassonne ce vendredi 8 février (20h). Le premier d'une nouvelle série de 4 matchs (à Bourg-en-Bresse, contre Béziers, à Aurillac) qui s'annonce à la fois accessible, délicate et déterminante, alors qu'on atteint les deux tiers du championnat (20e journée).

"Si ça se passe très bien on sera en route pour les 2"

L'appétit venant en mangeant les ciels et blancs, installés depuis de 2 mois et demi sur le podium, deviennent de plus en plus ambitieux. "Bien sûr qu'on vise les 6. Et on se dit que si ce bloc se passe très bien, on sera en route pour les 2 (premières places, ndlr)" avoue Vincent Etcheto. Mais ce nouveau bloc s'annonce "hyper déterminant" aux yeux de l'entraîneur des lignes arrières.

Et ça commence par la réception délicate de Carcassonne, l'équipe suprise de cette saison estime Antoine Battut, le capitaine bayonnais. "Ils sont pénibles et à la fois joueurs, donc il va falloir être bons sur les bases et capables de tenir le ballon pour les mettre en difficulté", renchérit l'entraîneur. La mêlée, dans le viseur des arbitres et des adversaires, sera notamment déterminante.

Vincent Etcheto, entraineur des arrières de l'Aviron Bayonnais, se méfie de Carcassonne - Radio France
Vincent Etcheto, entraineur des arrières de l'Aviron Bayonnais, se méfie de Carcassonne © Radio France - Thibault Vincent

Quant aux déplacements chez deux équipes qui se battent pour leur maintien, ils ne s'annoncent pas moins compliqués. "Il faudra rester méfiants. Il faudra avoir l'ambition de bien faire ce que l'on sait faire, mais pas avoir trop d'ambition et passer à côté de certaines bases nécessaires."

Un vestiaire hermétique aux états d'âmes ?

L'une des clés des bons résultats de l'Aviron cette saison, c'est l'état d'esprit affiché sur le terrain, rarement condamnable, encore moins ces dernières semaines. Le résultat notamment d'un "vestiaire qui vit bien" clament régulièrement joueurs et entraineurs. Mais l'équilibre est fragile. Et à Bayonne comme ailleurs, les nuages guettent en cette période. 

Le danger vient notamment des joueurs pas ou peu utilisés. En particulier de ceux qui sont en fin de contrat en juin et ne seront pas reconduits et de ceux dont l'Aviron aimerait se séparer. Parmi eux nombre d'anciens. Forcément inquiets, mécontents. Des états d'âmes qu'il faut maîtriser pour qu'ils ne rejaillissent pas sur le groupe.

"Pour l'instant les résultats nous donnent raison"

Une situation presque banale, dont les entraineurs ont conscience, affirme Vincent Etcheto. "On pèse le pour et le contre (au moment des compositions, ndlr), il y a beaucoup de débats dans le bureau. On essaie de l'expliquer aux joueurs, sans se justifier, et pour l'instant les résultats nous donnent un peu près raison. Après qu'il y ait des joueurs qui ne soient pas contents de jouer c'est normal, mais on travaille bien."

Les mécontentements seraient donc confinés entre le joueur concerné et ses entraineurs, et le vestiaire préservé. C'est ce qu'affirme le demi-de-mêlée Emmanuel Saubusse: "L'ambiance est très bonne parce qu'il y a des victoires et qu'on est 2e, donc la bonne humeur est au rendez-vous. Y a pas de raison à la mauvaise humeur, on espère que cela va continuer le plus longtemps possible."

Emmanuel Saubusse, demi-de-mêlée de l'Aviron Bayonnais, en conférence de presse avant le match contre Carcassonne - Radio France
Emmanuel Saubusse, demi-de-mêlée de l'Aviron Bayonnais, en conférence de presse avant le match contre Carcassonne © Radio France - Thibault Vincent

"Ca ne veut pas dire qu'ils ont un mauvais état d'esprit"

Quant aux choix, ils sont uniquement sportifs, voir relatifs au statut de Jiff (joueur issu des filières de formation française) et des quotas imposés par la Ligue Nationale de Rugby (15 JIFFs au minimum en moyenne par feuilles de match cette saison), explique Vincent Etcheto. 

En revanche la situation contractuelle de certains joueurs - par exemple l'arrière Martin Bustos Moyano qui a une clause de reconduction automatique de son contrat (qui prend fin en juin) si il joue au minimum 15 matchs cette saison (déjà 10 matchs joués) - ne rentrent pas en ligne de compte affirme l'entraîneur.

Antoine Battut, en bon capitaine, veille à l'équilibre du vestiaire bayonnais - Radio France
Antoine Battut, en bon capitaine, veille à l'équilibre du vestiaire bayonnais © Radio France - Thibault Vincent

Antoine Battut, ancien vice-président de Provale (syndicat des joueurs), reste lui attentif à cette période forcément délicate dans la carrière de certains : "En tant que capitaine j'essaie de faire attention à ce que tout le monde reste tourné vers l'objectif principal, la réussite du collectif. Après, oui, il faut savoir écouter, prêter l'oreille (...) Il y a des joueurs qui ne le prennent pas forcément bien, mais ça ne veut pas dire qu'ils ont un mauvais état d'esprit."

Aviron Bayonnais / US Carcassonne. Match à vivre dès 19h30 sur France Bleu Pays Basque et ici. Coup d'envoi à 20h

Les compositions

Les Bayonnais sont toujours privés des Sud Africains Armandt Koster et Willie Du Plessis qui n'ont pas encore eu le feu vert après leurs commotions. L'ailier australien Latu Latunipulu, arrivé dimanche en tant que joker médical (de Benjamin Thiéry), n'est pas encore qualifié.