Rugby

Rugby - Top 14 : Clermont, encore trop haut pour l'UBB du moment ?

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde samedi 12 septembre 2015 à 7:00

Hugh Chalmers et Félix Le Bourhis savent qu'ils vont souffrir au stade Michelin.
Hugh Chalmers et Félix Le Bourhis savent qu'ils vont souffrir au stade Michelin. © Max PPP

Ce n'est jamais simple d'aller faire un tour au pied du volcan. Et c'est même déconseillé quand il est en ébullition. L'Union Bordeaux-Bègles va pourtant tenter de montrer samedi (18h30) sur la pelouse de l'ASM qu'elle est, malgré des résultats décevants, sur la bonne voie.

C'est sûr qu'il y a meilleur endroit pour se refaire. Mais le calendrier du top 14 est ainsi fait et il envoie l'UBB au stade Michelin six jours après une première défaite à domicile qui a fait mal.

Les Auvergnats ont pris un départ canon, remportant trois victoires bonifiées, dont deux (La Rochelle, Oyonnax) impressionnantes en déplacement, et ils n'ont pas de raison de réduire l'allure.

"Il faut qu'on essaie d'être présent et d'exister sur ce match pour avoir quelques satisfactions et quelques certitudes à la fin de ce premier bloc. On ne veut pas partir en vacances la tête baissée en ayant pris 40 points"

— Jean-Marcellin Buttin

Dans ce contexte, que peut espérer une Union encore en jachère dans son jeu et en manque d'effectif ? Sur le papier pas grand chose, si ce n'est rendre une copie un peu plus propre, histoire de ne pas partir en vacances après s'être fait taper sur les doigts.

Dimanche dernier face à Montpellier (22-24), le staff technique a reconnu son équipe avec un état d'esprit retrouvé et une conquête plutôt stable. Il espère avoir en quelques jours avoir corrigé quelques lacunes, notamment dans les rucks, le jeu au pied et la conservation du ballon.

Pas question donc malgré un revers qui plombe les objectifs chiffrés de ce premier bloc (le prochain match aura lieu mi-octobre à Agen), de jeter le bébé avec l'eau du bain. L'UBB travaille à améliorer tous ces petits détails qui la séparent encore des meilleurs.

"On préfère régler ça que se poser de grandes questions sur la conquête comme on s'en posait il y a trois ans. Aujourd'hui on est sur les détails"

— Régis Sonnes

Face à l'ASM, que l'équipe retrouvera aussi en Champions Cup, elle va donc trouver à qui parler et va pouvoir s'étalonner. Si tout point pris aurait valeur d'encouragement, les entraîneurs espèrent voir les joueurs livrer 80 minutes pleines. Et même si le volcan tonne trop fort, ils aimeraient avoir confirmation qu'ils sont sur la bonne voie.