Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rugby, le Stade Montois s 'impose dans la douleur

-
Par , France Bleu Gascogne

17è journée de Pro D 2. Ce vendredi soir le Stade Montois, 15è et avant dernier, invitait Aurillac, 9è et neuf points devant. Victoire des landais 12-9. Deux essais en tout début de match puis plus rien au score. Un sucés laborieux mais comptablement important.

Au pied les montois, mais dans l'incertitude
Au pied les montois, mais dans l'incertitude - SMR PRO JP Bezier

.Contexte anxiogène en attendant les cantalous.

Battus 30 à 7 samedi dernier sur leur pelouse de Boniface par Perpignan qui a joué plutôt tranquille les montois sont tombés du tabouret. Et ça fait mal. Après une fin d’année marquée par une nette amélioration, les jaune et noir ont cédé de toutes parts devant le candidat le plus sérieux au Top 14. Les gascons qui comptent encore deux matchs en retard avaient à s’envoyer ce soir une équipe pas commode. et fait partie de ces deux ou trois clubs qui font souvent des misères aux montois. Les cantalous, dans le ventre mou, paraissent trop en retard pour espérer finir dans les six qualifiables. Ils vont par contre donc tenter de se mettre à l’abri de toute mauvaise surprise. Dans leur antre de Jean- Alric lors de la dernière journée les aurillacois ont émietté Béziers, pourtant sévèrement burné, 43-13 avec quatre essais de style à la clé. Aurillac sait envoyer du steak. Et saignant s’iouplait. Attention les cantalous maitrisent toutes les gammes et ont des agitateurs qui font mouche par Paul Boisset,  le 9 à la manœuvre, Albert Valentin, l’ailier intenable, ou Reece Hewat, le 3è ligne de 22 ans. On savait.

 Une victoire sucre et acide.

Il y a deux méthodes pour lire le match de ce soir . Le verre à moitié plein: Le Stade Montois s’impose, prend quatre points, sort de la zone dangereuse même si la tranchée des baionnettes est proche, le purgatoire étant aux portes de l’enfer. Le verre à moitié vide : un succès dans la douleur, laborieux, acquis par une surabondance de défense ordonnée et maitrisée des avants qui encore une fois font la différence dans la souffrance. Les gascons ont joué  en dominant durant exactement quatorze minutes. Le temps de deux beaux essais. A la première minute. Erreur des cantalous, coup franc montois, James Voss, le deuxième ligne anglais enfonce, cour et aplati. Transformation de Laosuse- Azpiazu. Quatorzième minute, _chistera de Jacquelainsuite à une belle action décisive collective  dans le sens du jeu, Wakaya conclut. On croit la messe dite et les cantalous rouges de dépit mais incapables de renverser la cocotte montoise. Que nenni ! Les hommes de Milhet ne marqueront plus, ne seront plus jamais en situation de le faire. Bien au contraire, au pied les aurillacois vont grappiller les points comme des moineaux sur des sarments en fin de vie à l’autonome de leur production.  On termine à 12-9. En soupirant ! Aurillac prend le bonus défensif et Mont-de-Marsan, les points précieux de la victoire. Un succès très étriqué qui n’apporte aucune réponse aux nombreuses questions que font naitre l’imprécision et la fébrilité du groupe. Le Stade semble sans certitude, erratique parfois. Avec de la volonté certes, de l’envie, mais comme pris par une fièvre maline qui coupe les pattes. La peur de perdre,  la peur de déjouer ? La première mi-temps était presque agréable en rythme. La deuxième a été  marquée par les imprécisions montoises, les ballons flottants qui se transforment en ballons perdus. Le Stade se met en situation de danger._ Dix minutes pénibles et stressantes sous oppression aurillacoise à quelques longueurs de l’en- but montois, en ne cédant pas, ce qui est fort et bon, mais sans capacité jamais de remonter les ballons si ce n’est pour les rendre au pied à des cantalous qui finissent par s’intéresser à la culture de la relance. Naituvi prend un jaune pour péché collectif. Le tout  s’achève par la pluie glacée qui revient. Et avec elle un paquet d’incertitudes.

Au classement, les montois, grâce aussi aux échecs de Valence, Carcassonne et Angoulême, sortent de la zone rouge et sont 13è avec un petit point d’avance sur le premier reléguable.

Prochaine rencontre vendredi 29 janvier sortie à Nevers actuel 6è.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess