Rugby

Rugby - Top 14 : l'UBB peut-elle se qualifier ?

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde lundi 9 mars 2015 à 7:00

Et si Louis-Benoît Madaule et l'UBB jouaient la qualif lors de la dernière journée à Toulouse ?
Et si Louis-Benoît Madaule et l'UBB jouaient la qualif lors de la dernière journée à Toulouse ? © Radio France

Si la défaite face au Stade Français est un sérieux coup d'arrêt, l'Union Bordeaux-Bègles est encore dans le coup pour une première qualification en phase finale. Tour d'horizon de ses chances et de celles de ses adversaires.

Au classement, l'UBB est sortie du Top 6 pour la première fois depuis le 20 décembre et c'est la quatrième fois que ça lui arrive en dix-neuf journées. Septièmes, les Girondins sont à égalité de points (45) avec Oyonnax, surprenant 5e et Toulouse, 6e. Mais deux autres équipes sont aussi candidates : Grenoble (43 points) et Montpellier (42 points). Si l'on considère que le trio Toulon-Clermont-Stade Français ne sera pas revu et que le Racing-Métro tient la pôle pour un barrage à domicile, cinq clubs vont donc se battre pour les deux dernières places qualificatives.

Mais la lecture du classement britannique , qui ne tient compte que des victoires à l'extérieur, des défaites à domicile et des bonus, est moins favorable. L'UBB est en 8e position, à égalité avec Oyonnax et trois points devant Montpellier mais à deux longueurs de Grenoble et à quatre du Stade Toulousain qui tient donc la corde.

Le Toulousain Gaël Fickou, ici au stade Jacques-Chaban-Delmas. - Radio France
Le Toulousain Gaël Fickou, ici au stade Jacques-Chaban-Delmas. © Radio France - Pierre Breteau
En résumé, un sans faute à domicile ne suffira probablement pas à l'UBB. À moins de contre-performances de ses adversaires directs, il lui faudra soit une pluie de bonus, soit un succès à l'extérieur qui la fuit depuis sa victoire à La Rochelle.

Le calendrier

Dans un championnat aussi dense et homogène, impossible d'y voir clair. Des cinq candidats, les mieux placés sont a priori ceux qui recevront quatre fois dans les sept dernières journées : Toulouse et Grenoble sont dans ce cas . le Stade Toulousain accueillera notamment Montpellier et l'UBB mais n'aura pas le droit à l'erreur à Ernest-Wallon sachant que son programme en déplacement (Toulon, Stade Français, Grenoble) s'annonce "épais". Les Isérois ont aussi les cartes en main même si, après Castres, ils devront se coltiner Toulon, Clermont et Toulouse à la maison. Le sans faute est donc loin d'être assuré.

Oyonnax, Grenoble : pour l'UBB, le danger peut aussi venir du sud-est. - Maxppp
Oyonnax, Grenoble : pour l'UBB, le danger peut aussi venir du sud-est. © Maxppp
L'UBB recevra La Rochelle, Oyonnax et Bayonne avec un impératif de victoire. Mais pour se remettre en position favorable, il faudra aller gagner dehors chez un mal classé (Castres, Lyon) ou réaliser une perf à Clermont ou Toulouse .

Oyonnax, quasi intraitable sur ses terres, devra le rester. Mais il faudra un exploit à l'extérieur (La Rochelle, Clermont, UBB, Toulon) pour accrocher le Top 6.

Situation encore plus tendue pour le MHR qui ne va pas s'amuser à l'extérieur (Toulouse, Racing-Métro, Brive, Stade Français) et qui recevra Clermont lors de la dernière journée.

La forme du moment

L'équipe qui a le vent en poupe c'est Oyonnax . L'équipe du Haut-Bugey est sur une série de quatre victoires, son maintien est assuré sauf catastrophe, et elle aborde l'emballage final sans aucune pression et avec l'envie de jouer jusqu'au bout les empêcheurs de se qualifier en rond.

La forme de l'UBB pose question . Un hiver sérieux basé sur une grosse défense et une conquête dominatrice a peut-être caché ses difficultés à produire du jeu.  L'Union n'a pas encore retrouvé la fluidité qui lui avait fait frôler la qualification au printemps dernier. Elle s'en était sortie face à Toulon mais ça n'a pas suffi face à Paris. Les retours prévus dans les semaines à venir de Julien Rey, Félix le Bourhis et Romain Lonca pourraient servir de déclic.

François Trinh-Duc, le demi d'ouverture du MHR - Maxppp
François Trinh-Duc, le demi d'ouverture du MHR © Maxppp
Ses adversaires ont aussi leurs soucis . Le Stade Toulousain a beaucoup puisé pour se remettre d'une entame catastrophique. Il est toujours là, l'expérience est dans son camp mais il n'a plus la même marge qu'avant sur les outsiders du Top 14. Grenoble s'accroche dans le sillage de Jonathan Wisniewski le meilleur réalisateur du championnat et dispose d'un rugby plus complet que la saison dernière où il avait complètement dévissé à l'heure de lancer le sprint. Montpellier, qu'on avait cru relancé avec l'arrivée de Jack White, s'est repris les pieds dans le tapis face à La Rochelle. Le MHR attend le retour de son ouvreur François Trinh-Duc , l'homme qui changera peut-être le cours de sa fin de saison.

Partager sur :