Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rugby : comme de nombreux clubs, avec le coronavirus, le CSBJ a un budget bien en baisse

-
Par , France Bleu Isère

Ce mercredi 3 février, la Communauté d'agglo Porte de l'Isère a signé sa convention de partenariat 2020-2021 avec le CSBJ. 57.000 euros pour le club. L'occasion de faire le point sur la santé financière du club, dont les finances sont forcément impactées par la crise du coronavirus.

Le CSBJ est aujourd'hui privé de ses supporteurs, comme tous les autres clubs qui peuvent jouer.
Le CSBJ est aujourd'hui privé de ses supporteurs, comme tous les autres clubs qui peuvent jouer. © Radio France - Céline Loizeau

Les supporteurs berjalliens ont sans doute encore en tête les déboires financiers du club ciel et grenat. Depuis près de trois ans et l'arrivée d'Henri-Guillaume Gueydan à la présidence du club, la situation financière est meilleure, les comptes sont assainis, de nouveaux sponsors sont là et des anciens reviennent.

Moins de recettes, mais aussi moins de dépenses

"On sentait un élan et voilà qu'arrive le coronavirus", explique Henri-Guillaume Gueydan. Si les joueurs - qui évoluent cette saison dans le tout nouveau championnat de Nationale, antichambre de la Pro D2 - ont pu reprendre la compétition, ça se passe à huis-clos, sans recette donc. "Dans le même temps, on a aussi moins de dépenses", glisse le président.

Mais le club enregistre aussi moins de sponsoring. "On a des partenaires, surtout les plus modestes, qui sont dans des situations un peu difficiles, en attente, et qui sont un peu moins motivés qu'ils ne pouvaient l'être il y a quelques mois en arrière", souligne le président du CSBJ. Et de poursuivre : "on avait des discussions bien avancées en mars avec de potentiels gros partenaires, notamment l'hôtellerie, les choses se sont rapidement éteintes. On a repris contact, mais les choses n'évoluent pas encore suffisamment."

Jean Papadopoulo, président de la Capi; Henri-Guillaume Gueydan, président du CSBJ; et Aurélien Leprêtre, vice-président aux sports à la Capi et adjoint aux sports à la mairie de Bourgoin-Jallieu.
Jean Papadopoulo, président de la Capi; Henri-Guillaume Gueydan, président du CSBJ; et Aurélien Leprêtre, vice-président aux sports à la Capi et adjoint aux sports à la mairie de Bourgoin-Jallieu. © Radio France - Céline Loizeau

"C'est une année difficile et ce n'est pas au moment où les gens ont besoin d'aide qu'il faut leur expliquer qu'il faut qu'il s'en passer" - Jean Papadopoulo, président de la CAPI

Dans le même temps, le club peut continuer de compter sur des soutiens habituels comme celui de la Ville (la subvention de 84.000 euros a été votée la semaine passée en conseil municipal) ou encore de la Capi. Pour l'agglo, la signature du partenariat a eu lieu ce 3 février : on est sur 57.000 euros. C'est en légère augmentation par rapport à la précédente saison, mais c'est loin des près de 100.000 euros de 2009, quand la collectivité a commencé à verser de l'argent. Mais à l'époque, il s'agissait de venir au secours d'un club avec des comptes dans le rouge.

"C'est une année difficile et ce n'est pas au moment où les gens ont besoin d'aide qu'il faut leur expliquer qu'il faut qu'il s'en passer", affirme Jean Papadopoulo, le président de la Capi. Il avance aussi d'autres raisons pour expliquer son choix de renouveler ce partenariat "contesté par aucun des maires de l'agglo" : "le CSBJ, c'est un porte-étendard de la Capi. Il y a des personnalités internationales qui ont été formées au CSBJ. Le deuxième argument, c'est celui des valeurs portées par le sport", évoquant le lien que cela crée, le facteur intégrateur du sport pour la jeunesse. Un coup de pouce renouvelé aussi pour Aurélien Leprêtre, vice-président aux sports, car "on a une équipe qui veut redonner à ce club son lustre d'antan.

"Dans les clous" financièrement en prévision d'une éventuelle montée

Alors que sportivement le club peut prétendre à une montée en Pro D2, celle-ci dépendra aussi de sa santé financière. Pour le moment, la règle c'est de présenter au 31 mars un budget au moins d'1.6 million et avoir au moins 100.000 euros de fonds propres, hors subvention. "On est dans les clous pour l'instant", dit le président, qui indique aussi ne pas savoir, à l'heure actuelle, si la DNACG - le gendarme financier - "va apporter un peu de souplesse à ses règles habituelles." Des discussions doivent avoir lieu alors que nombreux de club voiten leur budget fondre.

Même s'il est difficile de savoir de quoi demain, même le mois prochain (!), sera fait, le club travaille au budget de la prochaine saison sur la même base que le prévisionnel de 2020-2021, soit environ 3 millions d'euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess