Sports

Rugby - Top 14 : pour l'instant, l'UBB n'est pas invitée

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde lundi 19 septembre 2016 à 4:00

En ce début de saison, l'UBB souffre face aux cadors du Top 14.
En ce début de saison, l'UBB souffre face aux cadors du Top 14. © Radio France - Justine Hamon

L'Union Bordeaux-Bègles a logiquement subi samedi à Clermont (40-16) sa troisième défaite de la saison. Si ce revers chez un leader impressionnant n'a rien d'alarmant, il confirme qu'elle manque aujourd'hui de coffre pour lutter avec les grosses cylindrées du championnat.

Les optimistes pourront se dire que l'Union a fait mieux que le Racing 92, balayé 47-10 une semaine plus tôt. Ça ne suffira pas à consoler une UBB qui a concédé 40 points au Michelin sans avoir l'impression d'être passée à côté de son match.

Arrivés en Auvergne avec l'intention de mettre la main sur le ballon, les joueurs de Raphaël Ibanez se sont appliqués sur les phases de conquête. Ils ont rivalisé en mêlée pendant une bonne partie du match et, mis à part deux ballons égarés par Ole Avei, ont plutôt assuré en touche.

Le seul Racing au tableau de chasse

Alors sur quoi s'est faite la différence ? Tout simplement sur la capacité à concrétiser les temps forts. L'ASM l'a très bien fait en début de rencontre pour prendre ses distances (13-0, 20ème) , ce qui lui a permis ensuite de maîtriser les débats. L'UBB, au contraire, a manqué de pragmatisme et de férocité quand elle a réussi à entrer dans les 22 mètres adverses. Et quand elle s'est retrouvée à 14 (carton jaune pour Madaule à la 65ème minute), le leader a su monter le curseur pour aller chercher un bonus offensif que les Girondins n'avaient plus les moyens de lui contester.

L'UBB de Jean-Baptiste Dubié a affronté quatre "gros" et n'a battu que le Racing 92.  - Radio France
L'UBB de Jean-Baptiste Dubié a affronté quatre "gros" et n'a battu que le Racing 92. © Radio France - Justine Hamon

Jean-Baptiste Dubié : "Toujours cette frilosité"

L'Union ne tombera bien sûr pas sur une telle équipe chaque weekend mais après une seconde période à Toulouse où elle a énormément subi, après un match face à Montpellier où elle a paru sans solutions, c'est la troisième fois qu'elle dégage ce sentiment d'impuissance et qu'elle n'arrive pas à se "lâcher" véritablement.

Julien Audy : "On a été un peu timide"

Aller au bout de ses idées, gagner en efficacité, c'est l'objectif d'une équipe dont les lignes arrières souffrent des retours tardifs à la compétition d'Adam Ashley-Cooper et Meuisela Talebula et des absences longue durée de Darly Domvo et Nans Ducuing. L'Union fonctionne à "flux tendu" selon les termes de Raphaël Ibanez et n'a pas la richesse d'effectif des poids lourds du championnat alors que les matches s'enchaînent.

Elle va donc devoir éviter de nouvelles blessures, continuer à travailler pour corriger ses faiblesses du moment, s'améliorer dans la gestion de ses matches, tout en continuant à avancer mathématiquement dans ce championnat qui ne laisse aucun répit. Son calendrier indigeste de début de saison lui a montré ce qui la séparait aujourd'hui des hautes sphères du Top 14. Mais elle est loin d'être la seule équipe à ne pas être prête et peut toujours prétendre à les rejoindre.

Partager sur :