Rugby

Rugby - Top 14 : Face au Stade Français, l'UBB lance l'opération printemps

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde samedi 7 mars 2015 à 7:00

A l'aller, Talebula et l'UBB n'avaient pas pu freiner la marche parisienne.
A l'aller, Talebula et l'UBB n'avaient pas pu freiner la marche parisienne. © MaxPPP

Revigorée par sa victoire face à Toulon, l'Union Bordeaux-Bègles s'attaque à un autre défi. Pour rester dans la course à la qualification, elle doit confirmer samedi (14h45) face au Stade Français. Un nouveau test de maturité qui dira si elle peut assumer ses nouvelles ambitions.

Sans faire injure à La Rochelle, Oyonnax et Bayonne, le Stade Français est le dernier cador à venir poser ses crampons en Gironde . Si l'UBB franchit l'écueil parisien, alors elle sera en bonne position avant l'emballage final.

Du succès face à Toulon (28-23) il y a quinze jours, elle espère avoir gardé l'envie et la force de réaction qui lui a permis de renverser le cours d'un match mal embarqué. Elle devra aussi se souvenir de son entame trop timide et de son incapacité à mettre le rythme nécessaire pour bousculer l'organisation défensive varoise.

"On a peut-être perdu de vue cette envie d'innover, ce besoin de recherche au niveau du jeu, ce qui nous a repositionné comme une équipe ordinaire. Si les joueurs veulent réaliser quelque chose d'extraordinaire, ils faut qu'ils soient capables de faire preuve d'innovation." — Raphaël Ibanez

A l'aube d'un printemps qu'elle espère plus souriant que l'an dernier , l'Union Bordeaux-Bègles apparaît mieux outillée. Au niveau de son effectif malgré les blessures qui s'enchaînent et notamment avec une première ligne qui sera privée des piliers titulaires Jean-Baptiste Poux et Sébastien Taofifenua. Au niveau aussi de sa capacité à gérer ces matches couperet, entre excitation et maîtrise.

Si l'UBB se considère encore comme un petit, elle sait qu'elle a aujourd'hui les armes pour rivaliser sur la durée . A condition de ne pas trop se poser de questions et de jouer sur ses forces.

Raphaël Ibanez, le manager de l'UBB après la défaite à Montpellier  - Radio France
Raphaël Ibanez, le manager de l'UBB après la défaite à Montpellier © Radio France

Raphaël Ibanez : "La conviction que le rugby qu'on veut pratiquer reste la solution"

Face à elle, le Stade Français s'avance avec les interrogations d'une équipe solidement installée sur le podium mais qui vient de perdre deux fois coup sur coup (contre Oyonnax et à Bayonne). Des Parisiens qui la saison passée n'avaient pas tenu la distance mais qui semblent eux aussi avoir franchi un pallier à l'image des trois succès déjà engrangés à l'extérieur (Castres, Toulon, Grenoble).

Attention, un capitaine peut en cacher un autre

Malmenée par le pack parisien au match aller (39-22), l'UBB va vouloir montrer qu'elle a progressé dans ce domaine. Mais c'est surtout sa capacité à retrouver de la fluidité et du gaz dans ses enchaînements qu'elle est attendue.

La titularisation de Yann Lesgourgues à la mêlée est sans doute un indicateur de la volonté du staff de mettre de la vitesse et du désordre. Dans un XV de départ très proche de celui qui a débuté face au RCT, on notera le retour de Matthew Clarkin à la place de Hugh Chalmers en 3ème ligne. Le Néo-Zélandais retrouve le terrain mais pas le capitanat qui, avec son accord, reste la propriété de Louis-Benoit Madaule.

Matthew Clarkin revient comme titulaire, pas comme capitaine. - Radio France
Matthew Clarkin revient comme titulaire, pas comme capitaine. © Radio France

Matthew Clarkin : "Toujours bien d'avoir un autre discours dans le vestiaire".

UBB / Stade Français, à vivre sur France Bleu Gironde et francebleu.fr dès 14h avec Arnaud Carré et notre consultant, l'arrière de l'UBB Romain Lonca.

La composition de l'UBB et du Stade Français pour le match du 7 mars 2015. - Radio France
La composition de l'UBB et du Stade Français pour le match du 7 mars 2015. © Radio France - PB

 

Jefferson Poirot : "Beaucoup plus de certitudes qu'au printemps dernier".