Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rugby - Top 14 : l'UBB va passer à autre chose

-
Par , France Bleu Gironde

Après une saison frustrante et décevante, l'Union Bordeaux-Bègles va tenter de trouver les bons ajustements pour être plus régulière et augmenter ses chances de s'inviter au bal des phases finales. Quitte à prendre son temps.

L' Australien Luke Jones aura été une des satisfactions d'une saison frustrante.
L' Australien Luke Jones aura été une des satisfactions d'une saison frustrante. © Radio France - Justine Hamon

L'UBB a bouclé sa saison samedi à Colombes sur une quatorzième défaite (22-20) et une onzième place, son plus mauvais classement depuis 2013. Au delà des chiffres, finalement peu significatifs dans un Top 14 qui n'a peut-être jamais été aussi dense et resserré, elle a surtout donné l'impression de ne pas avoir avancé.

"Chaque fois qu'on est dans le dur, on sort des matches de fou, regrettait le capitaine Clément Maynadier après le court revers sur la pelouse du Racing, et finalement quand on est dans le confort, on passe complètements à côté".

L'art de la patience et du détail

Un stagnation qui s'explique par le gros trou d'air de l'hiver (sept matches de championnat sans victoire) alors qu'elle pointait fin novembre au deuxième rang, par des blessures à des postes clé (Poirot, Marais, Botha, Saili), et par le rendement insuffisant de certains cadres (Madigan, Talebula). Avec en toile de fond, l'impression d'une certaine usure, qui a débouché sur la mise en retrait en cours de saison de Raphaël Ibanez, en poste depuis cinq ans.

L'Union va donc tourner la page cet été pour tenter d'écrire un nouveau chapitre sous les ordres de Jacques Brunel qui aura pour mission de redonner une identité plus forte à un club qui s'était peut-être installé dans un certain confort.

Jacques Brunel va tenter d'imposer sa griffe à l'UBB
Jacques Brunel va tenter d'imposer sa griffe à l'UBB © Radio France - Justine Hamon

"C'est ce qu'on a essayé en fin de saison, explique le nouveau manageur, montrer du caractère, une personnalité mais on n'a pas su avoir de continuité sur l'ensemble des matches".

L'ancien coach de l'USAP est en train de reconstituer autour de lui un staff qu'il espère complémentaire avec notamment l'Irlandais Jeremy Davidson, en provenance d'Aurillac et en charge des avants girondins et un entraîneur des trois-quarts qui reste à trouver.

Un staff qui devra faire avec l'ossature en place et notamment les jeunes internationaux (Serin, Poirot, Tauleigne, Domvo) quoi vont prendre de la bouteille et de l'importance. L'UBB a été jusqu'ici plutôt discrète et raisonnable sur le marché des transferts mais a pris le parti de parier sur l'avenir en attirant de très jeunes joueurs français à fort potentiel (Decron, Dufour, Roumat, Woki).

Devenir bêtes et méchants

Les entraîneurs vont également essayer de redonner de l'appétit, de l'ambition et de la férocité à une équipe qui a certes réalisé quelques performances cette saison (victoires en Ulster, à Pau ou à Brive) mais qui a manqué de régularité et d'agressivité notamment à domicile où elle a, Champions Cup comprise, concédé six revers et un nul.

"Il va falloir travailler mentalement, poursuit Clément Maynadier, travailler sur notre agressivité. Il faut vraiment que la saison prochaine, toutes les équipes qui viennent chez nous soient châtiées".

Clément Maynadier aimerait que l'UBB gagne en férocité, surtout à domicile.
Clément Maynadier aimerait que l'UBB gagne en férocité, surtout à domicile. © Radio France - Justine Hamon

Si le mode de fonctionnement, changement de manageur oblige, va évoluer, l'Union va bien sûr s'appuyer sur tout le travail effectué depuis six ans. Un apprentissage du Top 14 qui prend plus de temps qu'espéré.

"Il va falloir travailler sur les détails, conclut le talonneur, c'est sur ça que se joue le haut niveau. On n'est pas capable encore de les maîtriser pour aller chercher les six. On va essayer de recréer quelque chose ensemble et repartir sur de bonnes bases l'an prochain."

Après une série de tests physiques mardi et mercredi, les joueurs de l'UBB seront en vacances. La reprise est fixée au lundi 19 juin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu