Rugby

Rugby - UBB | Julien Rey : "On va aller chercher la qualification"

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde lundi 9 mars 2015 à 13:00

Julien Rey n'a plus foulé une pelouse de Top 14 depuis le 29 novembre.
Julien Rey n'a plus foulé une pelouse de Top 14 depuis le 29 novembre. © Radio France

Considéré par beaucoup comme le chaînon manquant des lignes arrières d'une UBB qui se cherche en ce moment, le centre devrait retrouver le Top 14 vendredi à Clermont. Sa convalescence, ses envies de terrain et de phases finales, son avis sur le niveau de jeu. Il se confie à France Bleu Gironde.

France Bleu Gironde : comment va votre adducteur ?

Julien Rey : Ça va bien, je suis assez content. Cette semaine, je vais essayer de monter progressivement en intensité à l’entraînement pour pouvoir participer au match de ce week-end.

Il reste une gêne ?

Une petite gêne mélangée à de l’appréhension. Je vais essayer de me rassurer sur mes courses pour être bien ce week-end.

Rien de comparable avec la première opération en mai dernier ?

Pas du tout. On n’est que deux mois après l’opération (ndlr : le 9 janvier) donc ça tiraille encore un petit peu. Mais rien à voir, je pense qu’on est sur la bonne voie.

"Ça fait longtemps que je ronge mon frein donc j’ai envie de revenir. Je m’investirai à 100% avec l’équipe. Après, on verra si je peux leur apporter quelque chose de plus. En tous cas je suis vraiment motivé pour la fin de saison."

On vous voit donc samedi au stade Michelin ?

Suivant les choix du staff, c’est possible. Pas faire 80 minutes mais refouler la pelouse, faire un peu de contact. Ça c’est faisable.

Hâte de revenir à titre personnel et pour donner un coup de main à l’équipe ?

Ça fait longtemps que je ronge mon frein donc j’ai envie de revenir. Je m’investirai à 100 % avec l’équipe. Après, on verra si je peux leur apporter quelque chose de plus. En tous cas je suis vraiment motivé pour la fin de saison.

Julien Rey avait inscrit son premier essai de la saison face au Racing-Métro. - Radio France
Julien Rey avait inscrit son premier essai de la saison face au Racing-Métro. © Radio France
Le fait que plusieurs blessés (Maynadier, Jaulhac, Rey, Le Bourhis, Lonca ) vont revenir dans les semaines à venir peut-il être déterminant pour l’UBB ?

Oui. Les retours de blessures vont régénérer un peu l’équipe. L’an dernier on avait pêché sur la fin du championnat. Là on a déplacé le problème. On est en train de pêcher sur les deux-trois derniers matches pour je l’espère finir en boulet de canon le championnat. Ce sera important d’avoir tout l’effectif.

"C’est frustrant. C’est même plus dur de regarder un match que de jouer. Après on est impuissant. Du coup, on regarde, on stresse pour les copains qui sont sur le terrain, on les encourage mais on ne peut faire que ça pour l’instant."

Quand on voit son équipe perdre d’un point face au Stade Français, on se sent impuissant ?

C’est frustrant. C’est même plus dur de regarder un match que de jouer. Après on est impuissant. Du coup, on regarde, on stresse pour les copains qui sont sur le terrain, on les encourage mais on ne peut faire que ça pour l’instant.

Qu’est-ce qui vous fait dire que cette fois l’UBB va se qualifier ?

Je pense que le staff a pris de l’expérience et qu’il a bien anticipé la fin de saison. Certes on a pris un coup sur la tête ce week-end mais on est à un rien de se qualifier et on va aller chercher la qualif. Je suis sûr qu’on y arrivera.

"C’est sûr qu’on a produit un peu moins de jeu que d’habitude. C’est peut-être une phase, on ne peut pas être une bonne équipe sur 26 matches de championnat. C’est un peu alarmant certes mais ce n’est pas catastrophique. Il faut juste redevenir l’équipe qu’on était, une équipe instictive."

Vous êtes mieux armés que l’an dernier ?

L’année dernière on a commis des fautes. Cette année on ne les reproduira pas. C’est l’expérience du haut niveau. A nous d’être grands garçons et de ne pas reproduire ces erreurs-là.

Votre avis sur le manque de fluidité du jeu girondin en ce moment ?

C’est sûr qu’on a produit un peu moins de jeu que d’habitude. C’est peut-être une phase, on ne peut pas être une bonne équipe sur 26 matches de championnat, c’est indéniable. En plus, on a rencontré de grosses écuries, Montpellier, Toulon, le Stade Français. C’est un peu alarmant certes mais ce n’est pas catastrophique. Il faut bien travailler, ne surtout pas commencer à chercher la petite bête et à être dans le négatif.

Julien Rey dispute sa cinquième saison sous le maillot girondin. - Radio France
Julien Rey dispute sa cinquième saison sous le maillot girondin. © Radio France
L’UBB est-elle meilleure quand elle ne réfléchit pas ?

C’est sûr, on est une équipe instinctive. Il faut jouer avec cet instinct, notre ADN de jeu qui est de jouer le maximum possible, de ne pas se poser 25.000 questions. On a beaucoup de joueurs instinctifs. Peut-être qu’il ne faut pas trop leur mettre de cadre.

Faire un coup à Clermont, c’est possible ?

Oui franchement. Tout est possible dans ce championnat. En plus, ils vont être un peu affaiblis par le tournoi des Six Nations. On y va avec des intentions, au moins celle de retrouver notre jeu. Après, on verra si on peut récupérer des points là-bas.

Partager sur :