Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Rugby : le procès du SA XV renvoyé, un des avocats soupçonné de conflit d'intérêts

-
Par , France Bleu La Rochelle

L'affaire des "photographes du SA XV" devait être jugée, ce lundi. Mais avant que l'audience ne commence, l'un des avocats du club charentais est mis en cause par la procureure: "un problème déontologique". Le procès est renvoyé à l'année prochaine.

Les co-présidents du SA XV, Jean Alémany (à droite) et Jean-Jacques Pitcho (à gauche) à leur arrivée au tribunal de Bordeaux.
Les co-présidents du SA XV, Jean Alémany (à droite) et Jean-Jacques Pitcho (à gauche) à leur arrivée au tribunal de Bordeaux. © Radio France - Guillaume Drechsler

Bordeaux, France

"C'est une situation inédite auxquels nous sommes confrontés" assure d'entrée la procureure. L'audience, censée commencer à 9h30, n'a pas encore débutée que la confusion règne déjà. Le bâtonnier de Bordeaux est appelé pour trancher la situation: maître Géral, l'un des avocats du club de rugby de Soyaux-Angoulême, pose-t-il un "problème déontologique" selon la magistrate du ministère public?

Au centre du problème, maître Géral, avocat spécialisé dans le droit du sport et, notamment, du droit à l'image. Un avocat consulté par le SA XV pour le conseiller sur la création de contrats d'auto-entrepreneurs photographes il y a plusieurs années... ces mêmes contrats étudiés par la Justice aujourd'hui. Et un des trois avocats défendant le club dans cette affaire.

Je m'attendais à ce que le combat soit rude, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il intervienne dès la composition d'équipe - Maître Géral

A l'arrivée du bâtonnier de Bordeaux, le débat s'engage. Pendant plus d'une heure, les magistrats veulent "éviter le mélange des genres" comme demandé par la procureure. L'avocat mis en cause ironise: "je m'attendais à ce que le combat soit rude, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il intervienne dès la composition d'équipe."

Les avocats du club charentais font bloc. "Notre défense est une et indivisible" affirme maître Béthune de Moro qui s'étonne que la Justice ne réagissent qu'aujourd'hui de la présence de son collègue en tant qu'avocat de la défense. "Il a été entendu comme témoin de l'affaire dès le 14 novembre... 2018. Pourquoi attendre le 14 octobre 2019 pour s'en offusquer?!"

Procès renvoyé au 11 mai 2020

Voyant le débat s'éterniser, le bâtonnier de Bordeaux décide de renvoyer le procès et de reporter l'avis déontologique sur son confrère de Paris, dont dépend Maître Géral. Il doit maintenant statuer pour savoir si oui ou non l'avocat peut assurer la défense du club charentais. Quoi qu'il arrive, le procès aura lieu le 11 mai 2020.

A la sortie de la salle d'audience, les co-présidents du SA XV Jean-Jacques Pitcho et Jean Alémany, fatigué et au bord des larmes, ne comprennent pas. "Cette situation nous pèse" explique le second. Avant que le premier ne rajoute: "c'est lourd, c'est pénible, c'est humiliant et ça continue. J'en ai marre qu'on brasse cette affaire. Par pitié, qu'on la solde."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu