Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby
Dossier : Coupe du monde de rugby 2019

Ligue de Normandie : "Le rugby, ce n'est pas le Top 14 qu'on voit à la télé"

La Normandie compte 8000 licenciés et possède des club en Pro D2 (Rouen) et en élite féminine (Ovalie Caennaise et AS Rouen Université). Son président ne cache pas que les performances du XV de France jouent sur l'attractivité du rugby et que les impacts chez les pros peuvent rebuter les parents.

Les résultats du XV de France ont un incidence sur le nombre de licenciés en Normandie
Les résultats du XV de France ont un incidence sur le nombre de licenciés en Normandie © Maxppp - Olivier Arandel

Caen, France

Jacky Vimbert, vous êtes le président de la Ligue de Normandie de Rugby depuis un an. Vous êtes l'ancien président du CA Aiglon. La Coupe du monde s'ouvre ce vendredi. Est-ce que les résultats de l'équipe de France peuvent influer sur le nombre de licences en Normandie ?

Ecoutez on l'espère. On en a vraiment besoin. Quand une équipe va bien, va mieux, quelque part on retrouve des licenciés. Les jeunes et les enfants sont plus attirés.

Aujourd'hui c'est vrai qu'on a un tirage qui n'est pas très favorable (poule de L'Argentine, de l'Angleterre, des Etats-Unis et des Tonga). On est tous derrière l'équipe de France et on pense qu'elle peut battre sans problème l'Argentine lors de son premier match.

La Normandie compte près de 8000 licenciés. Le fait que l'équipe de France aille moins bien ces dernières années a des conséquences ?

Quand on a une équipe-fanion, l'équipe de France en l’occurrence, qui va bien, ça aide beaucoup. On voit le Handball et le football qui sont largement devant nous en terme de licenciés. Il n'y a pas que cela mais c'est un phénomène effectivement très important.

C'est difficile de maintenir le nombre de licenciés en Normandie ?

En toute honnêteté ce n'est pas facile. Cela fait juste un an jour pour jour que la Ligue est en place avec ma nouvelle équipe. On commence à avoir des résultats et effectivement l'idée était de stopper éventuellement l'hémorragie qu'il y avait de perte de licenciés et de faire un état des lieux du Rugby normands.

Aujourd'hui on voit beaucoup plus clair, on stabilise. On a des clubs de plus en plus fidèles. On ne va pas le nier, il y a toujours des difficultés à aller chercher des enfants. Il y a toujours la problématique des jeunes qui dans des villes comme l'Aigle, Alençon pour ne citer que l'exemple de l'Orne n'ont pas d'Université. On les perd souvent de vue quand ils partent faire des études. C'est un problème.

Et puis on a des jeunes consommateurs on va dire qui vont voir le foot, le Hand... on a une multiplicité de nouveaux sports qui apparaissent également. Ce n'est pas simple. Il faut qu'on travaille notre image rugby.

Le rugby, ce n'est pas le top 14 qu'on voit à la télé avec des rapports assez violents. il faut que les parents comprennent que cela n'a rien à voir avec la télé. C'est le message qu'on doit faire passer auprès des parents. Il n'y a aucun problème sur les écoles de rugby. On a rarement des accidents.

Le rugby amateur en Normandie souffre de cette image de la dureté des impacts et des traumatismes que l'on peut avoir dans le monde professionnel ?

Oui, on souffre de cette image. Aujourd'hui on n'a pas ce genre de soucis et d'impacts. On ne va pas dire qu'il n'y a pas de petits doigts ou de poignets qui se retournent mais globalement il n'y a aucun soucis à mettre des enfants même à l'âge de six ans dans des écoles de rugby, bien au contraire. Cela développe la camaraderie et la notion d'équipe.

Jouer au rugby au nord de la Loire, en Normandie, c'est quelque chose d'encore un peu atypique ou y-a-t-il une culture rugby solide ? 

Il y a une culture rugby en Normandie même si elle n'est pas aussi développée qu'au sud de la Loire. nous avons fait la rentrée des club le 31 août à Houlgate. On a eu la chance et l'honneur d'avoir le président de la fédération française de rugby Bernard Laporte avec nous.

Cela veut dire que quelque part on existe et on est reconnu. On commence à parler de nous. C'est très positif.

Choix de la station

France Bleu