Rugby

Rugby - XV de France : Jefferson Poirot déjà bien installé chez les Bleus

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde jeudi 10 novembre 2016 à 4:00

Jefferson Poirot lors d'une séance d'entraînement à Marcoussis
Jefferson Poirot lors d'une séance d'entraînement à Marcoussis © Maxppp - MaxPPP

Guy Novès annoncera ce jeudi (17h) la composition de l'équipe qui débutera samedi à Toulouse face aux Samoa la série des tests de novembre. En seulement quelques apparitions, le pilier gauche de l'UBB a marqué des points dans l'esprit du sélectionneur.

Sur les sept sélections que compte le joueur de l'Union Bordeaux-Bègles, six l'ont été en tant que titulaire. Depuis son entrée en jeu face à l'Italie, le 6 février dernier, le jeune pilier a confisqué le maillot bleu floqué du numéro un.

Quatre rencontres lors du Tournoi des 6 Nations suivis de deux gros matches livrés en juin face aux Pumas argentins. A tout juste 24 ans, le gaucher de l'UBB semble avoir une petite longueur d'avance sur ses concurrents. Le Racingman Eddy Ben Arous, qui avait disputé la coupe du monde 2015 et qui est en ce moment blessé (commotion), le Briviste Lucas Pointud, qui l'avait secondé cet été mais qui n'a pas été retenu, et le jeune Toulousain Cyril Baille appelé pour la première fois chez les Bleus.

Certains joueurs prometteurs le sont restés toute leur vie — Jefferson Poirot

Jefferson Poirot a pour lui une santé de fer qui lui a permis, malgré une préparation estivale raccourcie, d'aligner neuf titularisations lors des onze premiers matches de l'Union, une capacité à faire vivre le ballon qui s'inscrit dans le projet de jeu de mouvement voulu par le sélectionneur Guy Novès, et des progrès constants dans le secteur de la mêlée fermée.

Jefferson Poirot, ici face à l'Ulster, a aussi grandi à travers l'expérience de la Champions Cup - Radio France
Jefferson Poirot, ici face à l'Ulster, a aussi grandi à travers l'expérience de la Champions Cup © Radio France - Justine Hamon

L'enfant de Lalinde, formé à Brive, a aussi les pieds sur terre. "Certains joueurs prometteurs le sont restés toute leur vie", déclarait-il avant d'être retenu chez les Bleus avant le dernier Tournoi. Un auto-avertissement en forme de ligne de conduite pour un joueur qui sait avoir encore une marge de manœuvre et qui a refusé l'appel de Clermont afin de continuer à travailler trois années supplémentaires dans le projet girondin.

Avec Guilhem Guirado et Rabah Slimani, il forme, aux yeux du sélectionneur, ce qui ressemble fort aujourd'hui une première ligne titulaire. Sera-t-elle alignée dès samedi face aux Samoa ou ménagée en vue des chocs à venir face à l'Australie et la Nouvelle-Zélande ? Réponse ce jeudi en fin d'après-midi.