Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Rugby ProD2 : le Stade Montois au travail

-
Par , , France Bleu Gascogne

Les joueurs du Stade Montois Rugby ont repris possession de leur espace d’entrainement depuis quinze jours. Avec parcimonie. En groupes restreints. Sous la houlette de leurs nouveaux entraîneurs : Julien Tastet et Rémi Talès.

 Julien Tastet, dans son nouveau costume d’entraîneur principal
Julien Tastet, dans son nouveau costume d’entraîneur principal © Radio France - Pierre-Albert Blain

Dans Boniface qui résonne, voilà les premiers vrais gestes de rugbymen depuis trois mois ! Joli soleil de juin, terrain souple, la cavalerie montoise trottine tranquillement sur l’herbe drue de Boniface. Les joueurs sont répartis en huit groupes de six, règlement sanitaire oblige. On tourne toute la journée, huit entraînementspour les néo- entraîneurs, Tastet et Talès, les faux jumeaux qui ne chôment pas, c’est le rythme.

Ils l’ont voulu ! Sous l’œil amusé de Julien Cabannes, demi de mêlée et cadre, qui fait office de tonton avec les jeunes : "Ils sont bien, pour l’instant c’est facile. Bon, tout s’organise autour d’ateliers, on travaille le ballon à deux, dans la bonne humeur. Le temps est pourtant un peu long et les journées sont répétitives depuis mars même si dorénavant nous sommes entre nous. Mais avec la répartition en groupes on ne se voit quasiment pas puisque nous ne sommes jamais plus de douze sur quarante-huit joueurs à travailler à Boniface, une partie en salle de musculation, l’autre sur le terrain". L’ailier furtif, supplément d’âme de l’équipe, sourit en regardant ses avants faire des passes. "C’est bien, ils se rendent compte que dans le rugby il faut courir et utiliser ses mains", lâche malicieux le plus jeune du clan Cabannes.

Julien Cabannes, ailier
Julien Cabannes, ailier © Radio France - Pierre-Albert Blain

Pas de contact, peu de rugby, mais quand même du jeu de mains pas vilain

Maxime Gouzou, gamin stadiste et troisième ligne de vingt et un ans, lance et relance le cuir sous les poteaux, exercice d’agilité avec la transversale, puis travail en alternance avec un galopeur de la ligne arrière, et maîtrise du ballon les yeux fermés. La moustache rieuse il plaisante avec Julien Tastet : "Ça va, on a repris tranquille, ce que l’on fait depuis quelques jours c’est plus sérieux même si nous ne sommes pas encore en rapport exact avec le rugby. Mais ça fait du bien." 

Le coach en chef, lui, issu du même jus jaune et noir, connait sa bande. Presque quinze année séparent les deux Montois, Tastet, l’ancien, et Gouzou, le gamin, avec un identique amour pour le même poste et une complicité née des joutes partagées ces trois dernières saisons où Gouzou a été aligné aux côtés des vieux briscards et son ancien capitaine. 

Le grognard Tastet qui a mué en chef de la meute supervise en souriant les courses de sa bande. Charles Brayer a le sourire lui aussi. Le puissant mais jeune troisième ligne montois sorti de la formation du club, 23 ans, savoure la douceur retrouvée. 

À ses côtés Yann Brethous, ex-bébé jaune et noir lui aussi. On est en famille, partie du mobilier stadiste, le troisième pompe de trente et un printemps, figure de combattant et référence patrimoniale du club dans un temps où désormais le Stade Montois se revitalise sur ses racines et sa culture. 

Le troisième ligne montois, Yann Brethous
Le troisième ligne montois, Yann Brethous © Radio France - Pierre-Albert Blain

Ça chambre gentiment sous l’œil déjà critique des deux nouveaux entraîneurs, Rémi Talès et Julien Tastet, issu itou, le duo, du sérail montois. Alors ? La paire de coaches, ça le fait… ou pas ?  Leandro Cedaro, le grand deuxième ligne argentin rigole : "Non tout va bien, on les connait ils nous connaissent par cœur, pas d’embrouille, on bosse et ça fait vraiment du bien." 

Christophe David, talonneur, et au sol Leandro Cedaro, deuxième
Christophe David, talonneur, et au sol Leandro Cedaro, deuxième © Radio France - Pierre-Albert Blain

Julien Tastet passé directement du terrain et du capitanat à la commande de la troupe étrenne ses  premières heures d’entraîneur principal : "Là c’est simple, on se connait quasiment tous, les plus jeunes qui ont déjà fait du temps avec l’équipe première font le lien avec ceux que l’on a intégrés du centre de formation. Il fait beau, on n’est pas entré dans le dur, c’est facile. Et puis en début d’été les l’objectif sont loin, il n’y a que la bonne humeur et le goût de se retourner après une si longue cassure."

La suite

Phase 4 du planning de la reprise et intensification du domaine de la préparation, le mois prochain, pour rejouer presque au vrai rugby. Si tout va bien. Ensuite la montée en puissance redevenue traditionnelle. Si tout va bien. Et les matchs amicaux fin août.  Avec le 23 une première rencontre à Aguilera face au Biarritz Olympique. Et un championnat de Pro D2 dont la première journée est fixée à début, mi, fin septembre... ce sera selon. Si tout va bien !

Charles Brayer, troisième ligne
Charles Brayer, troisième ligne © Radio France - Pierre-Albert Blain
Choix de la station

À venir dansDanssecondess