Rugby

Coupe du monde : Nouvelle-Zélande - Australie, une finale inédite pour un troisième sacre mondial

Par Germain Arrigoni, France Bleu Béarn, France Bleu Creuse, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde, France Bleu Isère, France Bleu La Rochelle, France Bleu Limousin, France Bleu Pays Basque, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Périgord, France Bleu Toulouse et France Bleu samedi 31 octobre 2015 à 4:00

Nehe Milner-Skudder face à Adam Ashley-Cooper
Nehe Milner-Skudder face à Adam Ashley-Cooper © Reuters

La Nouvelle-Zélande affronte l'Australie samedi à Twickenham en finale de la Coupe du monde de rugby. Tenants du titre, les All Blacks sont en quête d'un troisième trophée mondial tout comme les Wallabies. Coup d'envoi de la rencontre à 17h à suivre en direct sur francebleu.fr !

Les All Blacks vont-ils devenir la première équipe de l'histoire du rugby à conserver leur couronne mondiale ? Réponse lors des 80 minutes - ou un peu plus si prolongation - face à leurs voisins australiens à Twickenham, dans le temple du rugby anglais.

Une finale inédite

La finale de la 8e Coupe du monde opposera deux vieilles connaissances, pour un grand classique du rugby planétaire. L'affiche est la plus usitée du rugby mondial : les deux équipes s'affronteront pour la 155e fois depuis 1903. Elles se sont retrouvées à trois reprises en demi-finales, pour deux succès australiens (1991 et 2003) et une victoire néo-zélandaise en 2011. Mais la finale sera inédite. Les deux équipes ne se sont jamais affrontées à ce stade de la compétition.

Ce 155e rendez-vous permettra à l'une des deux équipes de devancer son rival. Le vainqueur deviendra ainsi la première équipe à remporter la Coupe William Webb Ellis pour la troisième fois.

Des All Blacks implacables ?

All Blacks. Deux mots universels synonymes de réussite sur la durée : 412 victoires en 537 matches officiels depuis 1903, soit plus de 78% de succès. Autre statistique impressionnante : ces trois dernières années, les hommes en noir n'ont perdu que 3 matches et laissé en route que 2 matches nuls, pour 48 victoires !

Paradoxalement, cette incontestable domination ne s'est pas toujours matérialisée en Coupe du monde. Vainqueurs de la première édition chez eux en 1987, les Néo-Zélandais ont attendu le retour du tournoi sur leurs îles pour l'emporter de nouveau, en 2011 face à la France (8-7).

VIDÉO. La Nouvelle-Zélande - Australie le 15 août 2015 (41-13).

La conjonction des astres est parfaite si l'on considère aussi que cette finale devrait être la porte de sortie idéale d'une génération dorée, incarnée par l'emblématique capitaine Richie McCaw. Si le troisième ligne refuse obstinément de confirmer que cette 148e sélection (un record) sera sa dernière, ses coéquipiers Dan Carter (111 sél), Ma'a Nonu (102 sél), Conrad Smith (93 sél) et Keven Mealamu (130 sél) tireront pour sûr leur révérence.

A LIRE AUSSI > Richie McCaw, la légende et son ombre

Cet immense expérience s'est révélée extrêmement précieuse durant la compétition, notamment lors d'une demi-finale qu'il a fallu patiemment déverrouiller face à l'Afrique du Sud (20-18). Elle sera encore indispensable pour contrer le rebond des Wallabies, encore moribonds à l'automne dernier avant de reverdir sous la houlette du sélectionneur à poigne Michael Cheika.

Les affamés Wallabies

Comme les All Blacks, les Wallabies sont en quête d'un troisième titre mondial après ceux de 1991, déjà conquis à Twickenham, et celui de 1999, ravi à Cardiff.

A LIRE AUSSI > Adam Ashley-Cooper, le couteau suisse australien

Avec un groupe remis en ordre de bataille, une conquête stabilisée et des individualités (Pocock, Ashley-Cooper, Folau, Giteau...) au sommet de leur part, les Australiens se sont payé le luxe de battre les Néo-Zélandais à Sydney début août (27-19) pour remporter le Four nations et se donner un bel élan pour la Coupe du monde où ils ont dominé leur adversaire comme l'Argentine en demi-finales (29-15).

VIDÉO. Australie - Nouvelle-Zélande en juillet 2015 (24-20). 

La tradition veut que les finales ne se jouent à rien ou presque, un drop, une pénalité manquée ou réussie, un geste déterminant à l'instant T. On en salive à l'avance.

A LIRE AUSSI > David Pocock, bien au-delà de la ligne d’avantage

Aucun(e)
Aucun(e)

Notre dossier Coupe du monde de rugby 2015