Rugby

Rugby - Champions Cup : l'UBB a plein de bonnes raisons de s'offrir le scalp des Chiefs d'Exeter

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde samedi 16 janvier 2016 à 8:22

Adam Ashley-Cooper sera titulaire au centre de l'attaque de l'UBB.
Adam Ashley-Cooper sera titulaire au centre de l'attaque de l'UBB. © Maxppp

Même si elle ne connaîtra pas de printemps européen, l'Union Bordeaux-Bègles est déterminée à décrocher samedi (14h) face aux Anglais d'Exeter sa deuxième victoire dans la compétition. Tour d'horizon de ses motivations.

Refuser la défaite

Depuis le début de la saison, l'UBB a disputé huit matches à Chaban-Delmas. Et en a perdu deux. Battue par Montpellier en Top 14, dominée par l'ASM en Champions Cup le week-end dernier, l'équipe girondine se fragilise à chaque revers à domicile. Et même si le résultat du match face aux Chiefs n'aura aucune conséquence comptable, l'Union doit s'habituer à marquer son territoire. D'ici la fin du championnat, Toulon, Clermont, le Racing 92 ou encore le Stade Français viendront tenter de marcher sur ses plates-bandes. Et ces rencontres auront un impact immédiat sur ses chances de qualification pour les phases finales. De manière plus globale, les joueurs de Raphaël Ibanez reste sur deux défaites de rang (Racing 92, ASM). Il serait de bon ton d'éviter la troisième.

Baptiste Serin : "Se rattraper absolument de la défaite face à Clermont"

Profiter encore un peu de la Champions Cup

L'Union a sué sang et eau la saison dernière pour arracher son billet pour la compétition phare. Elle se doit d'y faire bonne figure. Question d'image. Elle a également tout intérêt à absorber tout ce que peut lui offrir la Champions Cup. Un rythme plus soutenu, des adversaires de haut niveau, un arbitrage différent : des ingrédients qui doivent nourrir chaque joueur et alimenter le vécu commun d'une équipe qui espère bien y goûter à nouveau dès la saison prochaine.

Joe Worsley : "L'année d'après, c'est plus facile"

Les places sont chères

Julien Rey, lors du barrage victorieux face à Gloucester en mai dernier. - Radio France
Julien Rey, lors du barrage victorieux face à Gloucester en mai dernier. © Radio France - Arnaud Carré

Au sein d'un effectif qui met une dizaine de joueurs sur le carreau chaque week-end, la concurrence est saine mais féroce. Si certains ont une longueur d'avance, la hiérarchie est tout sauf figée. Le jeune deuxième ligne Cyril Cazeaux qui se voit offrir une deuxième feuille de match, le pilier Sébastien Taofifenua qui revient après près de deux mois d'absence, ou encore la charnière Yann Lesgourgues / Pierre Bernard : Tous ont à cœur de briller pour confirmer ou semer le doute dans la tête d'un staff qui utilise sciemment l'émulation comme moteur.

Julien Rey : "Romain Lonca a fait un bon match, j'étais content pour lui"

Nos amis anglais

C'est la raison la plus subjective mais elle trotte dans la tête des Girondins. En rugby, un match face à une équipe anglaise, c'est un match...qui ne se perd pas ! "J'ai eu quelques problèmes avec le pilier d'en face, reconnaît Sébastien Taofifenua, j'aimerais lui souhaiter la bonne année". Trop attentiste sur la pelouse de Sandy Park il y a huit semaines, l'UBB s'était réveillée après la pause, mais trop tard (34-19). Pour sa dernière européenne à Chaban-Delmas, elle aimerait renvoyer l'ascenseur à des Anglais, deuxièmes de leur championnat et qui viennent en Gironde pour gagner et rester dans la course à la qualification.

A LIRE AUSSI ►►►UBB / Exeter, les compos