Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rugby - nouveau championnat national : "Il n'y a aucune raison que Tarbes n'y soit pas" assure le président

-
Par , France Bleu Béarn

La Fédération Française de Rugby a fait parvenir des invitations à 18 clubs pour rejoindre le "championnat National", nouvelle division créée entre la ProD2 et la Fédérale 1. Le club tarbais a répondu favorablement, et confirme tout son intérêt auprès de France Bleu Béarn.

Lionel Terré assure que le club tarbais a les moyens de défendre ses chances en "ProD3".
Lionel Terré assure que le club tarbais a les moyens de défendre ses chances en "ProD3". - © Page Facebook Stado TPR

Alors que Fédération Française de Rugby et Ligue Nationale de Rugby sont tombées d'accord pour créer un "championnat National", 3e division professionnelle amenée à "s'intercaler" entre la ProD2, et la Fédérale 1. Dix-huit clubs ont été officiellement invités (Albi, Blagnac, Tarbes, Massy, Dijon, Suresnes, Bourg-en-Bresse, Narbonne, Nice, Aubenas, Bourgoin, Vienne, Trélissac, Mauléon, Cognac, Saint-Jean-de-Luz, Dax et Chambéry) par les instances du rugby tricolore qui en sélectionneront au maximum 14 d'ici la fin du mois. Le Stado Tarbes Pyrénées Rugby est particulièrement intéressé par le projet, et rempli tous les critères assure son président Lionel Terré.

France Bleu Béarn : Ce n'est pas un secret, vous avez répondu par l'affirmative à l'invitation pour participer à ce futur championnat national...

Lionel Terré : Tout à fait, je répète depuis le début que nous somme fortement intéresses. Cela nous permet de retrouver la poule élite que nous avons connu il y a trois ans, et où nous avions perdu une demi-finale face à Bourg-en-Bresse. Ça nous intéresse de retrouver ce niveau.

France Bleu Béarn : Un championnat dont vous pensez qu'il permettra au Stado de viser plus haut ?

Oui, on peut considérer que pour un club comme nous qui a connu de belles années professionnelles dans les années 2000, c'est un marche-pied pour revenir en ProD2.

Des conditions ont-elles été fixées, et est-ce que le Stado coche toutes les cases ?

Tous les détails ne sont pas encore fixés, mais il y aura forcément des critères touchant aux infrastructures, au budget et à l'équipe espoir. On répond à tout ça : on a un centre de formation labellisé, et on a gardé le fonctionnement de la ProD2 au niveau de la structuration de l'association, donc il n'y a pas de souci particulier ; sportivement on est 9e de Fédérale 1 cette saison, demi-finaliste du Du Manoir l'an passé, donc ça ne pose pas de problème non plus. Il n'y a aucune raison que Tarbes n'y soit pas.

On sait que c'est toujours le budget qui pose problème pour remonter en ProD2, vous n'avez pas d'inquiétude à ce sujet ?

C'est vrai, mais Tarbes est resté très longtemps en ProD2, on connait les obligations. Et on est passé devant la DNACG sans problème l'année dernière.

Cela demanderait quel budget l'an prochain ?

En consolidé, en comptant l'association, entre 2 et 2,2 millions d'euros (le budget du Stado est d'environ 1,6 million d'euros cette saison, NDLR).

Vous pouvez maintenant vous projeter un peu plus, et vraiment préparer la saison prochaine, notamment au niveau de l'effectif ?

C'est vrai que pour l'instant on a surtout parlé de Tarbes dans le sens des départs, mais il s'agit surtout de joueurs qu'on ne voulait pas forcément garder, à l'exception de Marvin Woki et Alexandre Duny que nous sommes fiers de voir partir en ProD2, le premier à Rouen et le deuxième à Carcassonne. Cela prouve qu'on sait faire progresser les jeunes espoirs de l'élite. On avait établi deux plans, un pour la Fédérale 1 avec un tronc commun de joueurs, l'autre pour cette nouvelle division, pour renforcer ce tronc commun avec 5 ou 6 joueurs en plus. Avec Stéphane Ducos et Fabien Fortassin à la tête de l'équipe.

Et concernant la reprise ?

C'est le seul souci qu'on a, comme pour le reste du sport français, savoir quand est-ce qu'on reprend, et comment. Le calendrier prévoit un début de compétition en septembre, on espère que ça pourra le faire, parce que qui dit reprise dit bâtir le budget avec les partenaires. On ne pourra pas leur dire de mettre autant si la saison commence en septembre, ou par exemple en janvier 2021.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess