Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Robert Ménard reprend la main sur l'ASBH et met en place une direction transitoire

Par

C'est LE feuilleton de l'été à Béziers. Celui de l'ASBH. Après le projet émirati, l'épisode DNACG, puis les deux coprésidents qui décident de quitter le club, c'est au tour du maire de Béziers de rentrer dans la danse. Il met en place une direction provisoire et tente d'éteindre l'incendie.

Robert Ménard entouré des nouveaux dirigeants de l'ASBH Robert Ménard entouré des nouveaux dirigeants de l'ASBH
Robert Ménard entouré des nouveaux dirigeants de l'ASBH © Radio France - Guillaume Roulland

Quelques heures seulement après l'annonce officielle selon laquelle Cédric Bistué, un de deux coprésidents de l'ASBH, quittait le club à son tour, Robert Ménard a annoncé ce vendredi matin qu'il avait demandé à deux de ses actionnaires et sponsors, Jean-Michel Vidal et Michaël Guedj, de prendre en main provisoirement les destinées du rugby professionnel biterrois.

Publicité
Logo France Bleu

Une conférence de presse en grande pompe, et ouverte aux supporters de l'ASBH, a été organisée dans la salle des mariages de l'hôtel de ville. Un gros coup de com surtout pour le maire de Béziers, lui permettant de clamer haut et fort qu'il a bien repris la main sur l'ASBH, après des semaines de tensions, de rebondissements et d'incertitudes.

Deux nouveaux coprésidents "transitoires"

Jean-Michel Vidal et Michaël Guedj sont donc les nouveaux coprésidents "transitoires", jusqu'à la mise en place d'une nouvelle gouvernance et d'une nouvelle équipe dirigeante. Mais quand, qui et comment ? On en sait pas beaucoup plus ce vendredi.

Ce dont le maire de Béziers, qui a monopolisé la parole en conférence de presse, ne se cache pas en revanche, c'est sa volonté de tout changer à l'ASBH. A commencer par sa structure administrative. "La formule SASP n'est sans doute plus la bonne formule à utiliser ici, a expliqué Robert Ménard. On a mandaté un cabinet d'avocats lyonnais pour travailler sur une nouvelle structure administrative."

La ville a également demandé au cabinet KPMG de faire un audit complet de la situation financière de l'ASBH, tout en précisant qu'elle "ne donnera pas un centime de plus au club".

C'est une fois que tout cela sera éclairci, et le climat apaisé, que de nouveaux investisseurs éventuels seront alors les bienvenus. Mais pas avant.

Service commandé

Les deux nouveaux coprésidents partent donc dans l'inconnu concernant le temps que durera leur mission. Plutôt silencieux pendant la conférence de presse, ils se sont en revanche un peu plus livrés, ensuite, dans la cour de l'hôtel de ville de Béziers.

"Je suis là en mission, donc elle est forcément limitée dans le temps" a reconnu Jean-Michel Vidal, connu des biterrois pour présider déjà l’AS Béziers Pétanque. "Il faut surtout pacifier le climat. Et dans la mesure ou nous avons le maire derrière nous, les obstacles vont forcément s'aplanir. Je n'ai donc pas du tout l'impression d'aller dans un piège" a t'il poursuivi.

Encore plus discret que son acolyte, Michaël Guedj, créateur de la marque Shilton, équipementier du club et d'autres clubs de rugby. "Je ne suis pas un bon client pour les journalistes" dit-il en préambule, avant d'ajouter que "ce sont 100% des biterrois qui décideront de l'avenir de leur club". La formule est jolie, mais que veut-elle dire précisément ?

Pour le savoir, il faudra donc attendre encore plusieurs semaines. Voir si effectivement, les tensions sont bien retombées à l'ASBH. Si les supporters ont bien repris le chemin des abonnements, comme Robert Ménard les a exhortés à le faire.

En prenant le contrôle des opérations, le maire de Béziers a certes montré une nouvelle fois qu'il était le patron. Mais il prend aussi le risque de ne pas forcément être suivi par tout le monde.

loading
loading
loading
Michaël Guedj (à gauche) et Jean-Michel Vidal (à droite) les deux nouveaux co-président de l'ASBH © Radio France - Guillaume Roulland
Publicité
Logo France Bleu