Rugby

Rugby : Roquefort ne veut pas mourir

Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne mardi 19 janvier 2016 à 18:09

Ballons de rugby (illustration)
Ballons de rugby (illustration) © Radio France - OU

La fin programmée du stade - Sarro à Roquefort condamne le club historique.

Le fameux club de rugby de la cité de Petites Landes, si aucune solution n’est trouvée, est condamné à disparaître à l’issue de l’actuelle saison, conséquence de la fermeture de son stade, patrimoine local, jugé vétuste. Décision prise en conseil municipal jeudi dernier et annoncée ce weekend à la direction du club. 

C’est une institution gasconne

Le Rugby Club du Pays Roquefortois, crée en 1905, a vu courir Tales et Tastet pères, Cazade, Requenna ou le grand Christian Darrouy, capitaine de l'équipe de France, et plus récemment Thomas Borde, actuel talonneur d’Oyonnax et le capitaine montois Julien Tastet. Ce club historique a du plomb dans l’aile. Plus conforme officiellement, l’antre des bleu et blanc, le stade Michel –Sarro va fermer ses portes sur décision du maire de la commune à la fin de la saison. Le Sydec, syndicat de gestion  des eaux est, il est vrai, intéressé par l’acquisition de l’ensemble du site en vue de forages.

"Fuera", donc, dehors les "rugbypèdes" locaux, les 230 personnes dont 190 licenciés, les deux équipes seniors, l’équipe junior, l’école de rugby. Les Sangliers, ardents prosélytes de l’ovalie  des campagnes gasconnes, sont condamnés à la cessation forcée d'activité. Une association avec Sarbazan a bien été évoquée. Pas de financement. Itou pareil pour une alternative hypothétique à Pouydesseaux. Donc en juin, Sarro va voir son portail se refermer sur 111 ans d’histoires ovales.

Serge Berdet, le président du Rugby Club de Roquefort.

berdet, roquefort rugby

Roquefort, dont l’équipe première évolue cette saison en championnat Honneur du comité Cote d’Argent, espère encore en une solution. Réfection de Sarro ou déménagement. Les sangliers ne veulent pas périr, tués par l’indifférence ou abattus par la cupidité.

Partager sur :