Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Rugby - Top 14 : Mahamadou Diaby, le nouveau guerrier de l'UBB

jeudi 24 août 2017 à 4:00 Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde

Après trois saisons à Grenoble, le flanker a posé sa grande carcasse et son sourire à l'Union Bordeaux-Bègles qui espère pouvoir compter sur ce vrai combattant pour donner un peu plus de rugosité à son jeu. Entretien.

Diaby va apporter son physique hors-normes et son sens du combat au pack girondin.
Diaby va apporter son physique hors-normes et son sens du combat au pack girondin. © Radio France - Justine Hamon

France Bleu : Est-ce que vos premières semaines à l'UBB ont été conformes à vos attentes ?

Mahamadou Diaby : C'est plus que ce que j'attendais. Les premières semaines ont été riches en termes de travail. Et on sent déjà les fruits du travail effectué. C'est positif.

Notre vie est faite de coups, on en prend, on en donne. A cinquante ans, on aura mal un peu partout, on ne fera pas des bons vieux mais c'est le prix à payer pour passer tous ces moments sur le terrain. On est des privilégiés.

Quelle attitude adopter quand on débarque dans un nouveau club ?

C'est toujours pareil, on arrive un peu sur la pointe des pieds, car il faut s'acclimater et s'intégrer à nouveau. C'est marrant parce qu'ici ça s'est fait très naturellement. J'ai fait plusieurs clubs depuis le début de ma carrière. J'ai trouvé les joueurs assez simples et le club très accueillant.

Mahamadou Diaby lors du dernier UBB / Grenoble. - Radio France
Mahamadou Diaby lors du dernier UBB / Grenoble. © Radio France - Justine Hamon

Que vous a-t-on demandé de venir apporter à l'équipe ?

J'ai toujours été reconnu comme un joueur de combat, qui peut apporter une densité physique et j'ai cette capacité aussi à courir un peu sur le terrain. On m'a appelé pour amener un peu d'agressivité dans le pack bordelais. C'est cette double casquette, être disponible dans le jeu et en défense qui a intéressé Bordeaux.

Aujourd'hui on se rend compte qu'on ne peut pas exister sans cet aspect physique. Quand on regarde les dernières phases finales du championnat, la barre a été placée haute. On va devoir rivaliser sur ce pointlà et comme ce que j'aime dans ce sport, c'est le combat...

Jacques Brunel aimerait que cette saison l'UBB soit un peu plus agressive. Ça vous convient ?

Forcément, c'est un discours qui me plaît. Aujourd'hui on se rend compte qu'on ne peut pas exister sans cet aspect physique. Quand on regarde les dernières phases finales du championnat, la barre a été placée haute. On va devoir rivaliser sur ce point là et comme ce que j'aime dans ce sport, c'est le combat...

En tant qu'adversaire, vous avez parfois eu le sentiment que l'UBB était parfois "trop gentille" ?

J'ai joué maintes et maintes fois face à Bordeaux avec Oyonnax et Grenoble. Ça a toujours été des matches difficiles du fait que Bordeaux est une équipe quoi déplace beaucoup le ballon et qu'il faut lui courir après. Aujourd'hui, le problème c'est qu'il y a de plus en plus d'équipes qui le font. La différence se fait donc aussi sur les phases de l'ombre. Pour déstabiliser les équipes, il faut à la fois déplacer le ballon et leur faire mal.

Diaby : qui s'y frotte, s'y pique... - Radio France
Diaby : qui s'y frotte, s'y pique... © Radio France - Justine Hamon

Vous aimeriez vivre une saison pleine, sans trop de pépins physiques ?

Oui, ça m'est arrivé. La saison dernière, c'était différent (ndlr : sept matches de Top 14) car tout le monde était blessé à Grenoble. C'est la vie du rugbyman, on jongle avec les douleurs au quotidien. Notre vie est faite de coups, on en prend, on en donne. A cinquante ans, on aura mal un peu partout, on ne fera pas des bons vieux mais c'est le prix à payer pour passer tous ces moments sur le terrain. On est des privilégiés.

Votre avis sur ce premier match face à Clermont : match de gala ou cadeau empoisonné ?

Clermont, c'est le champion de France donc il n'y a rien à ajouter. Après, il n'y a pas de premier match facile,même face à un promu. Tant que la pression est positive, qu'elle nous galvanise, qu'elle nous pousse à donner le meilleur de nous-mêmes...On va foncer tête baissée dans ce match et on fera les comptes à la fin.