Rugby

Rugby - UBB : Sébastien Taofifenua se souhaite une bonne année

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde jeudi 14 janvier 2016 à 7:22

Séabstien Taofifenua est prêt à retrouver un terrain qui lui manque.
Séabstien Taofifenua est prêt à retrouver un terrain qui lui manque. © Radio France

Quatre blessures et dix matches seulement au compteur. L'année 2015 aura été celui de tous les pépins pour le pilier de l'Union Bordeaux-Bègles qui veut en finir avec la poisse. Entretien.

France Bleu : 2015 , année galère pour vous ?

Sébastien Taofifenua : Ça a commencé par le ménisque en février. Ensuite l'épaule pendant la prépa cet été, la cheville en, novembre et un petit pépin à la cuisse il y a deux semaines. Là ça va, j'ai rejoué dimanche avec les espoirs (ndlr : 60mn face à Pau). J'espère que 2016 sera une meilleure année.

C'est frustrant et pénalisant d'enchaîner ces pépins ?

C'est dur mentalement surtout qu'après le genou, j'ai enchaîné l'épaule et je savais que j'en avais pour trois mois et que j'allais rater le début de saison. J'avais déjà raté le début de celle d'avant et ça avait été compliqué. Ça a été dur au début mais je suis super bien encadré ici, que ce soit par les copains ou le staff médical. Tout le monde s'est vraiment bien occupé de moi et a fait en sorte que je sois concerné par tous les événements du club. Au final c'est passé un peu plus vite que prévu.

Important dans ces moments de ne pas s'isoler ?

C'est très important car on travaille tout seul, on est en marge et si on ne fait pas l'effort de vivre avec le groupe, ça peut devenir compliqué. Il ne faut pas se couper de tout sinon on peut devenir fou.

J'aimerais bien rejouer contre ces Anglais. Ça fait un petit moment. En plus, j'ai eu quelques problèmes avec le pilier d'en face, j'aimerais bien lui souhaiter la bonne année.

Plus facile aussi à vivre quand l'équipe tourne bien ?

C'est sûr même si on a envie d'en être et d'apporter quelque chose à l’équipe. Mais on est content quand les copains gagnent.

La reprise avec les espoirs s'est bien passée ?

Oui, tout a tenu. Il n'y pas eu beaucoup de courses sur ce match. Vu les conditions climatiques, il y a eu beaucoup de touches et de mêlée. Pau a fait une grosse partie devant mais les jeunes sont allés chercher le match. C'était plaisant de reprendre avec eux.

Sébastien Taofifenua veut tourner le dos à l'infirmerie. - Radio France
Sébastien Taofifenua veut tourner le dos à l'infirmerie. © Radio France

Avec la concurrence à gauche, pensez-vous partir de derrière ?

C'est sûr que je pars avec moins de crédit que les autres. J'ai tout à prouver, c'est à moi d'être bon aux entraînements et de faire ce qu’il faut pour pouvoir avoir ma chance le plus rapidement possible. C'est vrai qu'il y a beaucoup de concurrence mais c'était le cas déjà à Perpignan. Je sais qu'il faut faire le boulot pour être sur le terrain. C'est important d'avoir un effectif garni. Avec un peu de prétention, j'ai envie de dire qu'on a quatre très bons gauchers, c'est bien pour le club.

Vous avez joué en Champions Cup à Exeter. Prêt pour le match retour samedi ?

J'aimerais bien rejouer, ça fait un petit moment. En plus, j'ai eu quelques problèmes avec le pilier d'en face, j'aimerais bien lui souhaiter la bonne année.

Envie aussi de montrer aux Anglais que vous avez progressé depuis la défaite de l'aller ?

On avait mis une petite mi-temps à se rendre compte que c'était la Champions Cup dont on découvrait l’atmosphère. C'est une bonne équipe, complète qui a un peu le même style de jeu que nous. Si on joue comme on sait le faire dès le début du match, ça peut passer. Là-bas, en deuxième mi-temps, on a vu que quand on a commencé à jouer, on a marqué.

Je suis super content pour Jeff, on est copain depuis longtemps. En plus, il a travaillé dur pour y arriver et cette année il est vraiment complet. En ce moment, c'est le meilleur à gauche. Il est explosif, bon en mêlée, bon en défense. Ça me motive encore plus pour essayer de me mettre son niveau.

Après la défaite face à Clermont, pas question de perdre un nouveau match à domicile ?

C'est sûr. En tant que compétiteurs, on en a déjà perdu deux (ndlr : contre Montpellier en Top 14) , il ne faut plus que ça se reproduise.

La convocation chez les Bleus de Jefferson Poirot vous motive-t-elle ?

Je suis super content pour Jeff, on est copains depuis longtemps. En plus, il a travaillé dur pour y arriver et cette année il est vraiment complet. En ce moment, c'est le meilleur à gauche. Il est explosif, bon en mêlée, bon en défense. Ça me motive encore plus pour essayer de me mettre à  son niveau. C'est de la bonne concurrence.

Et vous, vous rêvez du XV de France ?

Si un jour, ça doit arriver...Franchement je n'ai pas envie de me projeter là dessus. J'ai surtout envie de rejouer, d'enchaîner les matches avec le club et que ça se passe bien au niveau physique. Une année sans pépin, ce serait déjà bien.

Partager sur :