Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rugby : fins de saisons pour le Top 14 et la PRO D2, les explications de Paul Goze

Paul Goze était ce vendredi matin l'invité de France Bleu. Pour la première fois depuis 70 ans, le championnat de France de rugby n'ira pas à son terme. Le président de la LNR, la ligue nationale de rugby, a expliqué pourquoi et a apporté quelques précisions.

Paul Goze, président de la LNR. Où ira le Brennus cette saison ?
Paul Goze, président de la LNR. Où ira le Brennus cette saison ? © Maxppp - PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP

Les championnats de France de rugby professionnel reprendront en septembre. Et ce sera le coup d'envoi de la saison 2020/2021. Il n'y aura plus de match, pas de phases finales concernant la saison actuelle. Quid du champion de France 2020 ?

Depuis plusieurs semaines, les présidents de clubs ont souvent affiché leurs désaccords et de multiples scénarios ont été avancés quant à la reprise des compétitions de rugby. Paul Goze explique : "on avait notamment envisagé de faire des phases finales à la fin de l'été mais le fait de ne pas pouvoir jouer avec du public nous a paru pas adapté. Le bureau a donc proposé aux présidents d'abandonner ces phases finales. Le comité directeur devra décider."

Cependant, si le championnat ne reprendra pas, cela ne veut pas, pour l'instant, dire qu'il n'y aura pas de champion de France en TOP 14 : "la décision devra être prise dans la semaine qui vient. On devra décider comment se termine le championnat de Top 14 par rapport au classement qui était celui à la fin de la 17ème journée." Seul Bordeaux, leader à ce moment-là, peut donc être sacré, mais son président ne manifeste pas grand enthousiasme de récupérer le Brennus dans ces conditions.

"On peut encore imaginer que Toulouse et Montpellier se qualifient pour la coupe d'Europe"

"Ce qui est acté, c'est qu'il n'y aura ni montée ni descente et après un certain nombre de décisions devront être prises comme de déterminer s'il y aura un champion de France, et comment nous procéderons pour la qualification en coupe d'Europe", reprend Paul Goze.

Ce dernier point est bien sûr d'importance. D'ordinaire, les six premiers du classement sont directement qualifiés pour la coupe d'Europe. Les grands perdants de la saison, en l'état, seraient Montpellier et Toulouse qui sont septièmes et huitièmes. "Aucune décision n'est encore prise donc on peut encore imaginer que Toulouse et Montpellier puissent avoir encore une chance."

Les débats ont aussi été très agités ces dernières semaines autour des montées et descentes entre les deux divisions professionnelles. Colomiers et Perpignan qui occupaient les deux premières places de la deuxième division avaient légitimement des espoirs de jouer en Top 14 et cela n'a jamais été vraiment d'actualité dans les esprits des décideurs.

"Il aurait été compliqué d'étaler un calendrier pour 16 équipes"

Même la piste d'un Top 16 a vite été écartée. Cet élargissement de l'élite aurait évité des descentes somme toute injustes et aurait récompensé 2 clubs de PRO D2 : "c'était pour nous un problème de dates, il aurait été compliqué d'étaler un calendrier avec 16 équipes. Le calendrier était déjà très serré. Il va falloir en plus rajouter trois dates puisque nos partenaires européens souhaitent, eux, absolument, terminer la saison 2019/2020 de coupe d’Europe. C'est vital financièrement. Nous avons aussi un match de l'équipe de France et d'autres matchs internationaux qui vont devoir se jouer. Il y a donc au moins six dates de plus par rapport à notre calendrier habituel."

Reste à savoir si tous les clubs vont aussi sortir indemnes de cette période, certains ne cachent pas être déjà en difficulté économique : "il n'y a pas que les clubs bien sûr. Un certain nombre d'entreprises sont en danger. Nous essayons de prendre des décisions au fur et à mesure que nous avons de la visibilité pour éviter des catastrophes financières qui s'abattent sur notre rugby. Les certitudes sont peu nombreuses. Les informations sont nouvelles chaque jour. L'objectif premier de la LNR est de maintenir la compétition pour que les clubs aient le moins de conséquences financières."

Paul Goze, invité de France Bleu : écouter l'interview.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess