Rugby

[REACTIONS] Un sérieux coup de froid pour le Stade Toulousain à Oyonnax

Par Jérémy Marillier, France Bleu Toulouse dimanche 17 janvier 2016 à 0:13

Le Toulousain Matanavou hagard après le premier essai d'Oyonnax.
Le Toulousain Matanavou hagard après le premier essai d'Oyonnax. © Maxppp

Ils étaient déjà éliminés, certes. Mais ils voulaient au moins terminer avec les honneurs. C’est raté ! Le Stade Toulousain a été balayé hier à Oyonnax (14-32), lors de la 5eme journée de Coupe d’Europe. Ils sont derniers de leur poule.

26 secondes : voila le temps pendant lequel le Stade Toulousain n’a pas été mené au score. 26 secondes, c’est en effet le temps qu’il a fallu à l’ailier d’Oyonnax Silvere Tian pour inscrire le premier essai des siens. Le ton était donné. Dans un froid glacial et sous la neige, les Oyomen ont rapidement fait la différence. Trop rapidement. 17-0 après 30 minutes de jeu.

Cette rencontre, on ne se la rend pas facile en première mi-temps, notamment avec cet essai casquette à la première minute où je suis impliqué. Malgré cela, nous avons essayé de remettre un peu de rythme et de les prendre sur les ballons portés. Mais voila, Oyonnax a bien défendu. Nous, nous sommes vraiment passés à côté de notre match pour pouvoir espérer quoi que ce soit. 

— David Mélé, demi de mêlée du Stade Toulousain.

Un turnover qui ne paie pas

Pour cette rencontre sans véritable enjeu, Ugo Mola avait décidé de faire tourner son effectif. De nombreux cadres laissés au repos, c'était l'occasion de voir à l'oeuvre des joueurs comme Kunatani, Poitrenaud, Perez, Poi ou encore Tialata. Un XV de départ sans véritable repère collectif, ce qui a sans doute fait la différence face à une équipe d'Oyonnax motivée et appliquée pour décrocher la première victoire de son histoire en Coupe d'Europe.

Il y a quelques motifs de satisfaction sur certains joueurs mais collectivement, nous étions dans le dur. C’est toujours un regret de jouer comme ça, même si l’on savait que l’on manquerait de liant et de choses qui permettent normalement de gagner ce type de rencontres. Ce qui est marrant, c’est que nous n’avons pas la sensation d’être passé à côté, mais le score reflète une équipe qui n’a pas réalisé une grande performance. Oyonnax a mis les ingrédients en terme d’intensité et d’agressivité alors que nous, nous n’avons peut-être pas mis tous les ingrédients. Force est de reconnaître qu’on ne peut pas avoir les mains en haut du guidon, même si l’on est en tête du championnat en terme de points, et qu’il faudra garder et élever notre niveau de vigilance. 

— Ugo Mola, l'entraineur du Stade Toulousain.

Avec cette lourde défaite au stade Mathon, les Toulousains sont officiellement éliminés de la Coupe d'Europe. Ils rétrogradent même à la dernière place de leur poule, avec deux points de retard sur leur adversaire du jour. De leur côté, les Saracens ont assuré leur billet pour les quarts de finale en dominant l'Ulster (33-17). Les Saracens, c'est justement l'équipe que vont retrouver les Toulousains samedi prochain à Ernest-Wallon. Une dernière rencontre européenne pour cette fois partir la tête haute.