Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby DOSSIER : Top 14 : résultats, classement et calendrier

Rugby Top 14 : l'ASM ou le grand méchant LOU en finale ?

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Deux ans après avoir remporté un deuxième Bouclier de Brennus, les Clermontois rêvent d'un doublé Challenge Cup-Top 14. Pour cela, il faudra battre Lyon en demi-finale ce dimanche au Matmut Atlantique à Bordeaux.

Une victoire pour chaque équipe cette saison lors des deux confrontations
Une victoire pour chaque équipe cette saison lors des deux confrontations © Maxppp - Maxime Jegat

Clermont-Ferrand, Auvergne-Rhône-Alpes, France

"Maintenant, on y est". Dans les couloirs du Matmut Atlantique, Franck Azéma est impatient. Qualifiés depuis plus d'un mois, après la victoire contre Perpignan, et avant le sacre en Challenge Cup à Newcastle, les Clermontois attendaient ce rendez-vous avec impatience. Les deux défaites à Toulon, et contre Montpellier au Michelin, n'ayant eu aucune conséquence au classement. "Ça fait deux semaines que c'est compliqué de manager car tout le monde avait la tête à Bordeaux" reconnaît le patron de l'équipe.

Deuxième de la phase régulière derrière Toulouse, les Clermontois savent la difficulté de se qualifier directement. "On a bataillé toute la saison pour sortir dans les deux premiers, l'an dernier on n'avait pas participé" se souvient Azéma.

C'est leur deuxième demi-finale d'affilée, cette équipe de Lyon ne grandit pas, elle est déjà grande... Franck Azéma, entraineur de l'ASM

Après une saison noire l'an dernier, les Clermontois retrouvent donc leur standing, et leurs ambitions. "Il n'y a plus de calculs à faire, tout le monde est pied au plancher, et feu" prévient Benjamin Kayser. Le talonneur de l'ASM, qui a fait le choix récemment de raccrocher les crampons à la fin de la saison, veut relever un ultime défi. "C'est une fin hyper excitante, c'est l'objectif de tous, et aussi un objectif personnel"L poursuit le futur retraité, qui espère partir avec un troisième titre de champion de France (le premier avec le Stade Français face à l'ASM en 2007). "On rêve du doublé, mais il faudra battre Lyon pour ça" ajoute Wesley Fofana.

Pour Lyon, c'est l'année de la confirmation. Vainqueurs à Toulon en barrage l'an dernier, les lyonnais avaient créé la sensation. Ils étaient cette fois attendus, sont donc au rendez-vous. Avec plus d'ambition.

Pierre Mignoni sait mieux que quiconque le soutien dont bénéficie l'ASM. Les supporters sont fidèles, et retrouvent cette saison les phases finales dont ils avaient été privés l'an dernier.

Quota de places insuffisant, mais la Yellow Army avait anticipé

Depuis 2011 à Marseille, les deux demi-finales se jouent sur le même terrain. Et cette année le Matmut Atlantique a fait le plein. Plus de 42000 spectateurs pour chaque match. Les rencontres se joueront à guichets fermés. "Depuis le début je dis qu'on va faire le doublé" positive René, écharpe jaune et bleu autour du cou, et qui sera dans les tribunes pour encourager l'ASM, comme près de 7 000 membres de la Yellow Army. Mais tous n'ont pas trouvé de billet, le quota alloué à chaque club (3 000) étant insuffisant pour satisfaire la demande. Prévoyants et confiants, les supporters de l'ASM avaient toutefois anticipé.

La demi-finale ASM-Lyon est à vivre en intégralité ce dimanche sur France Bleu Pays d'Auvergne, avec le Rugby Club animé par Matthieu Moebs dès 16 heures, Julien Oury au plus près des supporters, et bien évidemment les commentaires depuis le Matmut Atlantique de Jean-Pierre Morel et Gilles Darlet.