Rugby

Rugby - Top 14 : le quatuor à cordes de l'UBB

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde lundi 2 octobre 2017 à 15:26

Sébastien Taofifenua et Vadim Cobilas ne font pas que jouer les gros bras.
Sébastien Taofifenua et Vadim Cobilas ne font pas que jouer les gros bras. © Radio France - Justine Hamon

Si l'Union Bordeaux-Bègles récite sa partition depuis deux rencontres, c'est notamment grâce à ses quatre piliers aussi à l'aise dans l'épreuve de force que ballon en main. Avec Sébastien Taofifenua, Jefferson Poirot, Vadim Cobilas et Peni Ravai, l'UBB semble à l'abri de la fausse note.

Depuis deux semaines, les arrières de l'UBB ont la belle vie. Car les gros assurent l'essentiel du boulot. On caricature bien sûr mais la performance du paquet girondin face à Montpellier (47-17) puis à Oyonnax (9-39) a entraîné l'équipe sur la voie de deux succès bonifiés.

Sous l’œil de Jean-Baptiste Poux

Et dans ce pack d'attaque, les piliers, conseillés au quotidien par leur coéquipier Jean-Baptiste Poux, se sont particulièrement mis en évidence. Devant sa télévision samedi, le centre Jean-Baptiste Dubié a apprécié le spectacle au stade Charles-Mathon. "Un match très costaud de nos avants, les trois premiers essais, c'est du travail de gros, du travail de sape. Je suis content pour eux. Si on arrive à être régulier, ça peut être une force sur notre équipe." En tous cas un atout supplémentaire qui rend sans doute l'UBB moins prévisible et va peut-être l'aider à mieux traverser l'automne et l'hiver.

Jeremy Davidson (à droite), l'homme qui a insisté pour faire venir Peni Ravai.  - Radio France
Jeremy Davidson (à droite), l'homme qui a insisté pour faire venir Peni Ravai. © Radio France - Justine Hamon

Titulaires à cinq reprises, Sébastien Taofifenua et Vadim Cobilas réalisent un début de saison tonitruant. A 25 ans, le gaucher est peut-être en ce moment le meilleur à son poste en Top 14 et il suscite les convoitises. A droite, le Moldave, arrivé de Sale en 2016 après avoir été élu meilleur pilier droit du championnat, confirme, sortie après sortie, sa constance et sa régularité .

Avec les mains aussi

Et quand le duo baisse d'un cran, le staff girondin peut lancer Jefferson Poirot, en net regain de forme après avoir digéré la lourde préparation physique imposée aux membres de la liste Elite, et Peni Ravai, l'étonnant Fidjien arrivé cet été d'Aurillac dans les bagages de l'entraîneur Jeremy Davidson."C'est une force de la nature, explique Jacques Brunel, des mecs comme on en voit peu, qui a un rapport poids-puissance incroyable et qui est adroit comme tout. Il pourrait jouer troisième ligne." L'impact player idéal, déjà auteur de deux essais mais surtout d'entrées en jeu dévastatrices.

Car au delà de leur dynamisme et de leur puissance, c'est la façon dont ils participent au jeu courant qui étonne. "Si on regarde les quatre piliers qui jouent le plus régulièrement, poursuit le manageur, ils sont tous d'une adresse diabolique. Ils ont cette particularité de se déplacer, d'être adroits et intelligents par rapport aux situations."

Quand Peni Ravai entre en jeu, ça déménage. - Radio France
Quand Peni Ravai entre en jeu, ça déménage. © Radio France - Justine Hamon

Le quatuor devrait de nouveau être de sortie samedi au Matmut Atlantique et passera un nouveau test face au pack du RCT qui n'a pas l'habitude de se faire marcher sur les pieds.